Home - VIS Vatican - Réception du VIS - Contactez-nous - Calendrier VIS

Le Vatican Information Service (VIS) est un service d'information de la Salle-de-Presse du Saint-Siège. Il propose des informations sur le Magistère et l'activité pastorale du Saint-Père et de la Curie Romaine... []

dernières 5 nouvelles

VISnews  Twitter Go to YouTube

vendredi 12 février 2016

Le Pape en route pour le Mexique


Cité du Vatican, 12 février 2016 (VIS). Peu avant 8 h heure de Rome, l'avion papal a décollé à destination de La Havane, escale avant que le Saint-Père n’entame sa XII visite pastorale internationale au Mexique. L'arrivée de l'avion à Cuba est prévu vers 20 h (14 heures locales). Trois heures seront alors réservées à la rencontre historique du Pape François et du Patriarche Cyrille de Moscou. En raison du voyage, le bulletin VIS sera diffusé demain 13 et dimanche 14 février.

Collecte pascale pour la Terre Sainte


Ci du Vatican, 12 février 2016 (VIS). Le Préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales a adressé sa lettre annuelle (10 février) à l'épiscopat mondial en vue de la traditionnelle collecte du Vendredi Saint en faveur de la Terre Sainte. Le Vendredi Saint, écrit le Cardinal Leonardo Sandri, est le jour où le mal semble vaincu par l’Innocent" mort et ressuscité. Malheureusement la Terre-Sainte "continue à vivre un temps infini de violence. Si notre regard s’élargissait au monde entier, il ne réussirait pas à donner des ailes à l’espérance d’un futur serein. Le cœur de l’homme, inquiet et tourmenté, réclame lumière, vie, espérance. Il veut marcher avec les autres, il cherche la fraternité et veut se remettre en chemin, il a besoin de voir au-delà de ce qui l’entoure, une réalité plus grande et plus vraie: Le renouvellement éternel d’un salut déjà donné. La collecte du Vendredi Saint rallume en nous cette espérance" et fait que nous nous tournions vers la "Terre Sainte, Orient de notre rédemption. Là, sont nos racines, là, est notre cœur. Nous sommes débiteurs envers qui en est parti annoncer la foi au monde, débiteurs aussi envers qui y est demeuré, malgré les conflits qui tourmentent" cette région du monde. "Cette Terre appelle notre charité, depuis toujours et aujourd’hui avec plus d'insistance. Chaque personne qui y vit et travaille a besoin de nos prières et de notre aide matérielle... En cette année jubilaire, nous sommes plus que jamais encouragés à manifester notre miséricorde et notre proximité à nos frères du proche et moyen Orient. Les réfugiés, les personnes âgées, les enfants et les malades ont besoin de nous. Dans cette terre d’Orient, on est tué, on meurt, on est enlevé, on vit dans l’angoisse pour les êtres chers, on souffre quand la famille est dispersée par l’émigration et par les exodes. On expérimente la peur de l’abandon, de la solitude et de l’incompréhension: temps d’épreuves et de défis, temps du martyr. Et tout cela se répercute sur le devoir d’aider, de faire face aux urgences, de reconstruire, de trouver des espaces, de nouveaux modes et des lieux d’agrégation ainsi que d’assistance".


Outre Jérusalem, l'aire intéressée par les actions caritatives englobe tout Israël, les territoires palestiniens, Chypre, la Jordanie, la Syrie, le Liban, l'Egypte, la Turquie, l'Iran, l'Irak, l'Ethiopie et l'Erythrée. Est joint à la lettre du Cardinal Sandri aux évêques un document qui expose les réalisations opérées en 2015 par la Custodie de Terre Sainte grâce à la collecte précédente: bourses d'études, aides à l'artisanat, gestions de foyers, de centres de consultation familiale, de logements pour pauvres et jeunes, de dispensaires, remise en état et entretien d'églises et restauration de monuments religieux, aides aux paroisses, aux écoles et aux familles en difficulté, soutien aux activités culturelles et universitaires, et aux services sociaux et médicaux. L'année passée a été tout particulièrement attentive aux chrétiens de Syrie et du Liban en grande difficulté, qui ont été assistés financièrement, notamment pour des constructions ou reconstructions d'infrastructures communautaires.

Mercredi des Cendres


Cité du Vatican, 12 février 2016 (VIS). Hier après-midi, Mercredi des Cendres, le Pape François a célébrée en la Basilique vaticane la messe et présidé le rite de l'imposition des cendres, procédant également à l'envoi des Missionnaires de la Miséricorde pour le Jubilé, qui ont reçu le mandat d'absoudre les péchés réservés au siège apostolique. A l'homélie, il a tout d'abord rappelé que durant l'itinéraire quadragésimal, la Parole de Dieu nous porte à se réconcilier avec Dieu... Parce que le Christ connaît nos faiblesses...il sait combien nous avons besoin de pardon, de nous sentir aimés et de faire le bien. Or seuls nous ne pouvons pas. Ainsi l'apôtre nous demande non de faire quelque chose mais de nous laisser réconcilier avec Dieu", de lui permettre de nous pardonner, en reconnaissant notre besoin de sa miséricorde. "C'est là la première étape du cheminement chrétien, entrer par la porte ouverte qu'est le Christ...le Sauveur qui nous offre une vie nouvelle et heureuse''. Puis le Pape a mis en garde contre "la tentation de blinder nos portes, de nous enfermer avec nos péchés... pensant que nous ne sommes pas pire que les autres. Ainsi enfermés nous restons les prisonniers du mal''. Un autre danger réside dans ''la réticence à ouvrir la porte secrète de notre cœur'', alors que la honte est ''un bon signe, qui indique que nous voulons nous séparer du mal. Il ne faut jamais avoir peur''. Le troisième obstacle est de nous éloigner de la porte. ''C'est ce qui se passe quand nous nous cachons nos misères, lorsque nous broyons constamment du noir au point de sombrer... Alors nous tremblons et sommes plus faibles contre les tentations. Si nous restons seuls avec nous-mêmes, en verrouillant tout afin d'éviter la lumière, nous obscurcissons la grâce de Dieu qui seule libère''.


La deuxième invitation de Dieu, a ensuite rappelé le Saint-Père, vient du prophète Joël: Revenez à moi de tout votre cœur. Nous nous sommes éloignés à cause du péché. Nous nous sommes détournés de Dieu, des autres et de nous-mêmes... Et nous savons combien il nous est difficile de faire vraiment confiance à Dieu, de lui faire confiance comme Père... Combien il est difficile d'aimer les autres, et facile de penser du mal d'eux!... Séduits par tant de choses matérielles, nous finissons par devenir pauvres. Face au mystère du péché, Jésus a mis en route l'histoire du salut. L'Evangile qui ouvre le Carême nous invite à être des promoteurs" des trois remèdes au péché. Le premier est ''la prière, expression de l'ouverture et la confiance dans le Seigneur... Pour prier il faut reconnaître ne pas être auto-suffisants". J'ai besoin de toi Seigneur, qui êtes ma vie et mon salut. Le deuxième médicament est la "charité qui permet surmonter le sentiment d'étrangeté quand nous rencontrons l'autre. Le véritable amour n'est pas un acte externe, une condescendance: Donner quelque chose pour nous soulager la conscience, plutôt que d'accepter ceux qui ont besoin de notre temps, de notre amitié et de notre aide". Enfin, il y a ''le jeûne, la pénitence qui nous libère...de l'éphémère et...nous invite à la simplicité et au partage: Prenons une partie de ce qu'il y a sur notre table pour redécouvrir le vrai bien de la liberté, Revenez à moi, dit l'Eternel... Ne le faisons pas seulement par un acte extérieur, mais réalisons le au plus profond de nous-mêmes. Jésus nous appelle à vivre la prière, la charité et la pénitence avec cohérence et authenticité. Ainsi surmonterons nous l'hypocrisie. Le Carême est un temps de bénéfique pour lutter contre le mensonge, la mondanité, l'indifférence... Avoir un cœur pur et une vie purifiée signifie redécouvrir l'identité chrétienne, qui est l'amour qui sert, et non l'égoïsme qui se sert''.

Autres actes pontificaux


Cité du Vatican, 12 février 2016 (VIS). Le Saint-Père a nommé:

L'Abbé Antonio Giuseppe Caiazzo, Archevêque de Matera - Irsina (superficie 2.095, population 142.748, catholiques 140.000, prêtres 92, religieux 90), en Italie. L'Evêque élu, né en 1956 à Isola Capo Rizzuto (Italie) et ordonné prêtre en 1981, était jusqu'ici vicaire épiscopal et curé de paroisse dans le diocèse de Crotone. Docteur en liturgie, il a été enseignant et membre de la commission liturgique de la Conférence épiscopale italienne, directeur du centre diocésain de liturgie puis des vocations, recteur d'un petit séminaire, membre du Presbyterium.

Mgr.Tomás Holub, Evêque de Plzen (superficie 9.236, population 853.700, catholiques 119.100, prêtres 92, diacres 6, religieux 67), en République tchèque. L'Evêque élu, né en 1967 à Jaromer (République tchèque) et ordonné prêtre en 1993, était jusqu'ici Secrétaire Général de la Conférence épiscopale tchèque et curé de paroisse. Il succède à Mgr.Frantisek Radkovsky, dont la renonciation a été acceptée pour limite d'âge. Docteur en théologie, il a été aumônier militaire et vicaire général de diocèse.


mercredi 10 février 2016

Réunion de la Commission pour la protection des mineurs


Cité du Vatican, 6 février 2016 (VIS). Aujourd'hui s'est réunie la Commission pontificale pour la protection des mineurs pour débattre de ses actions et projets. Il a également été décidé que M.Peter Saunders, Membre de cette commission, prendrait un congé afin d'envisager comment mieux soutenir son travail.  

Autres actes pontificaux


Cité du Vatican, 10 février 2016 (VIS). Le Saint-Père a:

Nommé Mgr.Lauro Tisi, Archevêque métropolitain de Trente (superficie 6.212, population 530.308, catholiques 486.000, prêtres 587, diacres 28, religieux 726), en Italie. L'Evêque élu, né en 1962 à Giustino (Italie) et ordonné prêtre en 1987, était jusqu'ici Vicaire Général de ce même diocèse. Il succède à Mgr.Luigi Bressan, dont la renonciation a été acceptée pour limite d'âge. Il a été Vice Recteur du séminaire diocésain, responsable diocésain des jeunes prêtres et père spirituel.

Nommé le P.Roberto Carboni, OFM.Conv, Evêque de Ales - Terralba (superficie 1.494, population 97.830, catholiques 97.580, prêtres 66, diacres 5, religieux 89), en Italie. L'Evêque élu, né en 1958 à Scano Montiferro (Italie), a émis ses voeux religieux en 1982 et a été ordonné prêtre en 1984. Il était jusqu'ici Secrétaire Général en charge de la formation des Frères Mineurs Conventuels. Licencié en psychologie, il a occupé diverses fonctions au sein de son ordre et a été missionnaire à Cuba. Il succède à Mgr.Giovanni Dettori, dont la renonciation a été acceptée pour limite d'âge.

Nommé Mgr.Renato Marangoni, Evêque de Belluno - Feltre (superficie 3.263, population 188.500, catholiques 188.300, prêtres 206, diacres 6, religieux 181), en Italie. L'Evêque élu, né en 1958 à Crespano del Grappa (Italie) et ordonné prêtre en 1983, était jusqu'ici Vicaire épiscopal pour ce même diocèse. Il succède à Mgr.Giuseppe Andrich, dont la renonciation a été acceptée pour limite d'âge. Docteur en théologie, il a été aumônier universitaire, Vice Directeur du Collège Gregorianum de Parme, responsable diocésain de la formation permanente du clergé, Président de la commission pour la famille, Délégué à la pastorale, vicaire épiscopal et Membre du Presbyterium.


Accepté, pour limite d'âge, la renonciation de Mgr.Guido Fiandino, à l'office d'Auxiliaire de l'Archevêque de Turin (Italie).

Visite du Premier Ministre irakien


Cité du Vatican, 10 février 2016 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin le Premier Ministre irakien Maydar Jawwad al-Abadi, qui s'est ensuite entretenu avec le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d'Etat, accompagné de Mgr.Paul Richard Gallagher, Secrétaire pour les rapports avec les états: Après avoir évoqué leurs bonnes relations, les parties se sont penchées sur la vie de l'Eglise et la situation des chrétiens comme des autres minorités de l'Irak, en soulignant l'importance de leur présence et la nécessité d'en protéger les droits. Il a ensuite été question de la place du dialogue inter-religieux au sein de la société et de la responsabilité qu'ont les communautés religieuses dans la diffusion de la tolérance et de la paix civile. Les parties ont enfin souligné l'importance du processus de réconciliation en cours dans le pays entre ses diverses composantes, puis envisagé la question humanitaire qui intéresse l'Irak et toute la région.


Si le jubilé n'atteint pas nos poches, ce n'est pas un vrai jubilé.


Cité du Vatican, 10 février 2016 (VIS). Ce matin, au cours de l'audience générale, Place St.Pierre, le Saint-Père a consacré sa catéchèse au sens biblique du Jubilé. Il a expliqué que tous les cinquante ans, au jour de l'expiation, avait lieu un grand évènement de libération. Cela consistait en une sorte de rémission générale qui effaçait les dettes et permettait aux propriétaires débiteurs de récupérer leurs terres. L'idée centrale est que la terre appartient à Dieu et a été confiée aux hommes qui sont ses administrateurs. Le jubilé biblique était un vrai jubilé de la miséricorde qui avait pour fonction d'aider le peuple à vivre une fraternité concrète en cherchant, par une aide réciproque, le bien du frère nécessiteux. Il a ajouté que d'autres institutions, comme le versement de la dîme et les prémices, ou l'interdiction de prêter avec des intérêts disproportionnés, étaient aussi destinées à aider les pauvres, les orphelins et les veuves. Le message du jubilé biblique nous invite à construire une terre et une société basée sur la solidarité, le partage et la juste répartition des ressources. Le Saint-Père a souligné que si le Jubilé n'arrive pas à nos poches, ce n'est pas un vrai jubilé, et cela “est dans la Bible, ce n'est pas le Pape qui l'invente”, a-t-il poursuivi. “Nous sommes tous des hôtes du Seigneur, en attente de la patrie céleste, appelés à rendre habitable et humain le monde qui nous accueille. Et combien de prémices, le plus fortuné pourrait-il donner à celui qui est en difficulté! Les prémices, ne sont pas seulement des fruits des champs, mais de tout autre produit du travail, des salaires, des économies, de tant de choses que l'on possède et que l'on gaspille souvent. Cela arrive aussi aujourd'hui. En pensant à cela, l'Ecriture Sainte exhorte avec insistance à répondre généreusement aux demandes de prêts, sans faire de calculs mesquins et sans prétendre à des intérêts impossibles... Cet enseignement est toujours actuel. A combien de situations d'usure sommes-nous contraints d'assister -s'est exclamé le Pape- et combien de souffrance et d'angoisse apportent-elles aux familles! Et souvent, par désespoir, combien d'hommes finissent par se suicider parce qu'ils n'en peuvent plus, il n'ont plus d'espérance, ils n'ont pas de main ferme qui les aide, seulement la main qui leur demande de payer les intérêts! L'usure est un péché grave qui crie devant Dieu. Cependant le Seigneur a promis sa bénédiction à celui qui ouvre sa main pour donner largement. Il te donnera le double, peut-être pas en argent, mais en autre chose, mais le Seigneur te donnera toujours le double”. Avant de conclure, le Pape a rappelé que “si nous voulons la miséricorde, commençons par faire, nous, la miséricorde entre citoyens, dans les familles, les peuples et les continents. Contribuer à réaliser une terre sans pauvres, signifie construire une société sans discrimination, basée sur la solidarité qui conduit à partager ce que l'on possède, dans une distribution des ressources fondée sur la fraternité et la justice”.


Notre Dame de Lourdes et la Journée du malade


Cité du Vatican, 27 janvier 2016 (VIS). Au terme de sa catéchèse hebdomadaire, le Pape a rappelé que demain, mémoire liturgique de Notre Dame de Lourdes, est aussi la XXIV Journée mondiale du malade. Ayant consacré son message 2016 à la tendresse de Dieu et à l'immense bonté de Jésus miséricordieux qui se réfléchissent dans la sollicitude de Marie à Canna, il a invité à prier pour les malades et à les entourer d'amour, à être attentifs à leurs besoins les plus imperceptibles.

Message à la Prélature de Pompei


Cité du Vatican, 10 février 2016 (VIS). Le Saint-Père a fait parvenir un message audio aux participants à l’initiative KeepLent (anagramme de: observe le Carême) du Service pastoral Jeunesse de la Prélature de Pompei (Italie), destinée à diffuser l'Evangile quarésimal sur les réseaux sociaux: Jésus dit à ses disciples de ne pas pratiquer leur justice hors de la vue des gens. Lorsque tu fais l'aumône, disait-il, ne sonne pas de la trompette car le Père qui voit dans le secret te récompensera. "La parole de Dieu donne une bonne orientation pour bien vivre le Carême. Quand nous faisons quelque chose de bien, nous sommes parfois tentés d'être félicités et de recevoir quelque récompense, voire la gloire humaine. Mais ce n'est alors qu'une fausse récompense... Jésus nous demande de faire le bien parce qu'il est bon. Il nous demande de se sentir toujours placés sous le regard du Père céleste et de vivre en union avec lui, et non par rapport au jugement des autres. Vivre à la présence du Père est une joie beaucoup plus profonde de la gloire mondaine. Notre attitude dans ce carême doit donc être de vivre dans le secret où le Père nous voit, nous aime, qui nous attend. Bien sûr, les choses extérieures sont importantes, mais il faut toujours faire un choix pour vivre en la présence de Dieu. Faisons donc devant Dieu tout notre possible par la prière, la mortification et la charité fraternelle. Ainsi, nous serons dignes de la récompense du Père. Bon Carême, que Notre-Dame de Pompéi vous accompagne, et s'il vous plaît priez pour moi".

Manifester la maternité de l'Eglise


Cité du Vatican, 10 février 2016 (VIS). Manifester la maternité de l'Eglise, être conscients du désir de pardon et de la honte dont on va se confesser et ne pas se servir du bâton du jugement, mais du manteau de la miséricorde, ont été les conseils donnés par le Pape hier après-midi, lors d'une audience aux missionnaires de la miséricorde, venus de tous les continents, et à qui il a conféré aujourd'hui, au cours de la messe du mercredi des Cendres, le mandat de missionnaires de la miséricorde dans le cadre du Jubilé. ''Je vous retrouve avec un grand plaisir, avant de vous donner le mandat d'être missionnaires de la miséricorde -leur a dit le Pape-. C'est un signe d'importance particulière parce qu'il caractérise le Jubilé, et permet à toutes les Eglises locales de vivre le mystère insondable de la miséricorde du Père. Etre missionnaire de la miséricorde est une responsabilité qui vous est confiée, parce qu'elle vous demande d'être, les premiers, les témoins de la proximité de Dieu et de sa façon d'aimer. Non pas notre façon, toujours limitée et parfois contradictoire, mais sa façon d'aimer et sa façon de pardonner, qui est justement la miséricorde''. Le Pape a ensuite rappelé aux missionnaires que dans leur ministère, ils étaient appelés à manifester la maternité de l'Eglise. ''L'Eglise est mère -a-t-il dit- parce qu'elle engendre toujours de nouveaux enfants dans la foi; l'Eglise est mère parce qu'elle nourrit la foi; et l'Eglise est aussi mère parce qu'elle offre le pardon de Dieu, régénéré à une vie nouvelle, fruit de la conversion. Nous ne pouvons pas courir le risque qu'un pénitent ne perçoive pas la présence maternelle de l'Eglise qui l'accueille et l'aime. Si cette perception diminue à cause de notre rigidité, ce serait un grave dommage, d'abord pour la foi, parce que cela empêcheraît le pénitent de se voir insérer dans le corps du Christ. En outre, cela limiterait beaucoup son sentiment d'appartenir à une communauté. Nous sommes, au contraire, appelés à être une expression vivante de l'Eglise qui, telle une mère, accueille qui s'approche d'elle, sachant que par elle, on est inséré dans le Christ. Quand on entre dans le confessionnal, rappelons-nous toujours que c'est le Christ qui nous accueille, que c'est le Christ qui nous écoute, que c'est le Christ qui nous pardonne, que c'est le Christ qui nous donne la paix. Nous sommes ses ministres, et nous avons, les premiers, besoin d'être pardonnés par lui. C'est pourquoi, quel que soit le péché qui nous est confessé, ou que la personne n'ose dire, mais qu'elle fait comprendre, et c'est suffisant, chaque missionnaire est appelé à se souvenir de sa propre existence de pécheur et à se faire humblement canal de la miséricorde de Dieu''.

Un autre aspect important est de savoir ''regarder le désir de pardon présent dans le cœur du pénitent. C'est un désir, fruit de la grâce et de son action dans la vie des personnes, qui permet de sentir la nostalgie de Dieu, de son amour et de sa maison. N'oublions pas qu'il y a justement ce désir au début de la conversion. Le cœur se tourne vers Dieu, reconnaissant le mal accompli, mais avec l'espérance d'obtenir le pardon. Et ce désir se renforce quand on décide dans son cœur de changer sa vie et de ne plus vouloir pécher. C'est le moment où l'on s'en remet à la miséricorde de Dieu et que l'on a pleinement confiance d'être compris par lui, pardonné et soutenu. Faisons de la place à ce désir de Dieu et de son pardon; faisons-le émerger comme véritable expression de la grâce de l'Esprit qui provoque la conversion du cœur''. Enfin, le Saint-Père a évoqué une composante dont on ne parle pas beaucoup, mais qui est toutefois déterminante: la honte. ''Il n'est pas facile de se présenter devant un autre homme, même sachant qu'il représente Dieu, et de confesser son péché. On éprouve de la honte pour ce que l'on a fait, et aussi de devoir le confesser à un autre'', a dit le Pape, soulignant que la Bible, dès ses premières pages, parle de la façon dont Adam et Eve, après avoir péché ont ressenti de la honte et se sont cachés de Dieu. Noé, également, considéré comme un homme juste, n'est pas sans péché. Son ébriété est un signe de sa faiblesse, au point de perdre sa dignité en se dénudant devant ses enfants, Sem et Jafet, qui cherchent aussitôt à le couvrir. ''Ce récit -a poursuivi le Pape- me fait comprendre combien notre rôle est important dans la confession. Face à nous, il y a une personne nue, et aussi une personne qui ne sait pas parler ni que dire, avec sa faiblesse et ses limites, avec la honte d'être un pécheur, et souvent de ne pas réussir à le dire. N'oublions pas: face à nous, ne se trouve pas le péché, mais le pécheur repenti... Une personne qui ressent le désir d'être acceptée et pardonnée... Nous ne sommes donc pas appelés à juger, dans une attitude de supériorité, comme si nous étions exempts du péché. Nous sommes, au contraire, appelés à agir comme Sem et Jafet..qui prirent un manteau pour protéger leur père de la honte. Etre confesseur selon le cœur du Christ équivaut à couvrir le pécheur du manteau de la miséricorde pour qu'il n'éprouve plus de honte, qu'il retrouve la joie de sa dignité filiale et qu'il puisse aussi savoir où elle se retrouve.''


C'est pourquoi, ''ce n'est pas avec le bâton de justice que nous réussirons à ramener la brebis égarée du troupeau, mais par la sainteté de vie qui est le principe de renouvellement et de réforme dans l'Eglise. La sainteté se nourrit d'amour et sait porter sur elle le poids de qui est plus faible. Un missionnaire de la miséricorde porte sur ses épaules le pécheur, et le console avec la force de la compassion... On peut faire beaucoup de mal, très mal à une âme, si on ne l'accueille pas avec un cœur de père, avec le cœur de la Mère Eglise. Il y a quelques mois -a ajouté le Pape- je parlais avec un sage cardinal de la Curie romaine des questions que certains prêtres faisaient dans la confession et il m'a dit: Quand une personne commence et que je vois qu'elle veut dire quelque chose, que je m'en aperçois et comprends, je lui dis: J'ai compris, sois tranquille. Ça c'est un père! Je vous accompagne dans cette aventure missionnaire -a conclu le Pape- en vous laissant comme exemple deux saints ministres du pardon de Dieu, saint Léopold et saint Pio... avec tous les autres prêtres qui dans leur vie ont témoigné de la miséricorde de Dieu. Ils vous aideront. Quand vous sentirez le poids des péchés que l'on vous a confessés et les limites de votre personne et de vos paroles, remettez-vous à la force de la miséricorde qui va à la rencontre de tous comme amour et qui ne connaît pas de limites. Et dites comme tant de saints confesseurs: Seigneur, moi je pardonne, met-le sur mon compte! Et continuez''.

Avis


Cité du Vatican, 10 février 2016 (VIS). Comme annoncé, en raison de l'anniversaire demain de la création de l'Etat de la Cité du Vatican en la fête de Notre Dame de Lourdes, le prochain bulletin VIS sera diffusé vendredi 12 février.

mardi 9 février 2016

Messe avec les capucins


Cité du Vatican, 9 février 2016 (VIS). Le Saint-Père a célébré ce matin une messe à l'autel de la Cathedra à l'occasion du transfert en la Basilique vaticane des dépouilles du Padre Pio et de saint Léopold Mandic. Il était entouré de tous les capucins venus pour l'événement: Parmi vous, a-t-il dit à l'homélie, "il y a de grands confesseurs parce que conscients d'être pécheurs... Devant la grandeur de Dieu, ils prient le Seigneur d'écouter et de pardonner. Ils prient parce qu'ils savent d'être pardonnés. Qui oublie la nécessité de demander pardon, oublie lentement Dieu... L'humble, celui qui se sait pécheur, sait pardonner au confessionnal... Je vous parle comme un frère qui voudrait parler avec chacun d'entre vous, surtout en cette année de la miséricorde. Le confessionnal est fait pour pardonner. Et si vous ne pouvez pas donner l'absolution qu'on moins il ne blesse pas outre mesure le pénitent... La personne qui va chercher réconfort, pardon et paix doit trouver un père attentif qui lui dise que Dieu l'aime... Malheureusement beaucoup de gens disent ne jamais se confesser à cause de certaines questions du confesseur. Alors s'il vous plaît!... Heureusement, vous les capucins, vous avez le don spécial du Seigneur, qui est de pardonner. Alors ne vous lassez pas de pardonner... Il y a tellement de langages dans la vie, celui des paroles mais aussi celui des gestes. Si une personne vient à moi au confessionnal c'est parce qu'il ressent quelque chose qui lui pèse". Souvent la personne renonce à venir car elle ne se sent pas prête, conditionnée par leur psychologie, leur vie et leur situation. le Saint-Père a conclu en soulignant que le pardon est une graine, une caresse de Dieu, en exhortant les capucins à faire confiance au Seigneur dans l'exercice de leur charisme de confesseurs. Il a renouvelé son conseil d'être indulgents pour bien pardonner, et d'éviter de n'être qu'un accusateur. Le grand accusateur dans la Bible n'est-il pas le Diable! "Donc, soit on fait le travail de Jésus, qui est de pardonner en donnant la vie...soi celui du Diable qui condamne et accuse toujours... Demandons la grâce du Seigneur la grâce que je demande pour chacun d'entre vous, pour nous tous, pour tous les confesseurs à donc aussi pour moi même".

Fin de la XIII réunion du Conseil des Cardinaux


Cité du Vatican, 9 février 2016 (VIS). La treizième réunion du Conseil des Cardinaux s'est donc conclue ce matin sous la présidence du Saint-Père. Seul manquait pour raison de santé le Cardinal Oswald Gracias, Archevêque de Bombay. Ses membres ont d'abord concélébré avec lui lors de la messe pour les capucins en la Basilique vaticane. Puis il a approfondi le discours du Pape prononcé le 17 octobre dernier pour le cinquantenaire de l'institution synodale, utile pour mieux comprendre la nécessité d'une décentralisation comprise dans la réforme de la Curie. On a procédé à la lecture finale des propositions relatives au deux nouveaux dicastères regroupant les conseils pour les laïcs, pour la famille, pour la vie, de l'autre Iustitia et Pax et la pastorale des migrations. Elles sont désormais soumise au Pape. Le Cardinal Sean O'Malley, Archevêque de Boston, a présenté les travaux de la Commission pour la protection des mineurs. Les questions juridiques et disciplinaires relatives aux compétences des dicastères doivent encore être approfondie. Le Cardinal George Pell, Préfet du Secrétariat pour l'économie a illustré le point des réformes en cours. Les membres du Conseil ont reçu le Vademecum préparé par la rote Romaine pour le révision du procès canonique en matière de validité matrimoniale. 

Communiqué de la Commission pontificale pour la protection des mineurs


Cité du Vatican, 9 février 2016 (VIS) . La Commission pontificale pour la protection des mineurs s'est réunie pendant sept jours. Les six groupes de travail ont mis à jour les projets en cours et élaboré des propositions. Des collaborateurs extérieurs qui y ont participé provenaient du Fonds catholique pour le développement outre-mer (CAFOD), auxquels s'est ajouté un expert en droit canonique pénal. Des propositions ont été présentées à l'Assemblée plénière en vue de discussion pour les propositions qui seront présentées au Saint-Père, parmi elles de rappeler à toutes les autorités de l'Eglise l'importance d'une réponse directe aux victimes et aux survivants qui s'adressent à elles, ou la création d'une Journée mondiale de prière et une liturgie pénitentielle spécifique. Au cours de l'année se tiendront plusieurs séminaires sur les aspects juridiques de la protection des mineurs, dans le but d'établir une plus grande transparence des procès canoniques. Au cours de l'année écoulée, les membres de la Commission ont rencontré les évêques et les autorités chargées de la protection des mineurs aux Philippines, en Autriche, dans le Pacifique, en Nouvelle-Zélande, en Grande-Bretagne (Ecosse), en Pologne, au Costa Rica, aux Etats-Unis, c'est à dire les coordonnateurs de l'assistance aux victimes (CRDV). Après une rencontre de membres de la Commission, la Conférence épiscopale philippine a créé un bureau pour la protection des mineurs, et a publié un document sur la pastorale et la protection des mineurs. Au Ghana la Commission a rencontré les secrétaires généraux du Symposium des Conférences épiscopales d'Afrique et de Madagascar (SECAM), puis en Tanzanie les médecins attachés aux Conférences épiscopales de l'Afrique de l'Est (AMECEA). Des membres de la Commission ont également pris part à la Conférence anglophone de protection des mineurs en cours à Rome et participeront à celle qui se tiendra aux Etats-Unis. Pour 2017, la Fédération des Conférences épiscopales d'Asie (FABC) a sollicité de rencontrer des membres de la Commission. La Commission a salué l'annonce par l'Université pontificale grégorienne du début prochain d'un cours sur une protection, qui sera couronné par un diplôme spécifique. Il sera suivi par 19 participants venus d'Afrique, d'Europe, d'Amérique et d'Asie. La réunion de la Commission en septembre prochain traitera de la protection des enfants dans les écoles catholiques, ce qui inclura la contribution des experts d'Amérique latine, d'Angleterre et du Pays de Galles.


Autres actes pontificaux


Cité du Vatican, 9 février 2016 (VIS). Le Saint-Père a nommé:

Mgr.Miguel Angel Morán Aquino Evêque de Santa Ana (superficie 3.463, population 1.533.000, catholiques 985.000, prêtres 113, religieux 104), au Salvador. Jusqu'ici Evêque de San Miguel (Salvador), il succède à Mgr.Romeo Tovar Astorga, OFM, dont la renonciation a été acceptée pour limite d'âge.

Mgr.Peter Bryan Wells (USA), Nonce apostolique en Afrique du Sud et au Botswana, l'élevant à la dignité archiépiscopale. Il était jusqu'ici Assesseur aux Affaires générales de la Secrétairerie d'Etat.

Mlle.Natasa Govekar (Slovénie), Directeur du Département théologico-pastoral du Secrétariat pour la communication.

M.Francesco Masci (Italie), Directeur du Département technologique du Secrétariat pour la communication.


lundi 8 février 2016

Réunion du Conseil des Cardinaux


Cité du Vatican, 8 février 2016 (VIS). La treizième réunion du Conseil des Cardinaux s'est ouverte ce matin sous la présidence du Saint-Père. Elle se poursuivra demain.

Programme du voyage apostolique au Mexique


Cité du Vatican, 8 février 2016 (VIS). Voici le programme du voyage pastoral que le Pape effectuera au Mexique du 12 au 18 février:

Vendredi 12 février.

7 h 45' locales: Départ de Rome.

14 h locales: Arrivée de l'avion papal à La Havane (Cuba).

14 h 15': Rencontre privée avec SS Cyrille, Patriarche de Moscou et de toute la Russie.

16 h 30': Signature d'une déclaration commune.

17 h 30': L'avion papal repart à destination de Mexico.

19 h 30' locales: Arrivée à l'aéroport de Mexico, suivie de la cérémonie d'accueil au Mexique.

Samedi 13 février.

9 h 30' locales: Cérémonie officielle au Palais national, entretien avec les chef de l'Etat, discours aux corps constitués.

11 h 30': Rencontre avec les évêques mexicains en la cathédrale de Mexico.

17 h: Messe présidée par le Pape en la basilique de la Guadalupe.

Dimanche 14 février.

10 h 15' locales: Transfert en hélicoptère à Ecatepec.

11 h 30': Messe et angélus.

14 h: Déjeuner au séminaire diocésain.

16 h 45': Retour en hélicoptère à Mexico (arrivée à 17 h 15').

17 h 45': Visite à l'hôpital pédiatrique Federico Gómez.

Lundi 15 février.

7 h 30' locales: Départ en avion pour Tuxtla Gutiérrez.

9 h 15': Transfert en hélicoptère à San Cristobal de Las Casas.

10 h 15': Messe pour les communautés indigènes du Chiapas.

13 h: Déjeuner avec les représentants des populations autochtones.

15 h: Visite de la cathédrale de San Cristobal de las Casas.

15 h 35': Retour à Tuxtla Gutiérrez.

16 h 15': Rencontre avec les familles à Tuxtla Gutiérrez.

18 h: Départ en avion pour Mexico (arrivée à 20 h).

Mardi 16 février.

7 h 50': Départ en avion pour Morelia.

10 h: Messe à Morelia avec les prêtres, religieux, religieuses, séminaristes et consacrés.

15 h 20': Visite à la cathédrale.

16 h 30': Rencontre avec la jeunesse.

18 h 30': Départ en avion pour Mexico (arrivée à 19 h 35').

Mercredi 17 février.

8 h 35' locales: Départ en avion pour Ciudad Juárez.

10 h: Arrivée à à Ciudad Juárez.

10 h 30': Visite au pénitencier local.

12 h: Réunion avec le monde du travail.

16 h: Grand Messe.

19 h: Cérémonie de congé à l'aéroport de Ciudad Juérez.

19 h 15': Départ à destination de Rome.

Jeudi 18 février.

14 h 45' locales: Arrivée de l'avion papal à l'aéroport de Ciampino.


Mission de Jésus, mission de l'Eglise


Cité du Vatican, 7 février 2016 (VIS). Ce midi à l'angélus le Saint-Père a commenté La raison d'être de la mission de Jésus et celle de l'Eglise, qui est d'aller à la pêche, à la recherche d'hommes et de femmes, sans faire de prosélytisme, pour restaurer la pleine dignité et la liberté à travers le pardon des péchés. Citant l'Evangile de Luc qui raconte l'appel des premiers disciples de Jésus, de Pierre et de ses compagnons pêchant sur lac de Galilée sans rien retirer de leurs filets. Jésus monte dans son bateau et commence à prêcher la parole de Dieu à la foule rassemblée sur la Riva. Puis il leur demande de reprendre le large et de jeter à nouveau leurs filets. Ce fut la pêche miraculeuse. Mais connaissant la puissance de la parole de Jésus, Pierre se jette à ses pieds en disant: Laisse-moi Seigneur, éloigne toi car je suis un pécheur. Le signe miraculeux accompli l'a convaincu de ce que Jésus n'est pas seulement un merveilleux prédicateur, mais qu'il est le Seigneur, la manifestation de Dieu. Son contact soulève en Pierre un fort sentiment de bassesse et d'indignité. Humainement, il pense qu'il faut mettre une distance entre le pécheur et le saint. Or c'est précisément son caractère de pécheur qui fait que le Seigneur ne s'éloigne pas de lui, comme médecin ne peut se détourner du malade.

La réponse de Jésus a Pierre est ferme et rassurante: Ne crains pas, à partir de maintenant tu seras pêcheur d'hommes. Plaçant à nouveau toute sa confiance en Jésus, le pêcheur de Galilée, en se fondant sur sa parole de Maître et Seigneur, et avec lui Jacques et Jean, il a entreprit de participer à la mission de Jésus. Cette mission est devenue la mission de l'Eglise, qui est de pêcher les hommes et les femmes pour leur rendre par le pardon des péchés leur pleine dignité et la liberté. Telle est l'essence du christianisme qui de diffuser l'amour régénérateur et gratuit de Dieu, en étant miséricordieux envers tous afin que chacun puisse connaître la tendresse de Dieu et avoir la plénitude de la vie. Et ici, en particulier, je pense aux confesseurs, qui sont les premiers à devoir administrer la miséricorde du Père, en suivant l'exemple de Jésus et comme l'ont fait saint Léopold et Padre Pio. L'Evangile du jour nous interpelle: Savons nous vraiment faire confiance à la parole de l'Eternel? Ne nous laissons pas décourager par nos erreurs. En cette Année Sainte de la Miséricorde nous sommes appelés à réconforter les pécheurs, qui se sentent indignes devant le Seigneur à cause de leurs péchés. Avec Jésus, redisont leur de ne pas avoir peur. La miséricorde de Dieu est plus grande que nos péchés!".


Nouvel appel du Pape pour la paix et la réconciliation en Syrie


Cité du Vatican, 7 février 2016 (VIS). Au terme de l'angélus, le Pape a de nouveau fait part de sa préoccupation pour le sort dramatique des populations civiles touchées par les violents combats en Syrie et contraintes de tout abandonner pour fuir les horreurs de la guerre: "Je souhaite que, dans une généreuse solidarité, l'aide nécessaire soit apportée pour assurer leur survie et leur dignité, et je lance un appel à la communauté internationale afin qu'elle ne s'épargne aucun effort pour amener de toute urgence les parties en cause à la table des négociations. Seule, une solution politique du conflit sera capable de garantir un avenir de réconciliation et de paix à ce bien aimé pays martyrisé pour lequel je vous invite à beaucoup prier''. Après avoir récité avec les fidèles présents place St.Pierre un Je vous salue Marie pour la Syrie, le Saint-Père a rappelé qu'aujourd'hui en Italie, on célébre la Journée pour la vie (La miséricorde fait fleurir la vie): "Je m'unis aux évêques italiens pour souhaiter des différents acteurs institutionnels, éducatifs et sociaux, un engagement renouvelé en faveur de la vie humaine de la conception à la mort naturelle. Notre société doit être aidée pour guérir de tous les attentats à la vie, en osant un changement intérieur qui se manifeste aussi à travers les œuvres de miséricorde''.


Demain, a-t-il ajouté, "aura lieu la Journée de prière et de réflexion contre la traite des personnes, qui donne à tous l'opportunité d'aider les nouveaux esclaves d'aujourd'hui à rompre les lourdes chaînes de l'exploitation pour se réapproprier leur liberté et leur dignité. Je pense, en particulier, aux nombreuses femmes et aux enfants, à tous ces hommes... Il nous faut faire tous les efforts possibles pour juguler ce crime et cette honte intolérable''. De même, demain lundi en Extrême Orient et dans différentes parties du monde, des millions d'hommes et de femmes célèbrent le nouvel an lunaire et le Pape a souhaité à tous l'expérience de ''la sérénité et de la paix au sein de leurs familles, qui sont le premier lieu où se vivent et se transmettent les valeurs de l'amour et de la fraternité, la coexistence et l'échange, l'attention et le soin des autres. Que cette nouvelle année apporte les fruits de la compassion, de la miséricorde et de la solidarité''. Enfin, le Pape a salué la communauté sacerdotale du Collège mexicain de Rome qu'il a remerciée de ses prières pour accompagner son prochain voyage apostolique au Mexique ''et aussi la rencontre que j'aurai à La Havane avec mon bien aimé frère Cyrille'', a-t-il conclu.

Nouveau message du Pape aux mexicains


Cité du Vatican, 8 février 2016 (VIS). Hier au Mexique a été diffusé un nouveau message vidéo du Saint-Père: A l'approche de mon départ, "je ressens une grande joie. Tous les mexicains ont une place particulière dans mes prières..., maintenant que je peux les rencontrer et marcher sur cette terre bénie de Dieu, parmi un peuple si proche de la Vierge Marie. Il est possible que vous vous demandiez ce que le Pape attend de ce voyage? La réponse est immédiate et facile: Je viens comme missionnaire de la miséricorde et de la paix. Je viens vous rencontrer pour confesser ensemble notre foi et partager une vérité fondamentale: Dieu nous aime d'un amour infini, au-delà de nos mérites. Pour cela je voudrais être près de chacun de vous, mais en particulier de ceux qui souffrent, pour les embrasser et leur dire que Jésus les aime, qu'il est toujours présent. Je suis heureux qu'ils se préparent à notre rencontre dans la prière, qui élargit nos cœurs et les prépare à recevoir les dons de Dieu. La prière nous apprend à voir les autres comme Dieu les voit, à aimer comme Dieu aime. Merci beaucoup de prier pour moi, parce que j'en ai besoin... Un autre de mes grands désirs est de visiter la maison de la Vierge Marie. Comme un enfant, je viendrai déposer à ses pieds tout ce que j'ai à cœur. Il est agréable de visiter la maison de sa mère, et de sentir la tendresse de sa présence gracieuse. Là, je la regarderai dans les yeux et la supplierait de ne cesser de nous voir avec toute la miséricorde de notre mère du ciel". 

Télégramme après le séisme de Taïwan


Cité du Vatican, 8 février 2016 (VIS). Le Saint-Père a fait parvenir à Taïwan un télégramme de condoléances à la suite du séisme qui, samedi dernier, a causé la mort d'une quarantaine de personnes à Tainan, cinq cent blessés et une centaine de disparus. Exprimant sa solidarité envers les familles des victimes et priant pour les défunts et les blessés, il encourage les autorités et les secours dans leur délicate mission. 

Comme disait Padre Pio, la prière est la meilleure arme dont nous disposons


Cité du Vatican, 6 février 2016 (VIS). ''C'était un serviteur de la miséricorde. Il l'a été à temps plein, pratiquant, parfois jusqu'à épuisement, l'apostolat de l'écoute. Par le ministère de la confession, il est devenu une caresse vivante du Père, qui guérit les blessures du péché et apaise le cœur par la paix. Saint Pio ne s'est jamais lassé d'accueillir les personnes et de les écouter, de dépenser du temps et des forces pour répandre le parfum du pardon du Seigneur. Il pouvait le faire parce qu'il était toujours relié à la source: il se désaltérait continuellement en Jésus crucifié devenant ainsi un canal de miséricorde''. Voici les paroles adressées, ce matin, Place St.Pierre, par le Pape François qui évoquait le saint de Pietralcina à l'audience jubilaire, aux groupes de prière de Padre Pio, aux travailleurs de la Maison du soulagement de la souffrance et aux fidèles de l'archidiocèse de Manfredonia-Vieste-San Giovanni Rotondo (Italie). En effet, vendredi après-midi, les reliques de saint Pio et de saint Leopold Mandic sont arrivées en procession dans la capitale italienne où elles resteront jusqu'au jeudi 11 février.
Le Saint-Père a qualifié la prière de ''véritable mission'', et a rappelé que le saint définissait les groupes de prière comme ''des viviers de foi et des foyers d'amour''. ''Padre Pio disait que la prière est une force qui bouge le monde -a-t-il poursuivi-, qui répand le sourire et la bénédiction de Dieu sur toute langueur et faiblesse'', et a ajouté que la prière n'est pas une bonne pratique pour se mettre un peu de paix dans le cœur, ni un moyen dévot pour obtenir de Dieu ce que nous voulons. ''S'il en était ainsi -a-t-il ajouté- elle ne serait mue que par un subtil égoïsme. La prière, cependant, est une œuvre de miséricorde spirituelle, qui veut tout amener au cœur de Dieu. C'est un don de foi et d'amour, l'intercession qui est tout autant nécessaire que le pain. En un mot, elle signifie confier: confier l'Eglise, les gens et les situations au Père, pour qu'il en prenne soin. C'est pourquoi la prière, comme aimait à le dire Padre Pio, est lameilleure arme dont nous disposons, une clef qui ouvre le cœur de Dieu''.


Le Pape a ensuite remercié les groupes de prière pour leur engagement et les a encouragé à être des ''centrales de miséricorde''. Il a ajouté que Padre Pio souhaitait que la Maison du soulagement de la souffrance ne soit pas seulement un excellent hôpital, mais aussi ''un temple de la science et de la prière'' et a cité les paroles de Benoît XVI: ''Les êtres humains ont toujours besoin de quelque chose de plus que de soins techniquement corrects. Ils ont besoin d'humanité. Ils ont besoin de l'attention du cœur... soigner la maladie -a-t-il ajouté-, mais surtout prendre soin du malade. Il peut arriver que tandis que l'on soigne les blessures du corps, les maladies de l'âme s'aggravent car elles sont plus lentes et plus difficiles à soigner. Seules la proximité et la prière peuvent aider à les soigner. Même les personnes en fin de vie, parfois apparemment inconscientes, participent à la prière réalisée avec foi auprès d'elles, et se confient à Dieu, à sa miséricorde''. Avant de conclure, le Pape François a aussi adressé quelques mots aux fidèles du diocèse de Manfredonia - Vieste - San Giovanni Rotondo, leur disant qu'il souhaitait leur rendre visite et souhaitant que ''quiconque se rend sur votre belle terre puisse aussi trouver en vous un reflet de la lumière du ciel''.

Réunion de la Commission pour la protection des mineurs


Cité du Vatican, 6 février 2016 (VIS). Aujourd'hui s'est réunie la Commission pontificale pour la protection des mineurs pour débattre des actions et projets du dicastère. Il a été décidé que M.Peter Saunders, Membre de la Commission, prendrait un congé afin d'évaluer comment mieux en soutenir le travail.  

Audiences


Cité du Vatican, 6 février 2016 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin le Cardinal Marc Ouellet, PSS, Préfet de la Congrégation pour les évêques.


Autres actes pontificaux


Cité du Vatican, 8 février 2016 (VIS). Le Saint-Père a nommé l'Abbé Shorot Francis Gomes, Auxiliaire de l'Archevêque de Dhaka (Bangladesh). L'Evêque élu, né en 1965 à Hashnabad (Bangladesh) et ordonné prêtre in 1990, était jusqu'ici Vicaire général de ce même diocèse. Docteur en théologie, il a été recteur de petit séminaire et de grand séminaire.

Samedi dernier, 6 février, il avait nommé:

L'Abbé Manuel Eugenio Salazar Mora, Evêque de Tilarán - Liberia (superficie 11.720, population 453.000, catholiques 384.000, prêtres 62, diacres 10, religieux 87), au Costa Rica. L'Evêque élu, né en 1958 à Guadalupe (Costa Rica) et ordonné prêtre in 1982, était jusqu'ici Curé de la paroisse St.Jérôme de Moravia (Costa Rica). Il succède à Mgr.Vittorino Girardi Stellin, MCCJ, dont la renonciation a été acceptée pour limite d'âge. Licencié en droit théologie, il a été responsable de l'enseignement religieux de la Conférence épiscopale costaricienne, vicaire épiscopal, Recteur du sanctuaire national Sagrado Corazón de Jesús et curé de paroisse.

L'Abbé Duncan Theodore Tsoke, Auxiliaire de l'Archevêque de Johannesburg (Afrique du Sud). L'Evêque élu, né en 1964 à Daveyton (Afrique du Sud) et ordonné prêtre in 1995, était jusqu'ici Vicaire général de ce même diocèse. Il a été enseignant, vicaire épiscopal et curé de paroisse.

Membres de la Congrégation pour les causes des saints, Mgr.Giorgio Corbellini, Président de l'ULSA, et Mgr.Guido Pozzo, Secrétaire de la Commission pontificale Ecclesia Dei.


vendredi 5 février 2016

Rencontre du Pape et du Patriarche Cyrille


Cité du Vatican, 5 février 2016 (VIS). Le Patriarcat de Moscou et le Saint-Siège annoncent conjointement la rencontre entre le Patriarche Cyrille et le Pape François, qui aura lieu le 12 février à l'aéroport de La Havane. Cette première rencontre des chefs des deux Eglises résulte de la visite officielle du Patriarche orthodoxe russe à Cuba et l'escale de l'avion conduisant le Saint-Père au Mexique. Dans le cadre de leur entretien, le Patriarche Cyrille et le Pape François signeront une déclaration commune, qui marquera une importante étape dans les relations entre l'Eglise orthodoxe russe et l'Eglise catholique, ainsi qu'un signal d'espérance pour toutes les personnes de bonne volonté. Les chrétiens de toute confession sont invités à prier pour que cette première rencontre porte ses fruits.    

Visite du Président zambien


Cité du Vatican, 5 février 2016 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin le Président zambien M.Edgar Chagwa Lungu, qui s'est ensuite entretenu avec le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d'Etat, accompagné par Mgr.Paul Richard Gallagher, Secrétaire pour les rapports avec les états: Ont été évoquées les bonnes relations qu'entretiennent la Zambie et le Saint-Siège. Il a ensuite été question de la contribution que, par le biais de ses institutions sociales, éducatives et sanitaires, l'Eglise catholique apporte à la lutte contre la pauvreté et les inégalités sociales, mais aussi au développement d'une coexistence religieuse basée sur le dialogue et l'échange. Les parties ont également abordé des questions d'intérêt commun, telles la migration, le changement climatique et la protection de l'environnement. Pour ce qui est de la situation internationale, elles se sont tout particulièrement penchées sur les conflits touchant certaines régions de l'Afrique, et sur l'engagement de la Zambie dans les processus de paix continentaux.


Dialogue inter-religieux


Cité du Vatican, 5 février 2016 (VIS). La réunion annuelle entre le Bureau pour le dialogue et la coopération inter-religieuse du Conseil mondial des Eglises et le Conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux s'est conclue hier à Genève. Elle a fait le point sur les projets en cours et le travail accomplis en 2015, et souligné l'importance la publication du Document de 2011 sur les orientations du témoignage chrétien dans un monde pluri-religieux. La réunion a en outre permis une réflexion sur le développement des relations, toujours sous le signe de Nostra Aetate dont on a fêté l'an dernier le cinquantenaire.  

Audiences


Cité du Vatican, 5 février 2016 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin:

Le Cardinal Gerhard Ludwig Müller, Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

Mgr.Baldomero Carlos Martini, Evêque émérite de San Justo (Argentine).

Mgr.Han Lim Moon, Auxiliaire de San Martín (Argentine).


Autres actes pontificaux


Cité du Vatican, 5 février 2016 (VIS). Le Saint-Père a nommé Mgr.Giuseppe Favale, Evêque de Conversano - Monopoli (superficie 1.099, population 252.786, catholiques 250.000, prêtres 142, diacres 16, religieux 176), en Italie. L'Evêque élu, né en 1960 à Palagiano (Italie) et ordonné prêtre in 1985, était jusqu'ici Directeur spirituel au séminaire pontifical régional des Pouilles (Italie). Il succède à Mgr.Domenico Padovano, dont la renonciation a été acceptée pour limite d'âge. Docteur en droit canon, il a été curé de paroisse, juge ecclésiastique, chargé des jeunes prêtres, successivement Chancelier, Vicaire général et Administrateur diocésain.


Copyright © VIS - Vatican Information Service