Home - VIS Vatican - Réception du VIS - Contactez-nous - Calendrier VIS

Le Vatican Information Service (VIS) est un service d'information de la Salle-de-Presse du Saint-Siège. Il propose des informations sur le Magistère et l'activité pastorale du Saint-Père et de la Curie Romaine... []

dernières 5 nouvelles

VISnews  Twitter Go to YouTube

mercredi 16 avril 2014

LE REFLET EN CROIX DES SOUFFRANCES DE L'HUMANITE

Cité du Vatican, 16 avril 2014 (VIS). Durant l'audience générale tenue place St.Pierre, le Saint-Père a commenté la passion du Christ et la trahison de Judas. Cet épisode dramatique, a-t-il rappelé, "marque le début de la Passion, un parcours de souffrance librement accepté par Jésus. Lui même a dit offrir sa vie, une vie que personne ne lui a ôtée: J'ai le pouvoir de la donner et de la reprendre... Comme au marché, cette vie a été payée 30 deniers!... S'étant engagé dans la voie de l'humiliation et du dépouillement, il est allé jusqu'à son terme", jusqu'à la mort en croix, "la pire des morts, celle réservée aux criminels. Considéré comme un prophète, il est mort comme un esclave. La passion de Jésus et comme un reflet des souffrances de l'humanité, la réponse de Dieu au mystère du mal, de la souffrance et de la mort. On est souvent horrifié devant tout cela et nous nous demandons pourquoi Dieu le permet. La mort des innocents est tout particulièrement blessante. Voir des enfants souffrir nous fend le coeur. Mais Jésus prend tout ceci sur lui. C'est là le mystère du mal, dans lequel Jésus se charge de tout mal et de toute souffrance, se revêt de toutes les souffrances de l'humanité. Cette semaine, regardons le crucifix et embrassons les plaies du Christ, qui se charge des souffrances humaines. Nous attendons de Dieu la manifestation de sa toute puissance, qu'il abatte l'injustice, le mal, le péché et la souffrance en une victoire triomphante Mais il nous montre au contraire une victoire si humble qu'elle semble une défaite à l'oeil humain. Sur la croix, le Fils de Dieu se présente comme un vaincu. Torturé, il a fini par mourir. Mais sa passion et sa mort étaient écrites, et il ne s'agit pas de simples faits accomplis. C'est un mystère déconcertant dont le secret se cache dans le fait que Dieu a aimé le monde au point d'offrir son Fils unique".


"Au cours de la semaine pascale, pensons aux souffrances de Jésus et souvenons nous qu'il a souffert pour nous, pour chacun de nous... Embrassons donc le crucifix en remerciant Jésus de l'avoir fait pour nous. Lorsque tout semblera perdu, lorsqu'il ne restera plus personne pour frapper le berger et que son troupeau sera dispersé, Dieu interviendra avec la puissance de la Résurrection. La résurrection de Jésus n'est pas la fin heureuse d'une fable mais l'intervention du Père au moment où l'espérance humaine allait disparaître. Lorsque tout semble perdu, dans un grand moment de souffrance, tant de personnes ressentent ce besoin d'embrasser le crucifix car la Croix est proche de la Résurrection. La nuit est la plus noire juste avant le retour de la lumière. Au moment le plus obscur, Dieu intervient et offre la résurrection. Jésus, qui a choisi la voie de la mort, nous appelle à le suivre dans son parcours d'humiliation... Quand nous sommes au fond du trou, fragiles pécheurs, ne masquons pas notre échec mais ouvrons nous avec confiance à l'espérance divine, ainsi que Jésus l'a fait. Pendant la semaine sainte, empoignons le crucifix et embrassons le en remerciant le Seigneur".  

PROMULGATION DE DECRETS

Cité du Vatican, 16 avril 2014 (VIS). A la suite de l'audience accordée hier au Cardinal Angelo Amato, SDB, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le Pape a ordonné la promulgation des décrets relatifs:

au MIRACLE attribué

au bienheureux Ludovico da Casoria (Arcangelo Palmentieri), prêtre et religieux italien (1814 - 1885), fondateur des Franciscaines Elisabethiennes.

au bienheureux Amato Ronconi, italien du tiers ordre franciscain (vers 1226 - vers 1292), fondateur de l'actuelle maison de repos Opera Pia Beato Amato Ronconi.

Aux VERTUS HEROIQUES

du serviteur de Dieu Alain-Marie Guynot de Boismenu, évêque et religieux français (1870 - 1953), Vicaire apostolique de Papouasie.

du serviteur de Dieu Wilhelm Janauschek, prêtre et religieux autrichien della Congregazione del Santissimo Redentore (1859-1926).


AUTRES ACTES PONTIFICAUX

Cité du Vatican 16 avril 2014 (VIS). Le Saint-Père a nommé:

Mgr.Joao Barbosa de Sousa, OFM, Evêque d'Osasco (superficie 2.477, population 2.490.000, catholiques 2.051.000, prêtres 128, religieux 284, au Brésil. Jusqu'ici Evêque de Uniao da Vitória (Brésil), il succède à Mgr.Ercílio Turco, dont la renonciation a été acceptée pour limite d'âge.

Mgr.Kazimierz Gurda, Evêque de Siedlce (superficie 11.440, population 737.600, catholiques 726.600, prêtres 656, religieux 392), en Pologne. Il était jusqu'ici Auxiliaire de l'Evêque de Kielce (Pologne).

Mgr.Zbigniew Kiernikowski, Evêque de Legnica (superficie 7.080, population 851.500, catholiques 776.700, prêtres 475, religieux 279), en Pologne. Jusqu'ici Evêque de Siedlce (Pologne), il succède à Mgr.Stefan Cichy, dont la renonciation a été acceptée pour limite d'âge.


Le P.Giuseppe Piemontese, OFM.Conv, Evêque de Terni - Narni - Amelia (superficie 871, population 159.700, catholiques 157.900, prêtres 130, religieux 121), en Italie. L'Evêque élu, né en 1946 à Monte Sant'Angelo (Italie), a prononcé ses premiers voeux religieux en 1967 et a été ordonné prêtre en 1977. Licencié en théologie, il a occupé différents postes au sein de son ordre et était jusqu'ici Ministre provincial et Gardien du couvent d'Assise (Italie). 

AVIS

Ci du Vatican, 16 avril 2014 (VIS). Comme chaque année le VIS ne diffusera pas de bulletin pendant la Semaine Sainte (17 - 22 avril), à la quelle s'ajoute le mercredi 23 avril, qui est jour férié (fête du Pape). Le prochain bulletin VIS sera diffusé jeudi 24 avril.

mardi 15 avril 2014

INCENDIE AU CHILI


Cité du Vatican, 15 avril 2014 (VIS). Le Saint-Père a fait parvenir un message à l'Evêque de Valparaiso à la suite du grave incendie qui dévaste depuis 48 heures une partie de cette ville portuaire chilienne. Douze personnes au moins y ont perdu la vie, 10.000 autres ont été évacuées et les dégâts sont considérables. Priant pour le repos des victimes et le rétablissement des blessés, il exprime sa proximité spirituelle envers tous ceux qui ont perdu leur foyer. Saluant le travail des sauveteurs et des volontaires, il encourage les autorités, la population et la solidarité internationale a tout faire pour venir en aide à une ville durement frappée par l'adversité.    

RAPPORT INITIAL RELATIF A LA CONVENTION CONTRE LA TORTURE


Cité du Vatican, 15 avril 2014 (VIS). Ce midi, le P.Lombardi, Directeur de la Salle de Presse, a fait la déclaration suivante: "Avec Chypre, la Lituanie, la Guinée, le Montenegro, la Sierra Leone, la Thaïlande et l'Uruguay, le Saint-Siège présentera en mai au Comité compétant des Nations-Unies son rapport initial sur le Convention contre la torture. Il s'agit d'une procédure ordinaire pour les nouveaux adhérents. Eus égard aux obligations prévues par ce traité, le Saint-Siège y a adhéré en 2002 mais exclusivement au nom et pour le compte de l'Etat de la Cité du Vatican. C'est à ce titre qu'il continuera de répondre à ces obligations pour l'Etat du Vatican et à présenter les rapports périodiques prévus par la dite convention". 

EN FAVEUR DE DETENUS ROMAINS


Cité du Vatican, 15 avril 2014 (VIS). A l'occasion de Pâques, le Saint-Père offrira des évangiles de poche aux 1.100 détenus de la prison romaine de Regina Coeli. Il s'agit de l'édition vaticane, contenant aussi les Actes des Apôtres, qui a été distribuée à l'angélus du 6 avril Place St.Pierre puis à la messe célébrée l'après-midi par le Pape en l'église St.Grégoire Le Grand. Le don sera effectué par l'Aumônier pontifical Mgr.Konrad Krajewski, qui célébrera également la messe In Coena Domini (17 avril) pour l'association de volontariat italien Ile de l'amour fraternel qui assure depuis 1996 une assistance aux détenus, anciens détenus et personnes victimes de la marginalisation sociale ou familiale.  

POSSESSION CARDINALICE


Cité du Vatican, 15 avril 2014 (VIS). Jeudi 24 avril à 18 h, le Cardinal Orlando B.Quevedo, OMI, Archevêque de Cotabato (Philippines), prendra possession du titre de Marie Reine du monde à Torre Spaccata.



AUDIENCES


Cité du Vatican, 15 avril 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin:

Mgr.Charbel Georges Merhi, Evêque maronite émérite de Buenos Aires (Argentine).


Mgr.Marcello Semeraro, Evêque d'Albano et Secrétaire du Conseil des Cardinaux.

AUTRES ACTES PONTIFICAUX


Cité du Vatican 15 avril 2014 (VIS). Le Saint-Père a nommé:

L'Abbé Acquirino Francis Kibira, Evêque de Kasese (superficie 3.205, population 610.000, catholiques 292.106, prêtres 39, religieux 66), en Ouganda. L'Evêque élu, né en 1958 à Kigoto - Bulyansungwe (Ouganda) et ordonné prêtre en 1984, était jusqu'ici Recteur du grand séminaire national. Professeur de séminaire et collaborateur de paroisse, il succède à Mgr.Egidio Nkaijanabwo, dont la renonciation a été acceptée pour limite d'âge.


Mgr.Peter Kayode Odetoyinbo, Evêque d'Abeokuta (superficie 10.562, population 2.570.000, catholiques 70.125, prêtres 61, religieuses 40), au Nigeria. L'Evêque élu, né en 1964 à Ibadan (Nigeria) et ordonné prêtre en 1989, était jusqu'ici Vicaire Général du diocèse d'Ibadan. Histoire en histoire de l'Eglise, il a été enseignant, président d'une association sacerdotale diocésaine et curé de paroisse.

lundi 14 avril 2014

AUX SEMINARISTES: IL N'Y A PAS DE PLACE POUR LA MEDIOCRITE


Ci du Vatican, 14 avril 2014 (VIS). Ce matin, le Saint-Père a reçu les séminaristes de la communauté du Collège pontifical Léonien d'Anagni (Italie), auxquels il a recommandé d'être attentifs à ne pas tomber dans l'erreur de croire qu'ils se préparent à une profession, pour devenir des fonctionnaires d'une entreprise ou d'un organisme bureaucratique. "Vous êtes en train de devenir des pasteurs à l'image de Jésus Bon Pasteur -a-t-il dit- pour être comme lui au milieu de son troupeau, pour nourrir ses brebis. Face à cette vocation, nous pouvons répondre comme la Vierge Marie à l'ange: Comment cela est-il possible?... Devenir des bons pasteurs à l'image de Jésus est une chose trop grande, et nous sommes si petits... Oui, il est vrai que cela est trop grand. Mais il ne s'agit pas de notre œuvre mais de l'œuvre de l'Esprit Saint avec notre collaboration... Ce n'est pas moi qui vit mais le Christ qui vit en moi", a ajouté le Pape en rappelant par cette phrase que c'est seulement ainsi que l'on peut être diacres et prêtres dans l'Eglise. "Si vous n'êtes pas disposés à suivre cette route, par ces attitudes et ces expériences, il vaut mieux que vous ayez le courage de chercher une autre route. Il existe de nombreuses manières, dans l'Eglise, de rendre un témoignage chrétien". Avant de conclure, le Saint-Père les a invités à réfléchir à ce sujet et a souligné qu'à la suite ministérielle de Jésus Christ, il n'y a pas de place pour la médiocrité qui conduit toujours à se servir du peuple saint de Dieu à son avantage".

QUI SOMMES NOUS DEVANT JESUS TRIOMPHANT ET SOUFFRANT


Cité du Vatican, 13 avril 2014 (VIS). Le Pape François a initié Place St.Pierre les cérémonies de la Semaine Sainte avec la procession des Rameaux suivie de la messe et de la Passion. La cérémonie a commencé par la bénédiction des rameaux d'olivier et les plames disposés sur le côté de l'obélisque de la place et portés en procession jusqu'à l'entrée de la basilique. Des jeunes de Rome et d'autres diocèses y ont participé à l'occasion de la XXIX Journée mondiale de la Jeunesse, dont le thème cette année est: Heureux les pauvres en esprit car le Royaume des cieux est à eux. Dans son homélie, le Pape a posé la question: Qui suis-je, devant Jésus qui entre en fête à Jérusalem?... Qui suis-je, devant Jésus qui souffre? "Cette semaine -a-t-il dit- commence par la procession festive avec les rameaux d’olivier: tout le peuple accueille Jésus. Les enfants, les jeunes gens chantent, louent Jésus. Mais cette semaine avance dans le mystère de la mort de Jésus et de sa résurrection. Nous avons écouté la Passion du Seigneur. Il sera bon de nous poser seulement une question: qui suis-je? Qui suis-je, devant mon Seigneur? Qui suis-je, devant Jésus qui entre en fête à Jérusalem? Suis-je capable d’exprimer ma joie, de le louer? Ou est-ce que je prends de la distance? Qui suis-je, devant Jésus qui souffre?... Nous avons entendu beaucoup de noms, beaucoup de noms. Le groupe des dirigeants, quelques prêtres, quelques pharisiens, quelques maîtres de la loi, qui avaient décidé de le tuer. Ils attendaient l’opportunité de le prendre. Suis-je comme l’un d’eux? Nous avons entendu aussi un autre nom: Judas. Trente pièces de monnaie. Suis-je comme Judas?... Les disciples qui ne comprenaient rien, qui s’endormaient alors que le Seigneur souffrait. Ma vie est-elle endormie? Ou suis-je comme les disciples, qui ne comprenaient pas ce qu’était trahir Jésus? Comme cet autre disciple qui voulait tout résoudre par l’épée. Suis-je comme lui? Suis-je comme Judas, qui fait semblant d’aimer et embrasse le Maître pour le livrer, pour le trahir. Suis-je un traître? Suis-je comme ces dirigeants qui en hâte font un tribunal et cherchent de faux témoins. Suis-je comme eux? Et quand je fais ces choses, si je les fais, est-ce que je crois que par là je sauve le peuple? Suis-je comme Pilate? Quand je vois que la situation est difficile, dois-je me lave les mains si je ne sais pas assumer ma responsabilité et je laisse condamner ou je condamne les personnes? Suis-je comme cette foule qui ne savait pas bien si elle était dans une réunion religieuse, dans un jugement ou dans un cirque, et choisit Barrabas? Pour eux c’est la même chose: c’était plus divertissant, pour humilier Jésus. Suis-je comme les soldats qui frappent le Seigneur, lui enlèvent ses vêtements, l’insultent, se divertissent par l’humiliation du Seigneur? Suis-je comme le Cyrénéen qui revenait du travail, fatigué, mais qui a eu la bonne volonté d’aider le Seigneur à porter la croix? Suis-je comme ceux qui passaient devant la croix et se moquaient de Jésus: Il était si courageux! Qu’il descende de la croix et nous croirons en lui! Se moquer de Jésus… Suis-je comme ces femmes courageuses, et comme la Maman de Jésus, qui étaient là et souffraient en silence? Suis-je comme Joseph, le disciple caché, qui porte le corps de Jésus avec amour, pour lui donner une sépulture? Suis-je comme les deux Marie qui demeurent devant le sépulcre pleurant, priant? Suis-je comme ces chefs qui le lendemain sont allés chez Pilate pour dire: Regarde ce que celui-ci disait, qu’il ressusciterait. Qu’il n’y ait pas une autre tromperie!, et ils bloquent la vie, ils bloquent le sépulcre pour défendre la doctrine, pour que la vie ne sorte pas? Où est mon cœur? A laquelle de ces personnes je ressemble? Que cette question nous accompagne durant toute la semaine.

AUDIENCE AU COMITE DES SCIENCES HISTORIQUES


Cité du Vatican, 12 avril 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin les participants à l'assemblée plénière du Comité pontifical des sciences historiques, qui fête son soixantième anniversaire: La recherche historique, a-t-il dit à ses hôtes, "est l'une des voies passionnantes de recherche de la vérité, dans laquelle l'homme s'investit tout entier... Vos travaux, toujours accompagnés par une forte passion ecclésiale et le souci absolu de la vérité, est de grande utilité pour ceux qui tentent de discerner ce que l'Esprit dit aujourd'hui à l'Eglise... La rencontre et la collaboration de chercheurs de cultures et religions différentes apportent une contribution particulière au dialogue entre l'Eglise et le monde contemporain". Puis le Pape a évoqué une des manifestations en programme, la conférence internationale consacrée au déclenchement de la première guerre mondiale, rappelant les appels prophétiques de Benoît XV aux dirigeants des puissances en conflit en août 1917: "Rien n'est perdu avec la paix, tout l'est avec la guerre".

SOIGNER LA MALADIE SANS OUBLIER LA PERSONNE


Cité du Vatican, 12 avril 2014 (VIS). Ce matin, le Saint-Père a rencontré les participants au Congrès de la Société italienne de chirurgie oncologique, organisé par l'Université La Sapienza de Rome et l'hôpital Sant'Andrea: "La recherche scientifique a multiplié les possibilités de prévention et de soin, a découvert des thérapies pour le traitement des pathologies les plus variées", a dit le Pape. "Mais pour que l'on puisse parler de pleine santé, il en faut pas perdre de vue que l'être humain, créé à l'image et à la ressemblance de Dieu, est unité de corps et d'esprit. Ces deux éléments peuvent être distingués mais non séparés parce que la personne est une. Donc, la maladie également, l'expérience de la douleur et de la souffrance, ne concernent pas seulement la dimension corporelle, mais l'homme dans sa totalité. D'où l'exigence d'un traitement intégral qui prenne en compte la personne dans son ensemble et qui joigne au soin médical le soutien humain, psychologique et social, l'accompagnement spirituel et le soutien aux proches du malade". Le Saint-Père a ensuite rappelé les paroles de Jean-Paul II dans son Motu Proprio Dolentium Hominum de 1985 soulignant qu'il est nécessaire "que le personnel sanitaire soit guidé par une vision intégralement humaine de la maladie, et sache en conséquence réaliser une proximité humaine complète envers le malade qui souffre... Le partage fraternel avec les malades nous ouvre à la vraie beauté de la vie humaine" a conclu le Pape, ajoutant que "seul le Christ donne un sens au scandale de la douleur innocente".

AUDIENCES


Cité du Vatican, 14 avril 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin:

Le Cardinal Leonardo Sandri, Préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales.

Le Cardinal Agostino Vallini, Vicaire Général pour le diocèse de Rome.

Samedi dernier, 12 avril, il avait reçu le Cardinal Marc Ouellet, PSS, Préfet de la Congrégation pour les évêques.


AUTRES ACTES PONTIFICAUX


Cité du Vatican 14 avril 2014 (VIS). Le Saint-Père a nommé l'Abbé Alan Williams, SM, Evêque de Brentwood (superficie 3.967, population 2.789.000, catholiques 225.700, prêtres 154, diacres 11, religieux 293), en Grande-Bretagne. L'Evêque élu, né en 1951 à Blackburn (GB), a émis ses voeux religieux en 1976 et a été ordonné prêtre en 1983. Jusqu'ici Directeur du sanctuaire marial de Wlasingham, il succède à Mgr.Thomas McMahon, dont la renonciation a été acceptée pour limite d'âge.

Samedi dernier, samedi 12 avril, il avait:

Nommé le P.Columba Macbeth-Green, OSPPE, Evêque de Wilcannia-Forbes (superficie 414.378, population 117.000, catholiques 35.200, prêtres 21, religieux 42), en Australie. L'Evêque élu, né en 1968 à Forbes (Australie), a émis sa profession religieuse en 1996 et a été ordonné prêtre en 1997. Il était jusqu'ici Vicaire de la province australienne de son ordre. Il a occupé plusieurs autres fonctions au sein de ce dernier, a été curé de paroisse, Prieur et Recteur du sanctuaire de Marian Valley.

Nommé Mgr.Stanislav Szyrokoradiuk, OFM, Evêque de Kharkov - Zaporizhia (superficie 196.300, population 19.000.000, catholiques 40.000, prêtres 64, religieux 97), en Ukraine. Jusqu'ici Auxiliaire de Kiev - Zhytomyr et Administrateur apostolique de Lutsk (Ukraine), il succède à Mgr.Marian Buczek, dont la renonciation a été acceptée en conformité au canon 401,2, du CIC.

Nommé Mgr.Vitaliy Skomarovskyi, Evêque de Lutsk (superficie 40.300, population 2.217.730, catholiques 27.160, prêtres 26, religieux 19), en Ukraine. Il était jusqu'ici Auxiliaire de l'Evêque de Kyiv - Zhytomyr (Ukraine).

Nommé Mgr.Giovanni D'Ercole, FDP, Evêque d'Ascoli Piceno (superficie 840, population 107.503, catholiques 106.512, prêtres 111, diacres 7, religieux 151), en Italie. Il était jusqu'ici Auxiliaire de l'Archevêque de L'Aquila (Italie).

Confirmé Mgr.Guido Marini comme Maître des cérémonies liturgiques.

Nommé Mme.Margaret Scotford Archer (GB), Présidente de l'Académie pontificale des sciences sociales, dont elle était jusqu'ici Membre. Professeur de sociologie, elle a également été directeur d'un centre de recherche près l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (Suisse).


Nommé l'Abbé Maurizio Tagliaferri (Italie), Rapporteur de la Congrégation pour les causes des saints.

vendredi 11 avril 2014

L'EDUCATION NE PEUT SUIVRE LA PENSEE UNIQUE


Cité du Vatican, 11 avril 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu une délégation du Bureau catholique international de l'enfance, institué par Pie XII après la guerre: "Né de la maternité de l'Eglise", a dit le Pape, cet organisme "n'a cessé de diffuser les droits des mineurs en contribuant notamment à l'élaboration de la convention des Nations-Unies de 1989 et en collaborant constamment avec les délégations du Saint-Siège à New York, Strasbourg et Genève: Dans une société bien constituée, une attention particulière doit être apportée aux enfants et aux anciens. Et à propos des premiers il a déclaré se sentir "interpellé par tout le mal que nombre de prêtres, une minorité, ont fait en agressant sexuellement des mineurs. L'Eglise est consciente de ce drame. Ces prêtres ont également blessé l'Eglise et il faut agir pour traiter ce problème et prendre les sanctions qui s'imposent. Il faut agir avec force car on ne doit pas plaisanter avec l'enfance... De même est-il de première importance de développer des projets de lutte contre l'esclavage du travail, le recrutement des enfants soldats, la violence contre mineurs. Il faut donc rappeler le droit de l'enfant à grandir dans une famille, avec des parents capables de créer un climat favorable à leur développement et à leur croissance affective. Et il faut être très attentifs en cela a bien insister sur le caractère masculin et féminin des parents. Parallèlement il convient de défendre le droit des parents à choisir le type d'éducation, y compris morale et religieuse, qu'ils veulent pour leurs enfants. Pas plus que sur les adolescents on ne peut soumettre les enfants à des expérimentations éducatives. Ils ne peuvent pas être des cobayes! Les horreurs qu'elles ont produites en particulier lors des dictatures génocidaires conservent leur actualité sous des présentations plus modernes pour pousser enfants et jeunes vers la dictature de la pensée unique. Récemment un grand expert en éducation m'a confié que certaines fois on a l'impression d'envoyer les enfants dans des écoles qui ressemblent à des camps de redressement. Oeuvrer en faveur des droits de l'homme signifie avoir une claire formation anthropologique, être bien préparés à appréhender la nature humaine et à répondre aux défis d'une culture et d'une mentalité que diffusent les mass media. Il ne s'agit pas de se réfugier dans un système de protection dépassé et incapable de faire fleurir la vie... C'est avec toutes les valeurs de la personnes qu'il faut faire face aux défis culturels. Offrez donc à vos cadres une formation permanente en matière d'anthropologie de l'enfant car c'est là que se trouvent les fondements des droits et des devoirs, de là que dépendent tous les projets éducatifs. Ces projets doivent aller de l'avant et s'adapter dans le respect de l'identité humaine et de la liberté de conscience". Pensant au logo de la commission pour la protection de l'enfance et de l'adolescence de Buenos Aires, qui représente la Fuite en Egypte, le Pape a dit qu'il faut parfois fuir pour se défendre, parfois s'arrêter et combattre".        

AUDIENCE AU MOUVEMENT ITALIEN "PRO VITA"


Cité du Vatican, 11 avril 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu également 470 membres du mouvement italien Pro Vita, qu'il a notamment félicité de son projet d'adoption prénatale à distance au service de femmes en difficulté. Ces vingt dernières années, a-t-il souligné, le Progetto Gemma a permis de sauver la vie de nombre d'enfants qui sans cette solidarité n'auraient pas vu le jour: "La vie humaine est sacrée et inviolable, et tout droit repose sur le droit fondamental à la vie. Ce droit n'est subordonné à aucune condition, pas plus économique qu'idéologique. Le commandement de ne point tuer détermine clairement la valeur de la vie humaine, et nous devons dire non à une économie de l'exclusion et de l'injustice qui tue en considérant la personne comme un bien de consommation, que l'on peut jeter après usage. On se trouve en présence d'une culture du rebut qui est même érigée en règle. C'est pourquoi -a-t-il dit en citant l'encyclique Evangelii Gaudium- on en vient à jeter aussi la vie. Notre époque est de plus en plus menacée par un divorce entre économie et morale dans un marché où la nouveauté technologique prévaut toujours plus sur les normes éthiques... Il faut donc s'opposer fermement à tout attentat à la vie, surtout lorsqu'elle est innocente et sans défense comme l'enfant dans le sein de sa mère. Le concile Vatican II a déclaré que dès sa conception la vie doit être protégée. L'avortement et l'infanticide sont des crimes abominables". Puis il a évoqué une conférence médicale à laquelle il avait pris part: Un médecin lui avait remis un paquet contenant des instruments servant aux avortements, en disant avoir trouvé la foi et lutter désormais en faveur de la vie. Il devint ainsi un juste. De manière évangélique, a-t-il poursuivi, "le chrétien doit protéger la vie avec courage et amour à chacun de ses stades. Agissez toujours auprès des femmes de manière à ce qu'elles se sentent perçues comme personnes accueillis, accompagnées et écoutées... Ici nous venons de parler de mineurs, mais on pourrait dire les mêmes choses des personnes âgées. Elles sont avec les jeunes l'espérance d'un pays, car détentrices de la sagesse et de la mémoire collective. Aujourd'hui, ces deux catégories de personnes sont l'objet de la culture du rebut, puisqu'on les envisage comme du matériel de décharge. Il faut le répéter, les enfants et les aînés constituent l'espérance de la société!". 

EN FAVEUR DE LA PAIX CIVILE AU VENEZUELA


Cité du Vatican, 11 avril 2014 (VIS). A l'occasion de l'ouverture des négociations entre le gouvernement vénézuélien et l'opposition, dans lesquelles le Saint-Siège intervient comme médiateur, le Pape a adressé un message au Président Maduro et à la plate-forme regroupant partis et organisations de la société civile. Il a été lu hier lors de la session inaugurale par le Nonce à Caracas. Après avoir remercié les parties d'avoir invité le Saint-Siège à prendre part à ce processus, il les a assurées de sa prière afin que l'initiative aboutisse à la réconciliation et à la pacification nationale: "Connaissant l'inquiétude et les souffrances de tant de vénézuéliens, je suis proche des victimes de la violence et de leurs familles. La violence, qui appelle la violence, ne peut déboucher sur la paix et le bien être d'un pays, tandis que le dialogue pousse à retrouver les valeurs sociales communes qui elles permettent de surmonter la crise et la polarisation qui blesse profondément le Venezuela, de trouver les voies de la collaboration. Dans le respect de l'autre et des différences, on peut ainsi parvenir au bien public dans l'amour partagé de la patrie et affronter les problèmes économiques et sécuritaires qui pèsent sur le peuple avec la violence et la criminalité. Et puis la foi commune en Dieu renforce la volonté de défendre la dignité de toute personne... Le dialogue qui s'ouvre doit mettre en oeuvre une véritable culture de la rencontre, et avoir la certitude que l'unité seule permet de surmonter la confrontation. Ouvrez vous les uns aux autres pour sortir du climat conflictuel et être des bâtisseurs de paix. Placez la sincérité au coeur de votre action, dans le respect et la reconnaissance de l'autre...avec l'héroïsme du pardon et de la miséricorde, l'abandon de toute haine et ressentiments, le choix de la patience et de l'insistance".  

AUDIENCES


Cité du Vatican, 11 avril 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin:

Le Cardinal Gerhard Ludwig Müller, Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi.


Mgr.Oscar Cantoni, Evêque de Crema (Italie).

jeudi 10 avril 2014

LA VOCATION DES UNIVERSITES ECCLESIASTIQUES


Cité du Vatican, 10 avril 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu également les enseignants et étudiants de l'Université pontificale Grégorienne, de l'Institut pontifical biblique et de l'Institut pontifical oriental, confiés depuis 1923 à la Compagnie de Jésus. Il a d'abord souligné l'importance de la collaboration entre ces trois institutions qui, "tout en perpétuant une tradition doivent affronter le présent et envisager l'avenir avec créativité". A Rome, on trouve "les racines de la foi, la mémoire des apôtres et des martyrs, mais aussi le présent de l'Eglise, le cheminement de cette Eglise qui préside à la charité, qui sert l'unité et l'universalité. Tout ceci n'a rien d'évident, et il faut le vivre" au niveau institutionnel comme personnel. Les étudiants qui viennent à Rome "y apportent la diversité de leurs Eglises et de leurs cultures... C'est une excellente occasion de faire grandir la foi tout en s'ouvrant aux horizons de la catholicité, où le dialogue entre centre et périphérie...revêt une forme évangélique et répond à la logique d'un Dieu qui va du centre à la périphérie et vice versa". Dans les études, le rapport entre travail intellectuel et vie spirituelle est important. "Un des enjeux actuels est de transmettre le savoir et d'offrir une clef de lecture de la vie et non une accumulation de données sans liens entre elles. Une véritable herméneutique évangélique est nécessaire à la compréhension de la vie, du monde et de l'humanité. Il est besoin pour cela d'une atmosphère spirituelle dans la recherche de la vérité, fondée tant sur la foi que sur la raison. La philosophie et la théologie permettent l'acquisition des connaissances qui structurent et renforcent l'intelligence, qui éclairent aussi la volonté. Mais ceci n'est fécond que si l'on prie. Le théologien qui se complaît dans une pensée qu'il croit complète est un médiocre. Comme le bon philosophe le bon théologien a une pensée ouverte et donc incomplète, ouverte à Dieu et à la vérité, toujours en mouvement... Un théologien qui ne prie pas et se tourne pas vers Dieu tombe dans le narcissisme le plus lamentable. C'est là une maladie ecclésiastique. Le narcissisme des théologiens et des penseurs est très dangereux".


Le but de tout université pontificale, a ensuite rappelé le Pape, "est ecclésial. Recherche et études doivent être intégrés dans la vie personnelle et communautaire, à l'engagement missionnaire, à la charité fraternelle, au service des pauvres, à la cure des âmes et au rapport avec le Seigneur. Ces institutions ecclésiastiques ne doivent pas être des usines à théologiens et philosophes, mais des communautés de croissance à l'instar d'une famille. Dans la famille universitaire" on doit aussi "créer un climat d'humanité et de sagesse en mesure de faire des étudiants des bâtisseurs d'humanité", des dispensateurs de vérité, de beauté et de bonté. Car là où ces valeurs manquent le groupe de travail se limite à l'intellectuel. "On assiste à une éclipse, avec des intellectuels remplis de formalisme. Le contact quotidien et respectueux avec l'effort et le témoignage des personnes qui travaillent dans ces universités doit offrir aux étudiants le volet de réalisme nécessaire pour que le savoir soit une science humaine et non une science de laboratoire". 

LUTTER CONTRE LA TRAITE DES ETRES HUMAINS


Cité du Vatican, 10 avril 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin les participants à la seconde Conférence internationale sur la lutte contre le trafic des êtres humains, qui vient de se dérouler au Vatican à l'initiative de la Conférence épiscopale d'Angleterre - Pays de Galles, pour examiner notamment le rôle que l'Eglise doit y jouer. D'emblée, il a qualifié ce fléau de plaie dans le corps social mondial, de blessure infligée au Christ, de crime contre l'humanité: "Ici sont réunies des représentants des autorités policières en charge de la lutte institutionnelle contre ce phénomène et des organisations humanitaires en charge des victimes. Il s'agit de deux approches distinctes qui peuvent et doivent converger. Dialoguer et échanger sur cette double base est fondamental, c'est pourquoi ce type de réunion est plus que nécessaire". En conclusion le Pape a félicité les organisateurs qui, un an après la première conférence, ont réussi à rassembler tant d'experts d'horizons divers afin de travailler ensemble. "cette rencontre est importante car elle montre qu'ensemble gens d'Eglise et personnes de bonne volonté savent dire Ça suffit!".  

DECLARATION SUR LA TRAITE DES ETRES HUMAINS


Cité du Vatican, 10 avril 2014 (VIS). Voici la déclaration finale des participants à la seconde Conférence internationale sur la lutte contre la traite des êtres humains: "Ce jour au Vatican, des représentants d'autorités policières et de représentants de l'Eglise catholique se sont réunis pour réfléchir aux moyens de lutter contre ce fléau. Ayant appuyé l'initiative, le Pape François a encouragé la communauté internationale à adopter une stratégie commune et efficace afin qu'à travers le monde aucun être humain ne puisse être utilisé comme une chose, et que la dignité de la personne soit toujours respectée. Comme responsables de l'application de la loi au sein de la communauté internationale nous nous engageons à éradiquer un délit qui abuse des personnes les plus vulnérables. Notre conférence entre dans un projet international le prévention, d'attention pastorale et de réinsertion qui met les victimes au centre de l'action. Chacun de nous s'engage à oeuvrer avec l'Eglise et la société afin de livrer à la justice les responsables de ces crimes odieux et de tout faire pour alléger les souffrances de leurs victimes". 

AUDIENCES


Cité du Vatican, 10 avril 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin:

M.Zvonimir Jankuloski, Ambassadeur de Macédoine, venu lui présenter ses lettres de créance.


Mgr.Petar Rajic, Nonce apostolique au Koweït, à Bahrein, au Yemen, au Qatar et aux Emirats Arabes Unis, Délégué apostolique pour la péninsule arabique.
Copyright © VIS - Vatican Information Service