Home - VIS Vatican - Réception du VIS - Contactez-nous - Calendrier VIS

Le Vatican Information Service (VIS) est un service d'information de la Salle-de-Presse du Saint-Siège. Il propose des informations sur le Magistère et l'activité pastorale du Saint-Père et de la Curie Romaine... []

dernières 5 nouvelles

VISnews  Twitter Go to YouTube

jeudi 30 octobre 2014

Le Pape reçoit une délégation vieux-catholiques


Cité du Vatican, 30 octobre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin les Evêques vieux-catholiques de l'Union d'Utrecht, auxquels il a confirmé l'engagement du Saint-Siège à poursuivre le parcours oecuménique. Rappelant que depuis un demi siècle (anniversaire de Unitatis Redintegratio) il a été possible de bâtir des ponts d'entente et de collaboration, il a dit: "Si nous nous réjouissons d'avancer vers une communion de foi et de vie plus solide, nous nous attristons de nouveaux désaccords. Les problèmes ecclésiologiques et théologiques qui nous séparent sont maintenant plus difficiles à surmonter du fait de notre divergence sur le ministère sacerdotal et le discernement éthique. Nous devons cependant persévérer dans le dialogue, avancer, travailler et prier ensemble dans un plus vif esprit de conversion à la volonté du Christ à propos de son Eglise. Notre séparation est marquée de graves péchés et petitesses humaines réciproques. Dans un esprit de pardon et de repentance, il nous faut renforcer notre désir de réconciliation. Pour ce, nous devons commencer par une conversion intérieur notre voyage spirituel de rencontre et d'amitié pour passer à la fraternité, et de la fraternité à la communion. Les changements sont inévitables au long du chemin. C'est pourquoi nous devons tous être prêts à écouter l'autre et à suivre les suggestions de l'Esprit qui nous guide vers la vérité complète".


"Dans une Europe confuse quant à son identité et à sa vocation, les espaces de collaboration entre catholiques et vieux-catholiques ne manquent pas. Ils peuvent ensemble tenter de répondre à la profonde crise spirituelle qui frappe les personnes comme une société assoiffée de Dieu et désireuse de comprendre le sens de la vie. Il y a donc un urgent besoin de témoigner de la vérité évangélique de manière crédible. Nous pouvons nous encourager mutuellement, au niveau des paroisses et des communautés locales. L'oecuménisme signifie conversion du coeur, sainteté de vie et prière, privée comme publique, en faveur de l'unité des chrértiens. En priant ainsi les uns pour les autres, nos différences seront acceptées et dépassées dans la fidélité au Seigneur et à l'Evangile". 

Possession cardinalice


Cité du Vatican,30 octobre 2014 (VIS). Samedi 11 novembre à 11 h, le Cardinal Javier Lozano Barragán prendra possession du titre de Ste.Dorothée.


La paix fondée sur la confiance


Ci du Vatican, 30 octobre 2014 (VIS). Le 14 octobre à New York, L'Observateur permanent du Saint-Siège a pris la parole lors du débat général du premier comité de l'assemblée des Nations-Unies. Traitant de la paix qui ne peut être fondée que sur la confiance, Mgr.Bernardito Aúza a relevé les quelques progrès acquis ces derniers mois en matière d'élimination des divers types d'armes chimiques. Mais la communauté internationale a le devoir de redoubler d'efforts pour parvenir à une élimination totale des substances chimiques utilisées comme armes. Quant aux armes nucléaires, a déclaré le représentant du Saint-Siège, "la troisième conférence consacrée à leur impact sur les populations, qui se tiendra en décembre à Vienne (Autriche), doit nous faire réagir à l'absence de progrès dans le désarmement... L'engagement principal du traité de non prolifération à un désarmement graduel des pays détenteurs d'arsenaux, se double d'une violation de l'engagement des autres à ne pas en acquérir. Le Saint-Siège continue de soutenir qu'une politique de terreur nucléaire met en péril le processus de désarmement et de non prolifération. Il exhorte donc ce comité à préparer la neuvième conférence de révision du traité en se concentrant sur la nécessité de dépasser l'équilibre de la terreur pour parvenir à une paix durable fondée sur la confiance, plutôt que rester dans une non belligérance basée sur la logique de la destruction mutuelle. Il encourage les états à ratifier sans plus attendre le traité sur l'interdiction des essais nucléaires, car c'est un élément central du processus international de non prolifération... Il conviendrait d'instituer des zones libres de tout armement de destruction massive, ce qui constituerait un grand pas en avant vers un accord universel d'élimination de ces arsenaux... Le Saint-Siège apprécie aussi les progrès enregistrés en matière de réduction des armes conventionnelles...tout en étant toujours préoccupé par le flux d'armes conventionnelles dans les zones de combats... Il déplore l'avidité commerciale alimentant le commerce des armes, lequel alimente les conflits qui causent d'incroyables souffrances et de multiples violations des droits humains". Notre délégation, a conclu Mgr.Aúza, "forme des voeux pour que cette session réponde aux enjeux tout en reconnaissant les graves conséquences que la prolifération et l'usage des armes conventionnelles font peser" sur l'humanité.

Audiences


Cité du Vatican, 30 octobre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin:

M.Martin Schulz, Président du Parlement européen.

Mgr.Adriano Bernardini, Nonce apostolique en Italie et à Saint-Marin.

Mgr.Henryk Jozef Nowacki, Nonce apostolique en Suède, Islande, Danemark, Finlande et Norvège.

Mgr.José Raúl Vera López, Evêque de Saltillo (Mexique).



mercredi 29 octobre 2014

Dimensions visible et spirituelle de l'Eglise


Cité du Vatican, 29 octobre 2014 (VIS). Durant l'audience générale tenue place St.Pierre, le Pape a poursuivi sa catéchèse sur l'Eglise, évoquant sa dimension visible et sa dimension spirituelle, qui se rejoignent dans le Christ. Comment percevoir ces deux réalités ?, s'est-il demandé: "La réalité de l'Eglise est faite de la multitude des baptisés. On entend souvent dire, l'Eglise dit ceci, fait ceci et non cela. Alors, qui est l'Eglise? Le Pape, les évêques et les prêtres. Non, tous ensemble sommes l'Eglise... Ainsi peut-on cemprendre que la réalité visible de l'Eglise ne peut se mesurer ni être exactement connue... De fait, comment pourrait-on connaître toutes les merveilles qu'à travers nous le Christ opère? Cette réalité nous dépasse. Elle est hors contrôle, dépasse nos forces. C'est un mystère puisqu'elle vient de Dieu. Pour comprendre dans l'Eglise le rapport entre réalité visible et réalité spirituelle, il faut se tourner vers le Christ dont elle est le corps. C'est le Christ qui la génère perpétuellement en acte d'amour infini. En raison de l'Incarnation le Christ possède une nature humaine et divine unies de manière indissoluble dans sa personne. Il en va de même pour l'Eglise...qui est elle aussi un mystère en qui l'invisible est supérieur à ce qui ne se voit qu'avec les yeux de la foi... Mais comment la réalité visible peut-elle se placer au service de la réalité spirituelle?... Dans les sacrements et le témoignage des fidèles l'Eglise est chaque jour proche de tout homme, à commencer par le plus pauvre, celui qui souffre ou est marginalisé. Ainsi manifeste-t-elle la compassion et la miséricorde de Jésus". En conclusion, le Saint-Père a recommandé à l'assemblée de prier pour obtenir le don de la fois, "afin de comprendre comment, malgré nos limites et notre pauvreté, le Seigneur fait de nous des instruments de sa grâce et des signes de son amour pour l'humanité. Certes, nous pouvons être cause de scandale, mais nous devons être des témoins qui expriment par leur vie ce que le Seigneur attend de nous".  

Nouvel appel en faveur des africains touchés par l'épidémie d'Ebola


Cité du Vatican, 29 octobre 2014 (VIS). Après la catéchèse, le Pape a lancé un nouvel appel en faveur des africains touchés par l'épidémie d'Ebola: Face à l'aggravation de la situation et l'extension d'une terrible maladie qui frappe les plus pauvres, il a assuré les victimes de sa solidarité et de sa prière, qu'il étend au corps médical, aux volontaires, instituts religieux et associations qui assistent de façon admirable nos frères et soeurs malades: "Je renouvelle mon appel à la communauté internationale afin qu'elle fasse tout ce qui est possible pour faire cesser cette épidémie tout en portant assistance aux patients. Prions donc pour toutes ces personnes durement éprouvées et pour les défunts.


L'Eglise catholique en Turquie


Cité du Vatican, 29 octobre 2014 (VIS). Comme annoncé, le Pape séjournera en Turquie du 28 au 30 novembre. Voici les statistiques relatives à la présence de l'Eglise catholique dans ce pays. La Turquie a une superficie de 774.815 km2 pour 76.140.000 habitants dont seulement 53.000 catholiques (0,07%). L'Eglise dispose de 7 circonscriptions ecclésiastiques, 54 paroisses et 13 centres pastoraux, avec 6 évêques, 58 prêtres, 1.884 séminaristes, 2 diacres, 61 religieux et religieuses, 2 personnes consacrées, 7 missionnaires laïques et 68 catéchistes. L'Eglise anime 23 structures d'enseignement de tous niveaux et 6 centres spécialisés, 3 hôpitaux, 2 dispensaires et 5 maisons de retraite.


Le Pape reçoit en privé le Président Morales


Cité du Vatican, 29 octobre 2014 (VIS). Hier après-midi, le Directeur de la Salle de Presse a confirmé que le Saint-Père s'apprêtait à rencontrer le Président bolivien M.Juan Evo Morales Ayma: Sa présence au Vatican, a précisé le P.Lombardi, résulte de sa participation à la Rencontre internationale des mouvements populaires, organisée par le Conseil Iustitia et Pax et l'Académie des sciences sociales, dont les participants ont été salués par le Pape. Il s'agit donc d'une rencontre privée et informelle, qui se veut une marque d'attention envers le peuple bolivien et l'Eglise de Bolivie, ainsi qu'un signe de d'encouragement pour l'amélioration des rapports Eglise Etat.   

Négocier la paix au proche et moyen Orient


Ci du Vatican, 29 octobre 2014 (VIS). Le 21 octobre à New York, L'Observateur permanent du Saint-Siège s'est exprimé devant le Conseil de sécurité des Nations-Unies, dans le cadre d'un débat sur la situation au proche et moyen Orient, y compris la question palestinienne. Abordant six points, Mgr.Bernardito Aúza a exprimé la vision du Saint-Siège, pour qui la paix ne peut être obtenue qu'au moyen de négociations, et non de décisions unilatérales imposées par la force: Au côté de l'ONU et de ses organes compétents, "le Saint-Siège réitère son appui à la solution des deux états... La communauté internationale doit avoir pour objectif l'affirmation du droit des palestiniens à un état souverain, et de celui des israéliens à la paix et à la sécurité... Pour ce qui est de la tragique situation syrienne, le Saint-Siège invite les parties à mettre immédiatement fin aux violations massives du droit humanitaire et des droits fondamentaux de la personne. Il invite la communauté internationale et les factions en conflit à trouver un accord, seule solution pour faire cesser les incroyables souffrances d'une population dont la moitié a besoin d'assistance et un tiers déplacé... A propos ensuite du Liban, il invite à accroître la solidarité internationale car le pays est gravement frappé par une présence massive de réfugiés syriens. Et il exhorte les libanais à résoudre la vacance de la présidence de la République. Le Saint-Siège entend réaffirmer son soutien à un Liban souverain et libre car il est un signe d'espérance et de coexistence communautaire. D'autre part, les organismes des Nations-Unies doivent agir face aux graves abus commis en Irak et Syrie par le soi-disant Etat islamique, de manière à prévenir de nouveaux massacres et à secourir un nombre croissant de réfugiés. Il faut tout particulièrement obtenir la protection des minorités ethniques et religieuses persécutées, notamment chrétiennes.... Chacune d'elles à droit au respect, à regagner ses foyers et à vivre dignement et en sécurité. Puisse l'ONU voir dans le développement du terrorisme une occasion de renforcer en urgence la protection des populations. Il est de son devoir d'éviter les génocides et les crimes de guerre, le nettoyage ethnique et les crimes contre l'humanité... Face à notre incapacité récente à faire cesser l'horreur" et à faire respecter les droits fondamentaux "il convient de prendre des décisions courageuses. C'est pourquoi le Saint-Siège invite à nouveaux tous les dirigeants religieux au dialogue inter-religieux et inter-culturel, à la condamnation nette de la justification religieuse de la violence et à la promotion du respect mutuel".  

Autres actes pontificaux


Cité du Vatican 29 octobre 2014 (VIS). Le Saint-Père a nommé Mgr.Giuseppe Negri, PIME, Coadjuteur de l'Evêque de Santo Amaro (Brésil). Il était jusqu'ici Evêque de Blumeneau (Brésil).


mardi 28 octobre 2014

Le Pape s'adresse aux mouvements populaires


Ci du Vatican, 28 octobre 2014 (VIS). Le Saint-Père s'est adressé ce matin aux mouvements populaires, qui tiennent un congrès à Rome, sous l'égide du Conseil pontifical Iustitia et Pax et de l'Académie pontificale des sciences sociales. Il s'est d'abord arrêté sur le mot solidarité, "un terme souvent mal compris et qui devient parfois même une sorte de gros mot, alors qu'il va bien au-delà de simples gestes sporadiques de générosité. Il faut le comprendre en terme communautaire, comme une priorité de vie pour tous face à l'accaparement des biens par quelques uns. Cela signifie lutter contre les causes de la pauvreté, de l'inégalité, contre la pénurie d'emploi, de terre et de ressources alimentaires, contre la négation des droits sociaux, du droit" à la terre, à un toit et au travail. "Cela signifie s'attaquer aux effets dévastateurs de la dictature de l'argent, comme les déplacements de population, l'émigration forcée, la traite des personnes, la drogue, la guerre et toutes les violences... Dans son sens le plus profond, la solidarité permet de préparer l'histoire, et c'est ce que font les mouvements populaires". Puis le Pape a rappelé que ce rassemblement "ne répond pas à une idéologie mais travaille sur le concret.


On ne saurait traiter du scandale de la pauvreté au moyen de politiques de contention, destinées à rassurer et rendre inoffensifs les pauvres. Il faut agir comme tout père et toute mère fait pour le bien des enfants...même si malheureusement les thèmes de la terre, du foyer et du travail semblent échapper à l'attention de beaucoup... N'est-il pas curieux que si le Pape parle de ces choses on le traîte de communiste?... Au phénomène de l'exploitation et de l'oppression s'ajoute maintenant l'injustice sociale qui condamne qui ne s'intègre pas, les exclus et les rebuts de la société. C'est cela la culture du déchet, lorsqu'on place l'argent au sommet du système socio-économique plutôt que la personne, image de Dieu créée pour être le dénominateur de l'univers. Ce renversement de valeurs" est la source de la crise actuelle. Parlant alors du chômage, le Pape a affirmé que tout travailleur, quelque soit son statut " a droit à une juste salaire, à la sécurité sociale et à une retraite digne. A la place de cela, on trouve des Cartoneros, des gens jetés à la rue vivant de recyclages, des vendeurs ambulants", etc. Heureusement, tous ces agriculteurs, pêcheurs, mineurs et ouvriers sont regroupés par des coopératives populaires qui compensent leur exclusion des droits sociaux et syndicaux, du droit à une existence stable et digne. "Aujourd'hui, j'entends unir ma voix à la leur et accompagner leur combat". Evoquant ensuite la paix et l'écologie, le Pape François a dit qu'il "ne peut y avoir de terre, de toit et de travail s'il n'y a pas de paix et si l'homme détruit la planète... La création n'est pas une propriété dont on pourrait tirer profit n'importe comment, ni la propriété réservée à quelques uns. Elle est un bien, un magnifique cadeau de Dieu, que nous avons le devoir d'utiliser au bénéfice de tous, avec respect et attention... Mais pourquoi ne pas réagir aussi à la destruction de l'emploi, qui ruine tant de familles, comme l'exploitation de la nature et la guerre qui chassent les Campesinos? Le système a expulsé la personne au profit de l'idolâtrie de l'argent, a globalisé l'indifférence, renforcé l'égoïsme: Que m'importe le malheur d'autrui si je m'en sors! Tout ceci vient de ce que ce monde a oublié Dieu, qui est père. En l'écartant nous sommes devenus des orphelins... C'est pourquoi les chrétiens on un grand rôle à jouer. Ils doivent agir et élaborer des programmes, que l'on pourrait dire révolutionnaires... Les mouvements populaires expriment l'urgence qu'il y a à revitaliser les démocraties, souvent conditionnées par mille problèmes. On ne peut imaginer un avenir de la société humaine sans l'engagement des masses, sans un engagement qui dépasse les simples mécanismes de la démocratie formelle".       

Autres actes pontificaux


Cité du Vatican 28 octobre 2014 (VIS). Le Saint-Père a nommé Mgr.Richard Daniel Alarcón Urrutia, Archevêque métropolitain de Cuzco (superficie 23.807, population 1.594.000, catholiques 1.538.000, prêtres 138, religieux 318), au Pérou. Il était jusqu'ici Evêque de Tarma (Pérou).


lundi 27 octobre 2014

Visite du Président ougandais


Cité du Vatican, 27 octobre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin le Président ougandais, M.Yoweri Kaguta Museveni, qui s'est ensuite entretenu avec le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d'Etat, accompagné de Mgr.Dominique Mamberti, Secrétaire pour les relations avec les états. Ces entretiens ont permis d'aborder certains aspects de la vie du pays, de constater la qualité des relations entre les deux parties ainsi que l'importance du rôle que joue l'Eglise catholique par le biais de ses institutions éducatives, sociales et sanitaires. Ayant salué la coexistence pacifique des diverses composantes ethniques et religieuses de la société ougandaise, les parties on échangé leurs points de vue sur certaines situations internationales, tout particulièrement sur les conflits en cours en Afrique.


Le Pape s'adresse à l'Académie des sciences


Cité du Vatican 27 octobre 2014 (VIS). Ce matin, le Saint-Père s'est rendu à l'Académie pontificale des sciences, à l'occasion de son assemblée plénière et de l'inauguration d'un buste de Benoît XVI, qu'il a défini "un grand Pape. Grand par la force et la pénétration de son intelligence, grand par son importante contribution à la théologie, à son grand amour pour l'Eglise et les hommes, grand par sa vertu et sa religiosité". Le Pape François a aussi rappelé que Benoît XVI avait été le premier à inviter un président de cette académie à participer au Synode sur la nouvelle évangélisation, "conscient de l'importance de la science dans la culture moderne". S'il n'a pas souhaité entrer dans le sujet actuellement traité par l'Académie, l'évolution du concept de nature, il a voulu rappeler que Dieu et le Christ cheminent avec nous et qu'ils sont présents aussi dans la nature. "Quand nous lisons dans la Genèse le récit de la Création, nous risquons d'imaginer Dieu comme un magicien, avec sa baguette magique faisant apparaître toutes les choses. Mais il n'en est pas ainsi. Il a créé les êtres et les a laissés se développer selon les lois internes qu'il a donné à chacun, pour qu'ils se développent, pour qu'ils arrivent à leur plénitude. Il a donné l'autonomie aux êtres de l'univers en même temps qu'il les a assurés de sa présence continue, donnant vie à toute réalité. C'est ainsi que la création s'est poursuivie pendant des siècles et des siècles, des millénaires et des millénaires, jusqu'à ce qu'elle devienne celle que nous connaissons aujourd'hui, justement parce que Dieu n'est pas un démiurge ou un magicien, mais le Créateur qui donne vie à toutes les espèces. Le début du monde n'est pas l'œuvre du chaos qui doit à un autre son origine mais dérive directement d'un principe suprême qui crée par amour. Le Big Bang que l'on met aujourd'hui à l'origine du monde ne contredit pas l'intervention du Créateur divin mais l'exige. L'évolution dans la nature ne s'oppose pas avec la notion de Création parce que l'évolution présuppose la création des êtres qui évoluent... En ce qui concerne l'homme, en revanche, il y a un changement et une nouveauté. Quand, au sixième jour du récit de la Genèse, arrive la création de l'homme, Dieu donne à l'être humain une autre autonomie, une autonomie différente de celle de la nature, qui est la liberté. Et il dit à l'homme de donner un nom à toutes les choses et de continuer dans le cours de l'histoire. Il le rend responsable de la création, pour qu'il domine aussi la création, pour qu'il la développe et ainsi jusqu'à la fin des temps. C'est pourquoi, le scientifique et surtout le scientifique chrétien doit s'interroger sur l'avenir de l'humanité et de la terre et, comme être libre et responsable, participer à sa préparation, sa préservation, en éliminer les risques de l'environnement naturel et humain. Mais en même temps, le scientifique doit être mû par la confiance que la nature recèle, dans ses mécanismes évolutifs, des potentialités qui touchent à l'intelligence et à la liberté de découvrir et d'agir pour arriver au développement qui est dans le dessein du Créateur. Alors, bien que limitée, l'action de l'homme participe de la puissance de Dieu et est en mesure de construire un monde adapté à sa double vie corporelle et spirituelle, un monde humain pour tous les êtres humains et non pour un groupe ou une classe de privilégiés. Cette espérance et confiance en Dieu, Auteur de la nature et dans la capacité de l'esprit humain, sont en mesure de donner au chercheur une énergie nouvelle et une profonde sérénité. Mais il est aussi vrai que l'action de l'homme, quand sa liberté devient autonomie, qui n'est pas liberté mais autonomie, détruit le créé et l'homme prend la place du Créateur. Cela est un grave péché contre Dieu Créateur".

Aimer Dieu et son prochain


Ci du Vatican, 26 octobre 2014 (VIS). A l'angélus, le Pape a évoqué l'Evangile du jour, rappelant que toute la loi divine se résume dans l'amour de Dieu et du prochain, deux faces de la même médaille. L'évangéliste Matthieu, a-t-il expliqué que quelques pharisiens, dont un docteur de la loi, se mirent d'accord pour mettre Jésus à l'épreuve en lui demandant quel était le commandement le plus important. Citant le Deutéronome, Jésus répondit: Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. Voici le premier et plus grand commandement. S'il aurait pu s'en tenir là, il ajouta quelque chose qui ne lui avait pas été demandé. Il dit en effet: le deuxième commandement est celui-ci: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Jésus n'invente pas ce deuxième commandement mais le reprend du Lévitique. La nouveauté consiste à mettre ensemble ces deux commandements, l'amour de Dieu et du prochain, en révélant qu'ils sont inséparables et complémentaires, qu'ils sont les deux faces d'une même médaille. On ne peut aimer Dieu sans aimer le prochain et on ne peut aimer le prochain sans aimer Dieu". En effet, "le signe visible que le chrétien peut montrer pour témoigner au monde...l'amour de Dieu, est l'amour de ses frères. Le commandement de l'amour de Dieu et du prochain est le premier, non parce qu'il est en tête des commandements. Jésus ne le met pas au sommet mais au centre, parce que c'est le cœur d'où tout doit partir et où tout doit revenir et se référer... A la lumière de cette parole de Jésus, l'amour est la mesure de la foi, et la foi est l'âme de l'amour. Nous ne pouvons plus séparer la vie religieuse, la vie de piété, du service des frères, de ces frères que nous rencontrons vraiment. Nous ne pouvons plus séparer la prière, la rencontre avec Dieu dans les sacrements, de l'écoute de l'autre, de la proximité à sa vie, en particulier à ses blessures... Au milieu de la densité de préceptes et de prescriptions, jusqu'aux légalismes d'hier et d'aujourd'hui, Jésus fait une brèche qui permet de mettre à jour deux visages, le visage du Père et celui du frère. Il ne nous remet pas deux formules ou deux préceptes...il nous remet deux visages, et même un seul, celui de Dieu qui se reflète sur tant de visages, parce que dans le visage de chaque frère, spécialement du plus petit et fragile, du sans défense et nécessiteux, c'est l'image de Dieu lui-même qui est présente... C'est ainsi que Jésus offre à chaque homme le critère fondamental sur lequel il faut régler sa vie. Mais il nous a surtout donné l'Esprit Saint qui nous permet d'aimer Dieu et notre prochain comme lui, avec un cœur libre et généreux. Par l'intercession de Marie, notre Mère, ouvrons-nous pour accueillir ce don de l'amour, pour cheminer toujours sur cette loi des deux visages qui ne font qu'un, la loi de l'amour".


Après l'angélus, le Pape a rappelé que hier à São Paulo (Brésil), a été proclamée bienheureuse Mère Assunta Marchetti, née en Italie, co-fondatrice des Missionnaires de saint Charles Borromée, dites soeurs scalabriniennes. "C'était une sœur exemplaire au service des orphelins des émigrés italiens. Elle voyait Jésus présent dans les pauvres, les orphelins, les malades, les émigrés. Rendons grâce au Seigneur pour cette femme, modèle infatigable de mission et de courageux dévouement au service de la charité. Cela sonne comme un rappel et une confirmation de ce que nous avons dit avant, c'est-à-dire chercher le visage de Dieu chez nos frères et sœurs dans le besoin".

Précarité et espérance


Cité du Vatican, 25 octobre 2014 (VIS). Le Saint-Père a fait parvenir un message au congrès national organisé à Salerne par la Conférence épiscopale italienne et consacré à la précarité et à l'espérance. Son but est de fournir, aux jeunes principalement, des perspectives dans un contexte d'incertitude et de mutations: Au cours de mes visites en Italie, y écrit-il, "ainsi qu'à l'occasion de nombreux entretiens, j'ai pu saisir la situation dans laquelle se trouvent tant de jeunes sans travail, chômeurs ou précaires. Plus que d'une question économique il s'agit d'un problème de dignité. Il n'y a pas de dignité sans travail. La dignité c'est de gagner son pain quotidien... Travailler signifie faire des projets, fonder une famille. Or la jeunesse subit en Italie une sorte de passion. La culture du rebut y est forte car tout ce qui est inutile au profit est sacrifié. Sans emploi, les jeunes sont rejetés, ce qui anéanti l'avenir d'un peuple tout entier. Les jeunes représentant l'avenir, il faut combattre la culture du rebut... Comment ne pas se faire voler l'espérance dans les sables mouvants de la précarité? User de la force de l'Evangile, qui est source d'espérance car venant de Dieu et du Christ qui s'est rendu solidaire de notre précarité. Les jeunes dans l'Eglise ont le devoir d'insuffler la force de l'Evangile dans la société et dans la culture... L'Evangile pousse à être attentionné aux autres, à la rencontre et à la solidarité. Avec sa force, vous serez des témoins de l'espérance au-delà de la précarité".   

Développement humain et activité économique


Ci du Vatican, 25 octobre 2014 (VIS). Le Secrétaire d'Etat, est intervenu hier à Rome à la conférence organisée par l'Institut d'études internationales Kellogg pour l'inauguration du Global Gateway de l'Université Notre-Dame (Dignité humaine et développement humain): Les sujets abordés, a dit le Cardinal Parolin, "indiquent qu'en ce qui concerne la relation entre développement et dignité humaine, les termes économie, systèmes économiques et d'autres similaires peuvent être utilisés comme synonymes du mot développement. Cela implique de mieux comprendre les défis actuels dans la promotion de la dignité humaine. En effet, le développement est étroitement lié à la gestion adéquate des ressources des pays pauvres tout comme à la gouvernance de l'économie des pays riches qui a des retombées positives ou négatives sur l'économie des pays en voie de développement. Cependant, la raison fondamentale de partir de l'économie est que le magistère social de l'Eglise a constamment révélé que les difficultés les plus importantes du développement humain intégral viennent d'une vision déformée de l'homme et de l'activité économique, qui menace la dignité de la personne". Puis il a rappelé la continuité, en matière de magistère du Pape François avec celui de ses prédécesseurs, en particulier Benoît XVI, parce que l'un et l'autre "avertissent que la question du développement et de la juste gouvernance de l'économie sont insolubles sans une vision complète de la personne humaine et l'engagement constant à des comportements moraux fermes et cohérents, solidement ancrés dans la loi naturelle et dans la recherche du bien commun", parce que, comme l'écrivait Benoît XVI dans son encyclique Caritas in Veritate: "Le développement ne sera jamais complètement garanti par des forces, pour ainsi dire automatiques et impersonnelles, que ce soit celles du marché ou celles de la politique internationale. Le développement est impossible s'il n'y a pas des hommes droits, des acteurs économiques et des hommes politiques fortement interpellés dans leur conscience par le souci du bien commun. La véritable orientation de toute activité économique vers le développement humain intégral exige donc une conversion de l'intelligence et du cœur. Il faut donc substituer la foi prométhéenne dans le marché ou en d'autres idéologies et visions aprioristes alternatives ou contraires, avec la foi en Dieu et une vision transcendante de l'homme, fils de Dieu. Cela conduira à une conversion des intelligences, dans le sens du développement d'une science et d'une pratique économique qui partent d'une définition intégrale de l'homme et qui se mettent au service de son développement, qui sachent, en fait, orienter la production et la consommation vers une véritable réalisation de l'homme, dans sa relation avec Dieu et avec le prochain".

Audiences


Cité du Vatican, 27 octobre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin:

Mgr.Luis Mariano Montemayor, Nonce apostolique au Sénégal, au Cap Vert et en Guinée Bissau, Délégué apostolique en Mauritanie.

Une délégation de l'Université hébraïque Bar-Ilan (Israël).

Samedi dernier, 25 octobre, il avait reçu:

Le Cardinal Marc Ouellet, PSS, Préfet de la Congrégation pour les évêques.


M.Marón Curi (Argentine), Président de l'Union culturelle Argentine Liban. 

Autres actes pontificaux


Cité du Vatican 27 octobre 2014 (VIS). Le Saint-Père a nommé Mgr.Bernardino C.Cortez, Prélat d'Infanta (superficie 7.189, population 516.000, catholiques 450.000, prêtres 41, religieux 132), aux Philippines. Il était jusqu'ici Auxiliaire de l'Archevêque de Manille (Philippines).


Samedi dernier, 25 octobre, il avait nommé Mgr.Quesnel Alphonse, SMM, Evêque de Fort-Liberté (superficie 1.600, population 498.000, catholiques 371.000, prêtres 48, religieux 69), en Haïti. Il était jusqu'ici Auxiliaire de l'Archevêque de Port-au-Prince (Haïti). 

vendredi 24 octobre 2014

Pas d'avancée oecuménique sans renouveau intérieur


Cité du Vatican, 24 octobre 2014 (VIS). Ce midi, le Saint-Père a reçu une délégation de l'Orientale Lumen Foundation in America, en pèlerinage oecuménique à Rome. Tout pèlerinage chrétien, a-t-il dit à ses hôtes, "ne se limite pas à un déplacement géographique car c'est avant tout une occasion de renouveau intérieur à la rencontre du Seigneur... Cette dimension est essentielle pour atteindre la réconciliation et la pleine communion des fidèles du Christ. Il ne peut y avoir d'avancée oecuménique sans un renouveau intérieur, sans la recherche d'une plus grande fidélité au Christ et à sa volonté". Rappelant leur récente canonisation, le Pape a salué le choix de Jean XXIII et de Jean-Paul II comme figures ayant contribué à renforcer les rapports entre l'Eglise catholique et les Eglises orthodoxes". Puis il leur a demandé de prier pour lui au cours de ce pèlerinage "pour que, par l'intercession de mes prédécesseurs Pierre Paul et selon la volonté du Seigneur, je puisse accomplir mon ministère...au service de la communion et de l'unité de l'Eglise". Il a enfin demandé de transmettre ses salutations cordiales au Patriarche de Constantinople, qu'il s'apprête à rencontrer dans un mois à l'occasion de son voyage en Turquie. 

Programme du Pape en novembre


Cité du Vatican, 24 octobre 2014 (VIS). Voici le programme des activités publiques et cérémonies que présidera le Pape François en novembre:

Samedi 1: Cimetière municipal du Verano à 16 h, messe pour les défunts en la Solennité de Toussaint.

Dimanche 2: Cryptes vaticanes à 18 h, prière sur les tombes des Papes.

Lundi 3: Basilique vaticane à 11 h 30', messe en suffrage des Cardinaux et Evêques décédés ces douze derniers mois.

Dimanche 23: Place St.Pierre à 10 h 30', messe de canonisation de six bienheureux en la Solennité du Christ Roi.

Mardi 25: Déplacement à Strasbourg, visite au Parlement européen et au Conseil de l'Europe.

Vendredi 28 - dimanche 30: Voyage apostolique en Turquie. 

Les exclus doivent être acteurs d'une nouvelle société


Cité du Vatican, 24 octobre 2014 (VIS). Ce matin a été présentée en Salle de Presse la Rencontre mondiale des mouvements populaires, organisée par le Conseil pontifical Iustitia et Pax et l'Académie pontificale des sciences sociales (27 - 29 octobre). Le Cardinal Peter Kodwo Appiah Turkson, Président du Conseil pontifical, était accompagné de Mgr.Marcelo Sánchez Sorondo, Chancelier de l'Académie, et de M.Juan Grabosi, Responsable de la Confédération des travailleurs de l'économie populaire, sont l'action en faveur des exclus ("cartoneros", ambulants, "campesinos") était déjà soutenue à Buenos Aires par le Pape François pour son action auprès des exclus, victimes du néolibéralisme. Le Saint-Père, a dit M.Grabosi, "nous encourage aujourd'hui à agir de manière globale. Organisés en une multitude de mouvements populaires, les pauvres et les pays pauvres doivent engager une bataille pour retrouver leur dignité et gagner la justice sociale. La Rencontre répond à des intérêts simples et concrets...comme la terre, l'habitat et l'emploi...de plus en plus difficiles à défendre. Pour atteindre ces objectifs il faut organiser les pauvres afin qu'ils construisent d'en bas une alternative à une globalisation qui exclut tant de personnes des biens essentiels que sont la terre, l'habitat et le travail, mais encore la paix et la paix". Des dirigeants des divers continents prendront part à la Rencontre pour représenter les travailleurs précaires, saisonniers et émigrés, les chômeurs organisés en auto-gestion, sans protection sociale, médicale ou syndicale, les paysans expulsés de leurs terres par la spéculation ou la violence, les victimes de l'exode rural contraints de vivres aux périphéries urbaines sans services. Les participants entendent partager la pensée sociale du Pape, débattre d'une exclusion sociale croissante, échanger leurs expériences et les solutions qu'ils prônent en matière d'agriculture et d'alimentation notamment. Le rôle de ces mouvements populaires est fondamental pour gagner la paix ou respecter l'environnement, surtout dans les régions en guerre, en guerre des ressources tout particulièrement. Ils doivent aussi discuter de leurs rapports avec l'Eglise et tendre à créer un organisme permanent d'initiative et de coordination". La Rencontre aboutira à une déclaration qui, on l'espère, aura un écho dans l'opinion, mais aussi à la création d'un Conseil des mouvements populaires. Le Cardinal Turkson a précisé combien il était important pour l'Eglise d'entendre l'appel au secours de tous les exclus, leur soif de justice, et pas seulement à l'occasion d'événements spectaculaires. L'Eglise et le monde doivent écouter leurs attentes et leurs propositions. Les exclus doivent devenir des acteurs d'une nouvelle société, "des changements nécessaires, socio-économiques et politico-culturels". L'Eglise, a conclu le Cardinal, "doit faire siens besoins et aspirations des mouvements populaires, collaborer avec eux avec tous les moyens dont elle dispose".



Audiences


Cité du Vatican 24 octobre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin:

Le Cardinal George Pell, Préfet du Secrétariat pour l'économie.

Mgr.Augustine Kasujja, Nonce apostolique au Nigeria et Observateur permanent près la Communauté économique des états de l'Afrique occidentale.


Une délégation de l'Union mondiale des enseignants catholiques.
Copyright © VIS - Vatican Information Service