Home - VIS Vatican - Réception du VIS - Contactez-nous - Calendrier VIS

Le Vatican Information Service (VIS) est un service d'information de la Salle-de-Presse du Saint-Siège. Il propose des informations sur le Magistère et l'activité pastorale du Saint-Père et de la Curie Romaine... []

dernières 5 nouvelles

VISnews  Twitter Go to YouTube

mercredi 4 mars 2015

Diffuser la gratitude envers les personnes âgées


Cité du Vatican, 4 mars 2015 (VIS). Le Pape a consacré sa catéchèse de l’audience générale Place St.Pierre au troisième âge. Si l'allongement de la moyenne de vie a grandement accru le nombre des personnes âgées, "nos sociétés ne se sont pas assez préoccupées de leur accorder la place et la considération qui leur revient: "Jeunes, on a tendance à ignorer la vieillesse, comme s'il s'agissait d'une maladie à éviter. Agés, surtout si on est pauvre, malade ou seul, on subit les lacunes d'une société qui fondée sur l'efficacité oublie le troisième âge... Or c'est l'attention aux personnes âgées qui qualifie une société... Il existe une culture du profit qui présente les personnes âgées comme un poids mort. Sous le prétexte qu'elles ne produisent pas et qu'elles sont à charge il faudrait les écarter. Non seulement on ose le dire, mais on le fait. Il y a quelque chose de vil dans cette acceptation passive de la culture du rebut, dans cette tendance à oublier notre crainte de la faiblesse et de la vulnérabilité, ce qui ne fait qu'accroître celle des personnes âgées... De fait, elles sont abandonnées matériellement mais aussi du fait qu'on n'admet pas l'idée de nos propres limites. Outre leurs difficultés de vie...la société ne leur permet pas de participer, de s'exprimer, ni même d'être une référence dans un modèle de société de consommation où seuls les jeunes seraient utiles et autorisés à profiter de la vie. Pourtant, au contraire, les anciens devraient être un réservoir de sagesse pour l'ensemble de la société". Citant Benoît XVI qui visitait une maison de retraite, le Saint-Père a affirmé que l'attention envers le troisième âge est une preuve de civilisation: "Une société ne va de l'avant que si elle respecte la sagesse des anciens! Une société sans place pour eux, qui les écarte parce qu'ils sont un problème, est destinée à mourir".


Dans notre société occidentale vieillie, il existe un déséquilibre entre naissances et troisième âge, cet âge est considéré comme un poids et "lorsque l'amour de l'autre fait défaut, il est facile d'endormir sa propre conscience... Mettre de côté les personnes âgées est commettre un péché", s'est exclamé le Pape. Puis il a évoqué un souvenir de son ministère épiscopal à Buenos Aires, où il a touché du doigt l'abandon dans lequel beaucoup d'anciens sont laissés. "Pour sa part l'Eglise possède une sagesse qui soutient la culture de la proximité des personnes âgées, qui s'exprime jusque dans un accompagnement attentif de leur fin de vie. "C'est une tradition enracinée dans l'Ecriture... L'Eglise ne peut et ne veut se conformer à une mentalité d'indifférence et de mépris de la vieillesse. Nous devons réveiller un sens collectif de la gratitude et de l'hospitalité" envers les anciens. "Si chaque personne âgée a ses faiblesses, il en existe des particulièrement affaiblies, fragilisées par la maladie ou l'isolement. Certaines dépendent de l'attention d'autrui et de soins indispensables. Non, on ne peut abandonner ces personnes. Une société qui renoncerait à cette proximité, à la gratuité de l'affection, y compris à l'endroit de l'étranger, deviendrait perverse. Fidèle à la Parole, l'Eglise ne saurait tolérer une telle chute, Une communauté chrétienne où proximité de l'autre et gratuité ne seraient plus considérés comme indispensables perdrait son âme. Là où il n'y a plus d'attention aux anciens, il n'y a pas d'avenir pour les jeunes".

Audience aux évêques amis du mouvement des Focolari


Cité du Vatican, 4 mars 2015 (VIS). Comme chaque année, le Saint-Père a reçu ce matin avant l'audience générale les évêques amis du mouvement des Focolari, réunis à Castelgandolfo pour leur 38 congrès (L'Eucharistie, mystère de communion). Présents aussi la Présidente et le co-Président du mouvement. Après le salut introductif de l'Archevêque de Bangkok, le Pape a pris la parole, soulignant d'emblée le charisme de l'unité propre aux Focolari et son fort attachement à l'Eucharistie: "Sans l'Eucharistie l'unité perdrait son pôle d'attraction divine pour se réduire à un sentiment et à une dynamique strictement humaine, psychologique et sociologique. L'eucharistie garantie la présence centrale du Christ et l'action de l'Esprit qui guide nos initiatives et nos rencontres de communion... Evêques, nous rassemblons la communauté autour de l'Eucharistie, à la table de la Parole et à celle du Pain de vie. C'est ce qu'il y a de fondamental dans notre service. Si l'évêque est le principe d'unité de l'Eglise, cela ne peut exister hors de l'Eucharistie. Car il ne rassemble pas autour de soi et de ses idées, mais du Christ présent dans la Parole et dans le sacrement de son corps et sang. A l'école du Bon Pasteur qui s'est fait agneau sacrificiel et est ressuscité, l'évêque rassemble les brebis qui lui ont été confiée en offrant sa vie". Puis il a remercié plus particulièrement les évêques venus de pays ensanglantés comme la Syrie, l'Irak ou l'Ukraine. "Dans les souffrances que vous vivez au côté des vôtres, vous faites l'expérience de la force que dégage Jésus Eucharistie, laquelle vous permet d'aller de l'avant unis dans la foi et l'espérance. Chaque jour à la messe nous vous sommes unis, nous prions et offrons le sacrifie du Christ à votre attention. De cela découlent aussi les nombreuses initiatives de solidarité en faveur de vos Eglises. Je vous encourage à poursuivre vos efforts dans la voie de l'oecuménisme et du dialogue inter-religieux. Et puis merci pour ce que vous apportez à une meilleure communion entre les divers mouvements ecclésiaux".  

Autres actes pontificaux


Cité du Vatican, 4 mars 2015 (VIS). Le Saint-Père a:

Nommé Mgr.Joaquim Wladimir Lopes Dias, Evêque de Volatina (superficie 13.086, population 568.000, catholiques 484.000, prêtres 59, diacres 11, religieux 86), au Brésil. Il était jusqu'ici Auxiliaire de l'Archevêque de Vitória (Brésil).

Accepté pour limite d'âge la renonciation de Mgr.Francisco Ramírez Navarro à l'office d'Auxiliaire de l'Archevêque de Tlalnepantla (Mexique).

A nommé l'Abbé Jorge Cuapio Bautista, Auxiliaire de l'Archevêque de Tlalnepantla (Mexique). L'Evêque élu, né en 1967 à Santa Ana Chiauhteman (Mexique) et ordonné prêtre en 1992, était jusqu'ici collaborateur de paroisse. Licencié en philosophie et en sciences de la famille, il a été curé de paroisse, professeur de séminaire et vicaire épiscopal.



mardi 3 mars 2015

Visite pastorale du Pape à Naples et Pompei


Cité du Vatican, 3 mars 2015 (VIS). Voici le programme de la visite pastorale que le Saint-Père effectuera samedi 21 mars en Italie:


Arrivée par hélicoptère au sanctuaire de Pompei à 8 h. Prière privée, puis transfert par hélicoptère à Naples. A 9 h 30', rencontre avec la population du quartier de Scampia (discours). Transfert ensuite au coeur de ville pour la messe célébrée à 11 h place du Plebiscito (homélie). A 13 h, visite de la prison de Poggioreale et déjeuner avec des détenus (bref discours). Après quoi le Pape gagnera la cathédrale où, après vénération des reliques de St.Janvier, il rencontrera le clergé, les religieux et les diacres du diocèse (discours). A 16 h 15' en la basilique du Gesù Nuovo, il s'adressera à des malades, rencontre suivie d'une rencontre avec les jeunes sur le quai Caracciolo. Le départ pour Rome est prévu vers 18 h 15'.  

Approbation des statuts des organes économiques




Cité du Vatican, 3 mars 2015 (VIS). Le 22 février, le Saint-Père a approuvé ad experimentum les statuts du Conseil pour l'économie, du Secrétariat pour l'économie et du Bureau du Réviseur général. Entrés en vigueur le 1 mars, avant leur publication sur les Acta Apostolicae Sedis. Strictement en italien, ces documents sont accessibles sur www.vatican.va

Nouvelle initiative du Parvis des gentils


Cité du Vatican, 3 mars 2015 (VIS). La place et le Temple, tel est le titre de l'initiative du Parvis des gentils qui se déroulera à Rome ce vendredi près le Centre d'études américaines. Cette fois, le Conseil pontifical pour la culture a sollicité la collaboration du Centre St.Louis de France et du Council for Research in Values and Philosophy pour aborder le dialogue entre croyants et non croyants au XXI siècle: "De plus en plus la place est occupée par les marchands et leurs victimes. Au Temple, les fidèles réclament que leur voix puisse être entendu sur la place car, dans une société libre, cet espace doit être librement accessible à tous. Il convient donc de se demander comment organiser la coexistence des divers points de vue, quelles sont les limites des divers droits, quels sont les rapports de la place et du Temple avec le pouvoir. Le dialogue de la post sécularisation se profile alors que s'évapore l'idéal de la sécularisation, selon lequel la religion aurait été éliminée". Les travaux seront dirigés par le Président de la fondation Parvis des gentils. Le constitutionnaliste italien Giuliano Amato sera entouré du philosophe canadien Charles Taylor et d'autres spécialistes de la sécularisation tels l'espagnol José Casanova (enseigne aux USA), l'italien Giacomo Marramao et le français François Bousquet (Recteur de St.Louis des français).

Autres actes pontificaux


Cité du Vatican, 3 mars 2015 (VIS). Le Saint-Père a nommé Mgr.Robert Walter McElroy, Evêque de San Diego (superficie 22.942, population 3.127.045, catholiques 986.499, prêtres 309, diacres 145, religieux 335), aux Etats-Unis d'Amérique. Il était jusqu'ici Auxiliaire de l'Archevêque de San Francisco.


Visite Ad Limina des Evêques nord-africains


Cité du Vatican, 2 mars 2015 (VIS). Le Pape François a reçu les Evêques d 'Afrique du Nord (Maroc, Algérie, Tunisie et Libye), en conclusion de leur visite Ad Limina. Dans le discours qu'il leur a remis, il a d'emblée évoqué l’histoire d'une région marquée par de nombreuses figures de sainteté depuis Cyprien et Augustin, patrimoine spirituel de toute l’Eglise, jusqu’au bienheureux Charles de Foucauld, dont on fêtera l’an prochain le centenaire de la mort: "Depuis plusieurs années l'Afrique du Nord connaît des évolutions significatives, qui permettaient alors d’espérer voir se réaliser certaines aspirations à une plus grande liberté et à la dignité et favoriser une plus grande liberté de conscience. Mais parfois aussi ces évolutions ont conduit à des déchaînements de violence. Je voudrais saluer particulièrement le courage, la fidélité et la persévérance des évêques de Libye, ainsi que des prêtres, des personnes consacrées et des laïcs qui demeurent dans le pays malgré les dangers multiples. Ils sont d’authentiques témoins de l’Evangile. Je les en remercie vivement, et je vous encourage tous à poursuivre vos efforts pour contribuer à la paix et à la réconciliation dans toute" l'Afrique du Nord. Votre Conférence, poursuit-il, "est un lieu d’échange et de concertation important, mais elle doit aussi être un instrument de communion qui permet d’approfondir des relations fraternelles et confiantes entre vous. Votre pèlerinage à Rome est une heureuse occasion pour renouveler votre engagement commun au service de la mission de l'Eglise dans chacun de vos pays. Cette mission vous l’accomplissez avec vos prêtres, vos collaborateurs directs. Originaires de nombreux pays, il leur est parfois difficile de s’adapter à des situations très nouvelles pour eux. Il est donc particulièrement nécessaire que vous soyez proches de chacun d’entre eux et attentifs à leur formation permanente pour qu’ils puissent vivre leur ministère pleinement et sereinement... Les religieuses et les religieux ont aussi une place de choix dans la vie et la mission de vos Eglises. Je leur suis reconnaissant de leur témoignage de vie fraternelle et de leur engagement si généreux au service de leurs frères et sœurs".

"Au cœur de votre mission et à la source de votre espérance, il y a d’abord la rencontre personnelle avec Jésus Christ et la certitude qu’il est à l’œuvre dans le monde où vous avez été envoyés en son nom. La vitalité évangélique de vos diocèses dépend donc de la qualité de la vie spirituelle et sacramentelle de chacun". Au long des siècles, nombre de fidèles "ont tout donné à Dieu et à leurs frères jusqu’au sacrifice de leur vie. Il vous revient de développer cet héritage spirituel d’abord parmi vos fidèles, mais aussi en l’ouvrant à tous. Je me réjouis d’ailleurs de savoir que ces dernières années, plusieurs sanctuaires chrétiens ont pu être restaurés en Algérie. En y accueillant chacun avec bienveillance et sans prosélytisme, vos communautés manifestent qu’elles veulent être une Eglise aux portes ouvertes, toujours en sortie... L’universalité est aussi une caractéristique de vos Eglises, dont les fidèles viennent de nombreuses nations pour former des communautés bien vivantes... C’est aussi pour vous une occasion de vous émerveiller devant l’œuvre de Dieu, qui se répand parmi tous les peuples et dans toutes les cultures. Je voudrais apporter mes encouragements aux nombreux jeunes étudiants venant d’Afrique sub-saharienne, qui forment une partie importante de vos communautés. En demeurant forts dans la foi ils seront capables d’établir avec tous des liens d’amitié, de confiance et de respect et ils contribueront ainsi à l’édification d’un monde plus fraternel".


Passant au dialogue inter-religieux, il souligne ensuite combien il constitue une part importante de la vie de l'Eglise catholique nord-africaine: "L’imagination de la charité sait ouvrir d’innombrables chemins pour porter le souffle évangélique dans les cultures et dans les milieux sociaux les plus divers... Vous savez combien la méconnaissance mutuelle est la source de tant d’incompréhensions et parfois même d’affrontements. Pourtant, comme l’a écrit Benoît XVI dans l’exhortation Africae Munus, si nous tous, croyants en Dieu, désirons servir la réconciliation, la justice et la paix, nous devons œuvrer ensemble pour bannir toutes les formes de discrimination, d’intolérance et de fondamentalisme confessionnel. L’antidote le plus efficace contre toute forme de violence est l’éducation à la découverte et à l’acceptation de la différence comme richesse et fécondité. Aussi est-il indispensable que dans vos diocèses prêtres, religieuses et laïcs soient formés dans ce domaine. Et à ce propos, je suis heureux de relever que l’Institut pontifical d’études arabes et islamiques, qui célèbre cette année son cinquantième anniversaire, est né à Tunis. Soutenir et utiliser cette institution si nécessaire pour s’imprégner de la langue et de la culture permettra d’approfondir un dialogue en vérité et dans le respect entre chrétiens et musulmans. Le dialogue, vous le vivez aussi au jour le jour avec les chrétiens de diverses confessions". Citant également l’Institut œcuménique Al Mowafaqa (Maroc) qui promeut le dialogue œcuménique et inter-religieux, le Pape rappelle que ses hôtes animent une Eglise de la rencontre et du dialogue, au service de tous sans distinction. "Avec des moyens souvent modestes, vous manifestez la charité du Christ et de l’Eglise auprès des plus pauvres, des malades, des personnes âgées, des femmes dans le besoin ou des prisonniers. Je vous remercie vivement pour la part que vous prenez afin de venir en aide aux nombreux migrants originaires d’Afrique qui cherchent dans vos pays un lieu de passage ou d’accueil. En reconnaissant leur dignité humaine, et en travaillant à réveiller les consciences face à tant de drames humains, vous manifestez l’amour que Dieu porte à chacun d’entre eux". Assurant enfin les évêques du soutien de toute l’Eglise, il redit à ses hôtes qu'ils ont une mission de périphérie: "Votre témoignage de vie dans la simplicité et la pauvreté est un signe éminent pour toute l’Eglise. Soyez sûrs que le Successeur de Pierre vous accompagne sur votre rude chemin et qu’il vous encourage à être toujours des hommes de l’espérance".

lundi 2 mars 2015

Présentation du Réseau ecclésial panamazonien


Cité du Vatican, 2 mars 2015 (VIS). Ce matin en Salle de Presse du Saint-Siège, a eu lieu la présentation du Réseau ecclésial panamazonien constitué en septembre 2014 à Brasilia (Brésil), au cours d'une rencontre des évêques incluant dans leurs diocèses des régions amazoniennes, de prêtres et missionnaires œuvrant dans la jungle amazonienne, des représentants de Caritas nationales et de laïcs appartenant à diverses structures de l'Eglise. Ont pris part à la Conférence: le Cardinal Peter Kodwo Appiah Turkson, Président du Conseil pontifical Iustitia et Pax, Mgr.Pedro Ricardo Barreto Jimeno, SJ, Evêque de Huancayo (Pérou) et Président du Département de Justice et Solidarité du Conseil épiscopal latino-américain; M.Michel Roy, Secrétaire Général de Caritas Internationalis et M.Mauricio Lopez Oropeza, Secrétaire exécutif de la REPAM. Le Cardinal Claudio Humnes, OFM, Président de la Commission pour Amazones de la Conférence épiscopale du Brésil qui n'a pu être présent est intervenu dans la présentation avec un message-vidéo.

Le territoire amazonien est la forêt tropicale la plus étendue du monde. Il s'étend sur six millions de km2 et est réparti entre le Guyana, le Surinam et la Guyane française, le Venezuela, l'Equateur, la Colombie, la Bolivie, le Pérou et le Brésil. 2.779.478 personnes y vivent correspondant à 390 peuples indigènes et 137 peuples isolés (sans contact) avec les valeurs de leurs cultures ancestrales, 240 langues parlées appartenant à 49 groupes ethniques. Il s'agit, comme l'explique Mgr.Barreto, d'"un territoire dévasté et menacé par les concessions des états aux corporations transnationales. Les grands projets d'extraction minière, les monocultures et le changement climatique mettent ses terres en danger ainsi que leur environnement naturel. Ils détruisent leur culture, l'autodétermination des peuples et surtout affectent le Christ incarné chez les personnes qui l'habitent (peuples natifs, peuples ripuaires, paysans, afro-descendants et populations urbaines). C'est ainsi que le REPAM se présente "comme la réponse de Dieu à cette nécessité de bon sens et urgente de protéger la vie des personnes pour que vivent en harmonie avec la nature depuis la présence étendue et variée des membres et équipes de l'Eglise en Pan-Amazonie".

Pour sa part, le Cardinal Turkson a illustré les caractéristiques principales du Réseau, en commençant par la transnationalité. "Le nombre élevé de pays concernés est dû à la prise de conscience qu'une action efficace de réponse aux défis qui dépassent les frontières d'un seul état, exige la synergie des forces vives de toutes les nations intéressées, entre elles...le secrétariat de la REPAM, les différents diocèses, sans oublier que depuis le début la REPAM travaille en syntonie avec le Saint-Siège, le CELAM et ses structures". Une autre caractéristique est l'ecclésialité. En plus d'agir de façon transnationale, le REPAM se propose de créer une collaboration harmonieuse entre les différentes composantes de l'Eglise: congrégations religieuses, Caritas, diocèses, laïcs, etc. L'engagement pour la défense de la vie est, pour le Cardinal Turkson, la troisième caractéristique. "Le REPAM est né pour répondre à des défis importants. C'est la défense de la vie de diverses communautés qui est en jeu qui représentent plus de 30 millions de personnes. Celles-ci sont menacées par la pollution, par le changement radical et rapide de l'écosystème duquel elles dépendent, et du manque de protection des droits de l'homme fondamentaux". "Le réseau est présent à Rome non seulement par l'énorme signification symbolique que revêt pour l'Eglise le siège de Pierre, mais aussi par la volonté de donner une visibilité au REPAM. La façon dont le REPAM, agissant comme une plate-forme, sera structuré et définira son mode de fonctionnement, ses priorités d'action, ses alliances et ses modalités d'accréditation, pourrait servir de modèle aux autres Eglises locales d'autres continents qui se trouvent en face des mêmes défis. En outre, le REPAM est conçu de façon à devenir un instrument dans différents milieux tels que la justice, la légalité, la promotion et protection des droits de l'homme, la coopération entre l'Eglise et les institutions publiques à différents niveaux, la prévention et la gestion des conflits, l'étude et la diffusion des informations, le développement économique inclusif et équitable, l'utilisation responsable et solidaire des ressources naturelles, dans le respect de la création, la préservation de cultures et de modes de vie traditionnels des différents peuples".


A son tour, le Cardinal Humnes dans le message-vidéo a rappelé que la création du REPAM "représente un nouvel encouragement et un avertissement pour l'œuvre de l'Eglise en Amazonie, fortement désirée par le Saint-Père. Là, l'Eglise veut être avec détermination missionnaire, miséricordieuse, prophétique, proche de tous, en particulier des plus pauvres, des exclus, des marginaux, des oubliés et des blessés. Une Eglise avec un "visage amazonien" et un "clergé autochtone" comme l'a proposé le Pape dans un discours aux évêques du Brésil".

Intentions de prière pour mars


Cité du Vatican, 1 mars 2015 (VIS). L'intention de prière générale du Saint-Père pour mars est: "Pour que les scientifiques mettent leur recherche au service du bien de la personne".

Son intention missionnaire est: "Pour que la contribution de la femme à la vie de l'Eglise soit toujours plus valorisée".


Laissons-nous transfigurer par l'amour


Cité du Vatican, 1 mars 2015 (VIS). "En ce deuxième dimanche de Carême, l'Eglise nous indique le but de cet itinéraire de conversion, la participation à la gloire du Christ". Voici ce qu'a dit le Pape avant l'angélus dominical, à son retour de la semaine d'exercices spirituels. Rappelant l'Evangile de dimanche dernier qui présente Jésus victorieux des tentations de Satan, il a évoqué celui du jour, qui rapporte l'épisode de la Transfiguration. C'est "l'apogée du ministère public du Seigneur, en route vers Jérusalem, où vont s'accomplir les prophéties du Serviteur de Dieu, son sacrifice rédempteur". Puis il a rappelé que ni la multitude ni les apôtres ne comprirent que l'issue de la mission de Jésus sera sa passion glorieuse, et "Jésus prend alors la décision de montrer à Pierre, Jacques et Jean une anticipation de sa gloire, qui aura lieu après la résurrection, pour les confirmer dans la foi et les encourager à le suivre sur le chemin de l'épreuve, sur le chemin de la croix". Ils entendent du ciel, la voix du Père: Celui-ci est mon Fils bien aimé, écoutez-le!". Ecouter le Christ, a dit le Saint-Père, "comporte d'assumer la logique de son mystère pascal, en nous mettant en chemin avec lui pour faire de notre existence un don d'amour aux autres, par obéissance docile à la volonté de Dieu le Père, par une attitude de détachement des choses mondaines et de liberté intérieure". Cela implique "d'être prêts à perdre sa vie, en la donnant afin que tous les hommes soient sauvés. Nous nous retrouverons ainsi dans le bonheur éternel... Il y aura toujours une croix sur notre route, des épreuves, mais qui nous porteront toujours au bonheur". Il a enfin encouragé à se laisser transfigurer par l'amour, capable de tout transfigurer, et à invoquer la Vierge Marie pour qu'elle nous soutienne sur ce chemin.

La Syrie, l'Irak et le Venezuela au cœur des prières du Pape


Cité du Vatican, 1 mars 2015 (VIS). Au terme de sa catéchèse, le Pape a lancé un appel en raison de la "situation dramatique en Syrie et en Irak, concernant les violences, les enlèvements et les abus commis contre les chrétiens et les autres groupes: Je voudrais assurer les personnes concernées par ces situations que nous ne les oublions pas, et que nous leur sommes proches et prions avec insistance pour que soit mis fin le plus vite possible à la brutalité intolérable dont elles sont victimes". Le Pape a ajouté qu'avec les membres de la Curie Romaine, il avait offert la messe à cette intention vendredi dernier au cours de la semaine d'exercices spirituels, et a demandé à chacun "selon ses possibilités, de faire son possible pour alléger la souffrance de ceux qui sont dans l'épreuve, souvent en raison de leur seule foi. Prions pour ces frères et sœurs qui souffrent pour la foi en Syrie et en Irak". Il a également évoqué la situation de tension au Venezuela: "Je prie pour les victimes et, en particulier, pour l'enfant mort il y a quelques jours à San Cristobal. Je vous exhorte tous au refus de la violence et au respect de la dignité de chaque personne et de la sacralité de la vie humaine, et vous encourage à reprendre un chemin commun pour le bien du pays, en réouvrant les espaces de rencontre et de dialogue, sincères et constructifs".

Le Pape défend l'économie de l'honnêteté


Cité du Vatican, 28 février 2015 (VIS). "L'Eglise a toujours reconnu, apprécié et encouragé l'expérience coopérative" a affirmé de matin le Pape François devant quelque 7.000 membres de la Confédération des coopératives italiennes regroupant différents secteurs, de l'agriculture à la construction, en passant par la pêche et la distribution de biens de consommation. Le Pape a évoqué différents documents du magistère comme l'encyclique Rerum Novarum de Léon XIII qui dit: Tous propriétaires et non tous prolétaires!, ou l'encyclique Caritas in Veritate, dans laquelle Benoît XVI souligne l'importance de l'économie de communion et de l'industrie à but non lucratif, sans oublier l'"extraordinaire enseignement social de Paul VI". Il a demandé aux membres de la Confédération de ne pas regarder seulement vers le passé mais de se tourner surtout vers l'avenir. "C'est une vraie mission qui fait appel à notre créativité pour trouver les formes, les méthodes, les attitudes et les instruments, pour combattre la culture du déchet cultivée par les pouvoirs qui régulent les politiques économiques et financières du monde globalisé. Globaliser la solidarité, aujourd'hui, signifie penser à l'augmentation vertigineuse des chômeurs, aux larmes incessantes des pauvres, au besoin de reprendre un développement qui soit un véritable progrès intégral de la personne qui a, certes, besoin de revenus mais pas seulement! Pensons aux besoins de la santé que les systèmes traditionnels n'arrivent plus à satisfaire, aux exigences pressantes de la solidarité, en mettant de nouveau au centre de l'économie mondiale, la dignité de la personne humaine".

Pour mener à bien cette mission, le Saint-Père a lancé quelques encouragements. Le premier est que les coopératives continuent d'être le moteur du développement de la partie la plus faible de nos communautés locales et de la société civile. Il faut donc mettre au premier plan la création de nouvelles coopératives avec le développement de celles déjà existantes, de façon à créer surtout de nouvelles opportunités de travail qui n'existent pas encore...surtout pour les jeunes, parce que nous savons que le chômage chez les jeunes...détruit leur espérance", mais aussi pour "toutes ces femmes qui ont besoin et veulent s'insérer dans le monde du travail", sans oublier "les adultes qui se retrouvent souvent prématurément sans travail. Outre les nouvelles entreprises -a ajouté le Pape- n'oublions pas aussi celles qui connaissent des difficultés, celles qui meurent avec leurs vieux patrons au lieu d'être récupérées par des initiatives que vous appelez entreprise récupérées". Son deuxième encouragement est de se placer comme protagonistes pour trouver de nouvelles solutions de bien-être, en particulier dans le domaine de la santé, "un domaine délicat où de nombreuses personnes pauvres ne trouvent plus de solutions pour répondre à leurs besoins. La réponse pourrait être de s'appuyer sur la "subsidiarité avec force et cohérence, c'est-à-dire mettre les forces ensemble", en créant "un réseau efficace d'assistance et de solidarité entre coopératives, paroisses et hôpitaux". La troisième suggestion concerne l'économie, son rapport avec la justice sociale, avec la dignité et la valeur des personnes. "On sait bien -a encore dit le Pape- qu'un certain libéralisme pense qu'il est nécessaire de produire d'abord des richesses, peu importe comment, pour ensuite promouvoir quelque politique de redistribution... D'autres pensent que les entreprises doivent élargir les miettes de richesse accumulée réalisant ainsi ce qu'on appelle la responsabilité sociale... Nous savons, au contraire, qu'en réalisant une qualité nouvelle d'économie, on permet la croissance des personnes dans toutes leurs potentialités... Le membre de la coopérative ne doit pas être seulement un travailleur...il doit être protagoniste, doit grandir...en tant que personne, socialement et professionnellement... Il faut que l'entreprise gérée par la coopérative grandisse vraiment...avec la participation de tous".

"Si nous regardons autour de nous, il n'arrive jamais que l'économie se renouvelle dans une société qui vieillit au lieu de croître", a ajouté le Pape pour présenter sa quatrième suggestion: réaliser l'harmonisation entre le travail et la famille... c'est-à-dire aider aussi les femmes à se réaliser pleinement dans leur vocation et mettre à profit leurs talents", à travers des initiatives qui répondent aux exigences de tous, de la garderie à l'aide à domicile. La cinquième suggestion vous surprendra peut-être", a dit le Pape. "Pour faire toutes ces choses, il faut de l'argent! Les coopératives en général n'ont pas été fondées par de grands capitalistes... Vous devez investir et vous devez bien investir! En Italie certainement, mais pas seulement, il est difficile d'obtenir de l'argent public pour combler le manque de ressources. Voici la solution que je vous propose: mettez ensemble avec détermination les bons moyens pour réaliser de bonnes œuvres. Collaborez davantage entre coopératives bancaires et entreprises, organisez les ressources pour faire vivre avec dignité et sérénité les familles. Payez de justes salaires aux travailleurs... L'argent au service de la vie peut être géré de façon juste par la coopérative si celle-ci est authentique, vraie, si le capital ne commande pas aux hommes mais si les hommes commandent le capital".


"C'est pourquoi vous faites bien, et continuez de le faire, de vous opposer et de combattre les fausses coopératives, celles qui prostituent le nom même de coopérative, c'est-à-dire une réalité très bonne, pour tromper les gens dans un but lucratif contraire à ceux de la véritable coopération... Dans votre domaine d'action, montrer un visage honnête et poursuivre au contraire un but non honorable et immoral, souvent basé sur l'exploitation du travail ou les manipulations du marché, et à de scandaleux trafics de corruption, est un mensonge honteux et très grave que l'on ne peut absolument pas accepter. L'économie coopérative...doit remplir une fonction sociale forte si elle veut être protagoniste de l'avenir d'une nation et de chaque communauté locale, et doit poursuivre des finalités transparentes et limpides. Elle doit promouvoir l'économie de l'honnêteté! Une économie réparatrice dans l'océan insidieux de l'économie globale. Une vraie économie organisée par des personnes qui n'ont à cœur que le bien commun". La dernière partie du discours du Pape a porté sur la coopération au niveau international. "Tendez la main vers les périphéries existentielles anciennes et nouvelles, là où se trouvent des personnes désavantagées, des personnes seules et mises à l'écart, là où les personnes ne sont pas respectées... Il faut avoir le courage et la fantaisie de construire la bonne route pour intégrer dans le monde le développement, la justice et la paix". 

Envoyé spécial à Glasgow


Cité du Vatican, 28 février 2015 (VIS). Aujourd'hui a été publiée la lettre latine du 15 février par laquelle le Saint-Père a nommé le Cardinal Cormac Murphy-O'Connor, son Envoyé spécial au IV centenaire du martyr de saint John Ogilvie, SJ (Glasgow, GB, 9 - 10 mars). Il sera accompagné par l'Abbé Roger Reader, son secrétaire, et de Mgr.Javier Herrera Corona, Conseiller de nonciature (GB).

Audiences


Cité du Vatican, 2 mars 2015 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin:

Mme.Irina Bokova, derectrice Générale de l'UNESCO.

Mgr.Janusz Urbańczyk, Observateur Permanent près les Organisations internationales de Vienne.

M.Nechirvan Barzani, Président du Gouvernement Régional du Kurdestan irakien.

Les Membres de la Conférence épiscopale régionale d'Afrique du Nord, en visite Ad Limina:

Mgr. Claude Rault, Evêque de Laghouat (Algérie).

Mgr.Ghaleb Moussa Abdalla Bader, Archevêque d'Alger (Algérie).

Mgr.Paul Desfarges, Evêque de Constantine (Algérie).

Mgr.Jean-Paul Vesco, Evêque d'Oran (Algérie).

Mgr.Sylvester Carmel Magro, Vicaire Apostolique de Benghazi (Libye).

Mgr.Giovanni Innocenzo Martinelli, Vicaire Apostolique de Tripoli (Libye).

Mgr.Vincent Landel, Archevêque de Rabat (Maroc).

Mgr.Santiago Agrelo Martínez, Archevêque de Tanger (Maroc).

Le P.Mario León Dorado, 0MI, Préfet Apostolique pour le Sahara Occidental.

Mgr.Ilario Antoniazzi, Archevêque de Tunis (Tunisie).


Samedi dernier, 28 février, il avait reçu le Cardinal Crescenzio Sepe, Archevêque de Naples (Italie).

Autres actes pontificaux


Cité du Vatican, 2 mars 2015 (VIS). Le Saint-Père a nommé l'Abbé Fidencio López Plaza, Evêque de San Andrés Tuxtla (superficie 13.495, population 1.113.000, catholiques 1.035.000, prêtres 100, diacres 33, religieux 109), au Mexique. L'Evêque élu, né en 1950 à Capullín (Mexique) et ordonné prêtre en 1982, était jusqu'ici Vicaire épiscopal. Diplômé en catéchèse et pastorale, il a été curé et doyen de paroisses, professeur de séminaire, membre du Presbyterium et délégué diocésain à l'évangélisation et à la catéchèse, Coordinateur de la Mission continentale pour le Mexique et Membre du Conseil permanent de la Conférence épiscopale.

Samedi dernier, 28 février, il avait nommé:

L'Abbé Francesco Savino, Evêque de Cassano all'Jonio (superficie 1.311, population 108.100, catholiques 104.187, prêtres 78, diacres 3, religieux 74), en Italie. L'Evêque élu, né en 1954 à Bitonto (Italie) et ordonné prêtre en 1978, était jusqu'ici Curé et Recteur de la paroisse sanctuaire de Bitonto. Licencié en théologie, il a été curé de paroisses, membre du Presbyterium, directeur de revue et consulteur diocésain. Il succède à Mgr.Nunzio Galantino dont la renonciation a été acceptée par le Pape.

L'Abbé Marek Marczak, Auxiliaire de l'Archevêque de Lódz (Pologne). L'Evêque élu, né en 1969 à Piotyków Trybunalski (Pologne) et ordonné prêtre en 1994, était jusqu'ici Recteur du grand séminaire de ce même diocèse. Docteur en théologie, il a été professeur de séminaire, Chargé de l'apostolat des laïcs et de la catéchèse, membre du Presbyterium.



vendredi 27 février 2015

Conclusion de la retraite de la Curie Romaine


Ci du Vatican, 27 février 2015 (VIS). Ce matin à Ariccia, se sont conclus les exercices spirituels du Pape et de la Curie Romaine. Après la dernière méditation prêchée par le P.Bruno Secondin, O.Carm., le Saint-Père a pris la parole. Pour remercier le prédicateur, il a dit: "Ce n'est pas facile de prêcher à des prêtres! Même si c'est compliqué vous avez réussi à semer. Puisse le Seigneur faire lever tout ce que vous nous avez offert. Comme nous tous, j'espère que vous sortirez d'ici avec un bout du manteau d'Elie, dans la main mais aussi au coeur!".


Congrès pour le cinquantenaire de la première messe en italien


Cité du Vatican, 27 janvier 2015 (VIS). Le 7 mars 1965, pour le 25 anniversaire de la mort de Don Orione, Paul VI célébra dans une paroisse romaine la première messe en italien: Aujourd'hui, avait-il dit à l'homélie, "nous inaugurons dans toutes les paroisses du monde la nouvelle forme de la liturgie pour les messes publiques. Ce grand événement sera commémoré comme le début d'une vie religieuse revigorée, un nouvel engagement dans le grande dialogue entre Dieu et l'homme". Cinquante ans plus tard, le Pape François célébrera à 18 h la messe dans la même paroisse romaine de Tous les Saints. L'événement fera suite au congrès de pastorale liturgique tenu sur place le 27 février, organisé par le Vicariat de Rome, l'Institut pontifical de liturgie et l'Oeuvre Don Orione. Les travaux du congrès (Unis pour rendre grâce) seront introduits par le P.Flavio Peloso, Supérieur général de l'Oeuvre, qui abordera les raisons de la réforme liturgique et son application aujourd'hui. Suivront l'intervention de Mgr.Francesco Pio Tamburrino, Archevêque émérite de Foggia - Bovino (Italie), sur Tradition et renouveau dans la constitution Sacrosanctum Concilium, l'intervention de Mgr.Piero Marini, Président du Comité pontifical pour les congrès eucharistiques internationaux, sur Langue vernaculaire et dialogue de l'assemblée liturgique, celle de l'Abbé Francesco Mazzitelli, Curé de la paroisse de Tous les Saints, sur La formation liturgique des laïcs. Suivront les conclusions de Dom Jordi Piqué, Président de l'Institut pontifical de liturgie, et le débat animé par le P.Midili, O.Carm, Directeur de l'Office liturgique diocésain. Annonçant le congrès, ce dernier a écrit qu'il permettra de réfléchir sur les motifs ayant poussé les pères conciliaires à introduire la langue vernaculaire dans la liturgie, et en particulier la nécessité d'une participation plus consciente et plus accomplie des fidèles à la liturgie. La réforme a notamment permis de renforcer le caractère communautaire de la messe en la débarrassant des dévotions privées qui en offusquait la compréhension.

Autres actes pontificaux


Cité du Vatican, 27 février 2015 (VIS). Le Saint-Père a nommé Mgr.Charles Jude Scicluna, Archevêque métropolitain de Malte (superficie 246, population 413.000, catholiques 380.000, prêtres 631, religieux 1.321), à Malte. Il était jusqu'ici Administrateur apostolique de ce même diocèse. 

jeudi 26 février 2015

Prix de la Fondation Centesimus Annus - Pro Pontifice


Cité du Vatican, 26 février 2015 (VIS). Ce matin près la Salle de Presse, le Président de la Fondation Centesimus Annus - Pro Pontifice M.Domingo Sugranyes Bickel, entouré du Secrétaire du Jury M.Michael Konrad, d'un Membre du Jury Mgr.Giuseppe Antonio Scotti et du Secrétaire général de la fondation M.Massimo Gattamelata, a présenté le bilan des deux dernières années d'activité, ainsi que l'attribution des prix du second concours Economie et Société. Constituée par Jean-Paul II en 1993 et dirigée par un Conseil de neuf laïcs, la fondation répond au Cardinal Président de l'APSA et à la Secrétairerie d'Etat. Ayant pour but de diffuser la doctrine sociale de l'Eglise, elle se prévaut de la collaboration d'économistes et d'experts financiers engagés dans la diffusion d'idées favorables à une économie de marché réformée. Le Président a souligné le fait que les travaux accomplis ces deux dernières années ont suivi les indications fournies par le Pape François le 25 mai 2013, en particulier "de rendre toute la dignité sociale qu'elle mérite au mot déprécié de solidarité". Puis Mgr.Scotti a dit l'importance, à la suite du Saint-Père, de dénoncer la culture du rebut: Nombreux sont ceux qui pensent que l'économie productive peut agir en dehors de toute référence aux valeurs humaines, et qui attribuent cette mutation au caractère post-idéologique et post-politique de notre époque. Cela pourrait être vrai et intéressant à étudier. Mais ne serait-il pas mieux de lire la culture de notre temps à la lumière de la Parole? Parlant ici de chercheurs qui tentent de proposer une nouvelle vision de l'usage de l'argent, n'est-il pas utile de relire l'Ecclésiaste, qui parle de l'insatiable voracité de l'argent, de la richesse et du profit qui ne sont que vanité?


Le premier prix a été attribué à l'économiste français Pierre de Lauzun pour son livre: Finance, un regard chrétien. De la banque médiévale à la mondialisation financière, qui propose une réflexion à la lumière de la doctrine sociale de l'Eglise sur la moralité des acteurs du marché financier. Il invite à prendre en considération un ordre économique mondial qui ne serait plus fondé sur le profit et fonctionnerait en harmonie avec les réalités sociales et les exigences morales, non plus comme une fin mais comme un moyen. Le deuxième prix couronne le talent d'un jeune chercheur autrichien, Alexander Stummvoll pour sa thèse intitulée: Une tradition vivante, le Saint-Siège, la doctrine sociale catholique et la politique globale, 1965 - 2000. Il y explique l'application de la doctrine sociale de l'Eglise face à la Guerre du Vietnam (recherche de la paix), la crise polonaise des années 1980 (face au monde communiste), les Conférences ONU du Caire et de Pékin (questions bioéthiques) et le Jubilé de l'An 2000 (critique du capitalisme sauvage). Les deux récompenses seront remises par le Président du Jury de la Fondation Centesimus Annus - Pro Pontifice, le Cardinal Archevêque de Munich Reinhard Marx au cours de la prochaine conférence internationale qui se déroulera au Vatican du 25 au 27 mai (Repenser les références du système socio-économique).
Copyright © VIS - Vatican Information Service