Home - VIS Vatican - Réception du VIS - Contactez-nous - Calendrier VIS

Le Vatican Information Service (VIS) est un service d'information de la Salle-de-Presse du Saint-Siège. Il propose des informations sur le Magistère et l'activité pastorale du Saint-Père et de la Curie Romaine... []

dernières 5 nouvelles

VISnews  Twitter Go to YouTube

vendredi 19 décembre 2014

La crèche et le sapin, symboles de lumière


Cité du Vatican, 19 décembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu les délégations des Provinces de Vérone et de Catanzaro (Italie) ayant offert la crèche et le sapin dressés Place St.Pierre, qui seront éclairés à partir de ce soir. Rappelant à ses hôtes que les valeurs chrétiennes ont fécondé la culture, la littérature, la musique et les arts, et qu'il convient de les transmettre, il a dit que la crèche et le sapin "évoquent le mystère de l'Incarnation, le Fils unique de Dieu qui s'est fait homme pour nous sauver. Ils expriment la lumière apportée au monde par Jésus naissant. Ces symboles réjouissent même les non croyants parce qu'ils parlent de fraternité, d'intimité et d'amitié, parce qu'ils encouragent les gens à retrouver la beauté de ce qui est simple, le partage et la solidarité. Ils sont une invitation à l'unité, à la concorde et à la paix, une invitation à faire place à Dieu dans nos vies, à un Dieu qui ne vient pas imposer sa toute puissance mais nous offre son amour sous les traits d'un nouveau-né. La crèche et le sapin sont porteur d'un message de lumière, d'amour et d'espérance... Le Messie est venu parmi nous...pour dissiper les ténèbres du péché et de l'erreur, pour rendre à l'humanité sa lumière divine. Jésus n'a-t-il pas dit être la lumière du monde? N'a-t-il pas annoncé que ceux qui le suivront ne marcheront pas dans les ténèbres mais recevront la lumière de la vie? Suivons donc celui qui est la lumière véritable pour ne pas nous perdre et refléter cette chaleur lumineuse sur ceux qui sont plongé dans les difficultés de la vie".

Messe pour le centenaire du Comité olympique italien


Cité du Vatican, 19 décembre 2014 (VIS). A l'issue de la messe célébrée en la Basilique vaticane pour le centenaire du Comité olympique italien, le Pape François est venu s'adresser à l'assemblée pour rappeler que le sport est chez lui dans l'Eglise. Parcourant l'histoire du CONI et des événements qu'il a organisé selon les principes de la Charte olympique, il a souligné combien le sport place la personne et son développement au centre de son action. Outre la défense de la dignité humaine, le sport participe à rendre le monde meilleur, sans guerres ni tensions, à éduquer les jeunes hors de toute discrimination. "Le sport a toujours favorisé un universalisme fait de fraternité, d'amitié et de concorde entre les peuples. Il favorise le respect, la tolérance et l'harmonie...et dans la compétition olympique, où s'affrontent les sportifs de pays aux histoires, valeurs et fois différentes, il constitue un idéal ouvrant des voies nouvelles, parfois inespérées, pour surmonter des conflits causés par la violations des droits de l'homme... L'olympisme n'est pas une incitation à la suprématie d'un peuple sur les autres, ni l'exclusion des plus faibles. Il représente au contraire un défi pour nous tous, pas seulement pour les athlètes, un défi fait d'effort et de sacrifice...tout en acceptant nos propres limites. Il tend au dépassement de soi". Il faut encourager le sort scolaire, le rendre accessible à tous "en étant attentifs aux plus faibles et aux couches défavorisées, et y inclure les handicapés, les étrangers, les marginalisés qui ont besoin de socialisation, de partage et de jeu. Le sport ne doit pas se limiter au résultat, mais être un moyen de développement gratuit de la personne". Les aumôniers du sport constituent "une présence amie qui expriment la présence de l'Eglise dans le sport et dans la compétition", car il y a aussi un aspect de lutte spirituelle dans l'activité sportive. "Certains mots du vocabulaire sportif viennent de la vie religieuse, et certains saints ont su interpréter la passion, l'enthousiasme, la constance, la détermination, le défi et les limites personnelles en les tournant au-delà de soi vers l'horizon de Dieu". 

Audiences


Cité du Vatican, 19 décembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin:

Le Cardinal Marc Ouellet, PSS, Préfet de la Congrégation pour les évêques.

Mgr.Georges Pontier, Achevêque de Marseille et Président de la Conférence épiscopale française, accompagné de Mgr.Pascal Delannoy, Evêque de Saint-Denis et Vice Président, de Mgr.Pierre-Marie Carré, Archevêque de Montpellier et Vice Président, et de Mgr.Olivier Ribadeau, Secrétaire Général.

jeudi 18 décembre 2014

Treize nouveaux Ambassadeurs près le Saint-Siège


Cité du Vatican, 18 décembre 2014 (VIS). Le Pape a reçu ce matin les lettres de créance des nouveaux Ambassadeurs de Mongolie (M.Vaanchig Purevdorj), des Bahamas (M.Sean McWeeney), de La Dominique (M.Edward D.A.Lambert), de Tanzanie (M.Philip Sang'ka Marmo), du Danemark (Mme.Louis Bang Jespersen), de Malaisie (M.Dato' Mohd Zulkephli Bin Mohd Noor), du Rwanda (M.François-Xavier Ngarambe), de Finlande (M.Jari Petteri Luoto), de Nouvelle Zélande (Mme.Janet Lowe), du Mali (Cheick Mouctary Diarra), du Togo (M.Kokou Nayo Atsumikoa M'Beou), du Bangladesh (M.Shameen Ahsan), et du Qatar (Sheikha Moza Bint Nassar bin Ahmad Alí Al-Thani). Voici le bref salut qu'il a adressé à ses hôtes: "J'espère que chaque fois que vous entrerez dans cette maison vous vous sentirez chez vous. Ce bienvenu s'étant à vos gouvernants et à vos peuples, en vous souhaitant un travail fructueux. Le travail de l'ambassadeur est fait de petits pas et de petites choses qui au bout du compte construisent la paix et permettent de rapprocher les peuples, de semer la fraternité. Aujourd'hui, nous avons vu que deux pays tellement éloignés l'un de l'autre pendant si longtemps ont fait un pas en avant l'un vers l'autre. Ceci est le résultat d'un travail conduit par la diplomatie. Le travail des ambassadeurs est un travail noble et en vous souhaitant succès que prie Dieu de bénir" vos missions.    

Fêter en 2017 le cinquième centenaire de la Réforme


Cité du Vatican, 18 décembre 2014 (VIS). Ce matin, le Pape François a reçu une délégation de l'Eglise évangélique luthérienne d'Allemagne, venue à Rome avec la Commission pour l'oecuménisme de la Conférence épiscopale allemande. Devant ses hôtes il a souligné les progrès accomplis depuis cinquante ans dans le dialogue entre luthériens et catholiques: "Ils constituent la base solide d'une maitié sincère vécue dans la foi et dans la spiritualité". Malgré les différences théologiques persistantes, la collaboration et le partage caractérisent la vie de nos Eglises dans un cheminement commun ponctué de documents importants comme la Déclaration sur la doctrine de la Justification. Ils "sont comme des pierres miliaires qui permettent de poursuivre avec assurance la voie entreprise". C'est pour saluer ce cheminement fraternel que le 21 novembre dernier "les cloches de toutes les cathédrales d'Allemagne ont sonné, pour inviter les chrétiens à un service liturgique commun pour le cinquantième anniversaire du décret conciliaire Unitatis Redintegratio". Puis le Pape s'est félicité de la conclusion prochaine des travaux de la commission mixte allemande, qui s'applique à étudier le rapport entre Dieu et la dignité humaine. "Les questions relatives à la dignité de la personne, de sa conception à sa mort, celles touchant à la famille, au mariage et à la sexualité ne sauraient être évitées sous le prétexte de ne pas écorner l'actuel consensus oecuménique. Il serait dommage si ces questions liées à la vie humaine devaient provoquer de nouvelles divergences confessionnelles. Le dialogue oecuménique ne peut être séparé de la vie réelle de nos Eglises. En 2017, les luthériens et les catholiques commémoreront ensemble le cinquième centenaire de la Réforme. Pour la première fois ils pourront célébrer de par le monde un grand événement, non pas de manière triomphale mais dans une profession de la foi trinitaire. Outre la prière commune, il y aura une demande de pardon adressée au Seigneur pour nos fautes, mais aussi la joie de marcher ensemble". En témoigne "le document publié l'an dernier par la Commission luthéro-catholique pour l'unité, intitulé Du conflit à la communion. Puisse la commémoration de 2017 nous encourager tous à accomplir avec l'aide de Dieu et le soutien de son Esprit de nouveaux pas vers l'unité, sans nous contenter de ce que nous avons acquis". 

Audience aux jeunes de l'Action Catholique italienne


Cité du Vatican 18 décembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu une délégation des jeunes de l'Action Catholique italienne, qu'il a félicité du thème de réflexion choisi cette année, Tout à découvrir: C'est un programme, a-t-il dit, qui "réclame le courage de la recherche et comprend la joie de percevoir le projet que Jésus a pour chacun de nous". Il a ainsi suggéré à ses hôtes de ne jamais se rendre car Jésus a pensé pour vous un cheminement à effectuer ensemble, avec vos parents, vos frères et soeurs et amis. Mais aussi d'être attentifs aux plus pauvres, aux malades et personnes isolées, parce que choisir d'aimer Jésus ne peut se faire sans le prochain. Enfin, les jeunes doivent aimer l'Eglise et ses prêtres, se mettre au service de cette communauté en donnant de leur temps et de leurs énergies, notamment en paroisse. L'Eglise, c'est nous tous, et pas seulement les prêtres et les évêques. Alors, tous au service de la communauté. Autre conseil du Pape: "Etre des apôtres de paix, en famille d'abord, en rappelant à tous...qu'il est positif de se vouloir du bien les uns les autres. Unis à Jésus, tout est possible. Et puis il faut parler par la prière avec Jésus, un ami qui ne nous abandonne jamais. Se confier à lui, joies et peines. Aller à lui chaque fois que vous faîtes une erreur, quelque chose de mal, certains de recevoir son pardon. Il faut aussi parler à tous de Jésus, de son amour et de sa miséricorde. L'amitié avec celui qui a donné la vie pour nous constitue un événement digne d'être raconté... Etes-vous prêts à mettre en pratique ces conseils?... Avec la grâce de Noël, Jésus entend vous aider à aller de l'avant pour devenir ses disciples. Il suffit de dire Me voilà, comme nous l'a enseigné Marie qui a répondu à l'appel du Seigneur". 

Satisfaction pour le rapprochement entre Etats-Unis et Cuba


Cité du Vatican, 18 décembre 2014 (VIS). Hier au soir, la Secrétairerie d'Etat a diffusé le communiqué suivant: "Le Saint-Père se félicite de la décision historique prise par les Etats-Unis d'Amérique et Cuba de rétablir leurs relations diplomatiques, afin de mettre fin, dans l'intérêt des peuples, aux difficultés ayant caractérisé leur histoire récente. Il y a quelques mois, le Pape avait écrit à M.Raúl Castro, Président du Conseil d'Etat de Cuba, et à M.Barack H.Obama, Président des Etats-Unis d'Amérique, pour les inviter à résoudre certaines questions humanitaires, notamment la situation de prisonniers, dans la perspective d'ouvrir une nouvelle ère entre les deux pays. En accueillant, en octobre dernier au Vatican, les délégations des deux pays, le Saint-Siège a voulu offrir ses bons offices afin de favoriser un dialogue sur des questions délicates. Les parties sont ainsi parvenues à trouver des solutions satisfaisantes. Pour sa part, le Saint-Siège continuera de soutenir les initiatives que les deux pays entreprendront pour accroître leurs relations bilatérales et favoriser ainsi le bien des peuples". 

Audiences


Cité du Vatican, 18 décembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin:

Le Cardinal Stanislaw Rylko, Président du Conseil pontifical pour les laïcs.

Mgr.Leopoldo Girelli, Nonce apostolique à Singapour, Représentant pontifical pour le Vietnam et Nonce près l'Association des pays du sud-est asiatique.

mercredi 17 décembre 2014

Le seigneur a voulu se manifester dans une famille


Cité du Vatican, 17 décembre 2014 (VIS). Durant l'audience générale tenue place St.Pierre, le Pape est revenu sur le Synode et sur la vocation missionnaire de la famille, au sein de l'Eglise et de la société: La famille, a-t-il rappelé, annonçant une catéchèse spécifique en 2015, est le grand don fait dès l'origine par Dieu aux hommes, un don confirmé par Jésus et scellé par son Evangile. Le grand événement de la Nativité, ce nouveau départ pour l'humanité, s'est produit à Nazareth au sein d'une famille...qui s'est formée dans un village perdu de la périphérie du monde romain. Non à Rome ou dans une grande ville mais dans une périphérie assez malfamée. Quelque chose de bon peut-il sortir de Nazareth? Attestent les Evangiles... Et pourtant c'est de là qu'est commencée l'histoire plus sainte et meilleure, celle de Jésus parmi les hommes. Jésus aurait pu venir au monde de manière spectaculaire, tel un chef de guerre ou un souverain. Mais non, il est venu simplement en naissant au sein d'une famille. Dans cette périphérie de Nazareth, Jésus a vécu trente ans...sans faire ni miracles ni guérisons, sans prédication ni foules se précipitant dans une ville et auprès d'une famille juive normale... Dans leur sobriété, les Evangiles ne disent rien d'une période de vie qu'ils laissent à notre" imagination. "Et il n'est pas difficile d'imaginer tout ce que les mères pourraient apprendre des attentions de Marie envers son fils, et les pères de l'exemple de Joseph, cet homme juste qui a consacré sa vie à former et défendre sa famille. Combien, eux aussi, les jeunes pourraient être inspirés par Jésus adolescent pour cultiver la beauté et leur vocation de voir les choses en grand. A l'instar de Marie et Joseph, chaque famille chrétienne doit accueillir Jésus, l'écouter et lui parler, le servir et le protéger, grandir avec lui afin d'améliorer le monde. Alors, comme eux, ouvrons nous au Seigneur malgré toutes les difficultés qu'il faudra affronter... Il faut rendre l'amour normal, non la haine, normal l'entraide, non l'inimitié ou l'indifférence... Depuis lors, dès qu'une famille recueille ce mystère...le Fils de Dieu est à l'oeuvre, venu pour sauver le monde".


Après l'audience générale, à la suite d'un rendez-vous lancé sur les réseaux sociaux, plusieurs centaines de personnes sont venues danser le tango sur la place pour marquer les 78 ans du Saint-Père.

Prier pour les victimes d'attentats


Cité du Vatican, 17 décembre 2014 (VIS). Après la catéchèse, le Pape a invité l'assistance à prier pour les victimes des attentats terroristes qui viennent d'ensanglanter le Yémen, l'Australie et le Pakistan. Veuille le Seigneur accueillir dans sa paix les défunts, réconforter les familles et convertir des assassins qui n'ont pas même pitié d'enfants.

La Commission pour la protection de l'enfance est au complet


Cité du Vatican 17 décembre 2014 (VIS). Comme prévu, le Saint-Père a nommé les nouveaux Membres de la Commission pour la protection de l'enfance, qui en complètent l'organigramme. La Commission se compose de:

Président le Cardinal Sean O'Malley, OFM Cap (USA), Archevêque de Boston et Membre du Conseil cardinalice.

Secrétaire Mgr.Robert Oliver (USA). A travaillé à la protection de l'enfance dans le diocèse de Boston et à la Conférence épiscopale des Etats-Unis, ex Promoteur de justice de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

Abbé Luis Manuel Ali Herrera (Colombie). Directeur enseignant du Département de psychologie pastorale du séminaire de Bogotá.

Mme.Catherine Bonnet (France). Psychiatre et psychothérapeute, experte ès abus sexuels infantiles.

Mme.Marie Collins (Irlande). Ex victime d'abus sexuels de la part de membres du clergé. Oeuvre à la protection de l'enfance.

M.Gabriel Dy-Liacco (Philippines). Psychothérapeute d'adolescents et expert pastoral en matière d'abus sexuels.

Mme.Sheila Hollins (GB). Psychiatre et psychothérapeute, experte ès abus sexuels infantiles au sein de la Chambre des Lords.

M.Bill Kilgallon (Nouvelle Zélande). Directeur du Bureau national pour les standards professionnels dans l'Eglise.

Soeur Kayula Gertrude Lesa, RSC (Zambie). Experte en matière de protection de l'enfance, membre du Forum africain pour la doctrine sociale de l'Eglise.

Soeur Hermenegild Makoro, CPS (Afrique du Sud). Secrétaire générale de la Conférence épiscopale sud-africaine.

Mme.Kathleen McCormack (Australie). Experte ès protection de l'enfance et handicaps sociaux.

M.Claudio Papale (Italie). Avocat civiliste et canoniste, professeur de droit canonique et official de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

M.Peter Saunders (GB). Ex victime d'abus sexuels de la part de membres du clergé. Fondateur de l'association nationale des victimes.

Mme.Hanna Suchocka (Pologne). Ex Premier Ministre et ex Ambassadeur près le Saint-Siège. Professeur de droit experte ès droits de l'homme à l'Université de Poznan.

Mme.Krysten Winter-Green (USA). Licenciée en théologie et sociologie, experte ès abus sexuels infantiles et traitement des membres du clergé coupables.

P.Humberto Miguel Yáñez, SJ (Argentine). Directeur du Département de théologie morale de l'Université pontificale Grégorienne, professeur et ex Directeur du Centre d'action sociale d'Argentine.

P.Hans Zollner, SJ (Allemagne). Président du Centre pour la protection de l'enfance de l'Université pontificale Grégorienne et organisateur en 2012 d'un symoposium sur les abus sexuels sur mineurs.


La prochaine session plénière de la Commission se tiendra du 6 au 8 février prochain. 

Autres actes pontificaux


Cité du Vatican 17 décembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a nommé:

L'Abbé Adelar Baruffi, Evêque de Cruz Alta (superficie 16.790, population 401.000, catholiques 321.000, prêtres 32, religieux 50), au Brésil. L'Evêque élu, né en 1969 à Garibaldi (Brésil) et ordonné prêtre en 1995, était jusqu'ici vicaire paroissial. Licencié en théologie, il a été assistant spirituel et formateur, recteur de petit séminaire puis de grand séminaire, coordinateur diocésain de la pastorale, membre du Presbyterium.

L'Abbé Onécimo Alberton, Evêque de Rio do Sul (superficie 8.909, population 321.000, catholiques 263.000, prêtres 64, religieux 212), au Brésil. L'Evêque élu, né en 1965 à Orleans (Brésil) et ordonné prêtre en 1992, était jusqu'ici curé de paroisse. Il a également été formateur de séminaires, président régional de l'organisation des séminaires du Brésil. Il succède à Mgr.Augustinho Petry, dont la renonciation à été acceptée pour limite d'âge.


L'Abbé Marc Eychenne, Evêque de Pamiers (superficie 4.903, population 154.546, catholiques 107.400, prêtres 46, diacres 13, religieux 80), en France. L'Evêque élu, né en 1956 à Pamiers (France) et ordonné prêtre en 1982, était jusqu'ici Vicaire général du diocèse d'Orléans (France). Licencié en théologie, il a été maître des novices de sa communauté (St.Martin), formateur et professeur de séminaire, curé de paroisse et vicaire épiscopal.  

mardi 16 décembre 2014

Rapport final de la visite des instituts religieux féminins des Etats-Unis


Cité du Vatican 16 décembre 2014 (VIS). En Salle de Presse, a été présenté ce matin le Rapport final sur la visite apostolique des instituts religieux féminins des Etats-Unis. Ont pris la parole le Cardinal Joao Braz de Aviz, Préfet de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, Mgr.José Rodríguez Carballo, OFM, Secrétaire du dicastère, Mère Mary Clare Millea, ASCJ, Directrice de la visite apostolique, Soeur Sharon Holland, IHM, Présidente de la Leadership Conference of Women Religious, Soeur Agnes Mary Donovan, SV, Coordinatrice du Council of Major Superiors of Women Religious, et le P.Thomas Rosica, CBS, Assistant du Comité pour la visite apostolique.


Rappelant que cette visite a été décidée en 2008 afin d'enquêter sur la vie des religieuses aux Etats-Unis d'Amérique, le Cardinal a reconnu que l'initiative avait ses limites "tant à cause du nombre les intéressées que de son contenu. Mais on désirait mieux connaître la contribution des religieuses à la vie de l'Eglise et de la société, et mieux comprendre les menaces pesant sur leur mode de vie, et parfois même sur leur subsistance. Après un long travail, nous adressons ce rapport aux religieuses mais aussi aux pasteurs et aux fidèles. En plus de ce rapport final, la Congrégation adressera des rapports particuliers aux différents instituts visités comme à ceux qui posent problème. Des remerciements seront exprimés aux instituts ayant pris part aux deux premières phases du processus... On ne peut ignorer que la visite apostolique a été mal vécue par certaines religieuses, et regretter que certains instituts aient totalement refusé de collaborer". La Congrégation demeure "disponible pour l'instauration d'un dialogue franc avec ceux qui n'ont pas été pleinement collaboratif durant la visite... Le Pape a demandé à mon dicastère et à la Congrégation pour les évêques de réviser le document Mutuae Relationes qui regarde la collaboration entre évêques et monde religieux dans le but de favoriser la communion ecclésiale... On enregistre avec joie les déclarations du Saint-Père quant à la valeur irremplaçable de la femme dans l'Eglise et dans la société. Ainsi notre congrégation s'engage-t-elle à faire en sorte que le génie féminin trouve sa place là où se prennent les décisions... Elle continuera de veiller à ce que des religieuses compétentes soient impliquées dans le dialogue ecclésial partout où cela est possible". Ensuite, Mgr.Rodríguez Carballo a précisé que les visites apostoliques sont destinées à aider telle ou telle structure a améliorer sa mission, mais que celle-ci est exceptionnelle car elle a impliqué 341 instituts féminins engagés dans l'apostolat aux Etats-Unis, tant de droit pontifical que diocésain, regroupant 50.000 religieuses. La Congrégation a nommé Visiteur apostolique Mère Millea avec pleine faculté d'agir, laquelle s'est entourée d'une équipe... La visite s'est déroulée en quatre phases de 2009 à 2012 et durant la première plus des deux tiers des supérieures générales ont librement collaboré. A suivi un questionnaire touchant à la qualité de la vie spirituelle, communautaire et apostolique de chaque institut. Les visites matérielles ont intéressé un échantillonnage de 90 instituts représentatifs de la moitié des religieuses en activité aux Etats-Unis. Dans la phase finale, Mère Millea a déposé un rapport général qui, sans généraliser certaines tendances, est assez éloquent pour avoir une bonne perception d'ensemble de la situation. Le rapport présenté aujourd'hui répond à celui de Mère Millea. Après une description de la procédure, le document envisage brièvement les thèmes traités: charisme et identité, vocation et formation religieuse, prière, vie communautaire et apostolat, gouvernement et gestion, collaboration à l'évangélisation et communion ecclésiale, au regard de l'enseignement de l'Eglise ad hoc. Suit une analyse de l'auteur et ses recommandations à l'attention de la Congrégation. Le texte est disponibles sur les principaux sites catholiques, tels www.vatican.va , www.uisg.org , www.vidimusdominum.org etc. Puis Mère Mary Clare Millea que la visite apostolique a offert de nombreuses occasions de réflexion et de dialogue sur la communion entre les religieuses des Etats-Unis, les évêques et les fidèles. L'ensemble des supérieures, comprises celles qui avaient initialement été opposées à l'initiative, a convenu que la visite avait donné des résultats positifs surprenants: une confrontation franche, de profondes conversations spirituelles, un approfondissement en commun des documents ecclésiaux, un accroissement de la solidarité entre religieuses, la volonté de surpasser les obstacles à la communion, la gratitude des évêques, du clergé et des fidèles, traduite dans une nouvelle source d'énergie et un élan de renouveau des vocations religieuses.

Autres actes pontificaux


Cité du Vatican 16 décembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a nommé le P.Samson Shukardin, OFM, Evêque d'Hydarabad (superficie 137.386, population 22.309.840, catholiques 47.242, prêtres 30, religieuses 89), au Pakistan. L'Evêque élu, né en 1961 à Hyderabad (Pakistan), a émis ses voeux religieux en 1991 et a été ordonné prêtre en 1993. Licencié en droit et diplômé en théologie, il était jusqu'ici Vicaire général de ce même diocèse. Il succède à Mgr.Max John Rodrigues, dont la renonciation à été acceptée pour limite d'âge.

lundi 15 décembre 2014

Visite du Membre croate de la Présidence de Bosnie - Herzégovine


Cité du Vatican, 15 décembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu M.Dragan Covic, Membre croate de la Présidence de Bosnie - Herzégovine, qui s'est ensuite entretenu avec le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d'Etat, accompagné de Mgr.Dominique Mamberti, Secrétaire pour les rapports avec les états: Il a été question de la situation du pays et de la participation des catholiques à l'édification de la société nationale, et en particulier de leur engagement à reconstruire ce qui a été détruit par les inondations du printemps dernier. Se félicitant de leurs bonnes relations, les parties ont abordé certains points d'application de l'Accord base de 2006, réglant les rapports Eglise Etat et les effets de leur coopération. Il a en outre été question de problématiques régionales comme internationales.



Media et morale


Cité du Vatican, 15 décembre 2014 (VIS). Le Pape a reçu le personnel de TV 2000, la télévision de l'épiscopat italien, avec qui il a tenu à partager trois pensées qui lui sont chères: "Les media catholiques ont une grande responsabilité dans la communication sociale, qu'ils doivent protéger de tout ce qui la déforme ou la plie à d'autres fins... Ils doivent maintenir le lien social et le préserver des déformations. La communication est souvent conditionnée par la propagande et les idéologies, par des intérêts économiques ou politiques. Or ce qui la valorise est d'abord le courage de parler avec franchise et liberté. Face à la mode, aux lieux communs et aux formules toutes faites, la liberté risque d'annuler la capacité même de communiquer. La communication doit donc éviter autant le remplissage que la clôture. Elle se remplit lorsqu'elle laisse notre perception jouer avec des slogans. Au lieu d'animer la pensée, elle l'éteint, et elle se ferme lorsqu'elle propose des profils personnels comme en mesure de résoudre chaque problème ou comme bouc émissaire sur qui décharger toute responsabilité". Le communicateur doit au contraire s'ouvrir, et "il sera d'autant plus fécond qu'il se laissera guider par l'action de l'Esprit, seul en mesure de bâtir l'unité et l'harmonie. Il doit parler à la personne entière, au coeur et à l'esprit...et ne doit pas se soucier de frapper les esprits... Cela nécessite d'être prêts à donner mais aussi à recevoir de l'autre". Mais s'il faut s'abstenir des péchés de désinformation, de calomnie et de diffamation...la culture de la rencontre est de plus en plus nécessaire dans un contexte de plus en plus pluriel. L'affrontement ne porte à rien. Créer la culture de la rencontre est votre voie".

Visite au quartier Primavalle et à la paroisse Aurelio


Cité du Vatican, 14 décembre 2014 (VIS). Le Pape François s'est rendu dans l'après-midi dans la périphérie où, avant de célébrer la messe il a rencontré plusieurs groupes de personnes. Rappelant la sienne du 8 octobre 1944, il s'est entretenu avec les premiers communiants, racontant qu'une religieuse et deux catéchistes l'y avaient préparé et que c'est Pie XII qui a supprimé la condition d'être totalement à jeun avant la messe. Il leur a recommandé de conserver à jamais le souvenir de cette journée, la première fois qu'on se nourrit de Jésus qui vient à nous, de s'en souvenir année après année, de se confesser et de communier. Puis le Saint-Père a rencontré des nomades et les familles fréquentant la paroisse, auxquelles il a recommandé de ne pas perdre espoir dans les moments difficiles, car Jésus est toujours à nos côtés. Il a félicité les malades pour l'exemple de patience et d'amour qu'ils offrent: "Priez sans cesse pour l'Eglise... Sans malades, l'Eglise n'avancerait pas. Ils sont sa force véritable. Et enfin, il rencontré les néo baptisés et leurs parents, rappelant que ces enfants sont une semence d'avenir: Par le baptême, vous leur avez donné la vie sacramentelle, a-t-il dit aux familles, et ils seront à leur tour des porteurs de la foi. Rappelant avoir été baptisé un 25 décembre, le Pape a demandé qu'on prie pour lui qui en a tant besoin: "Les enfants pleurent, font du bruit, vont ici et là...mais n'écoutez pas ceux que ça dérange et qui voudraient les voir sortir de l'église. Ils sont le meilleur sermon, leur pleur la voix de Dieu. Après quoi il a procédé à des confessions puis célébré la messe paroissiale. A l'homélie il a rappelé que ce dimanche anticipe la joie de Noël, d'où son nom de Gaudete. "C'est une joie particulière qui ne se limite pas au jour de Noël car elle doit accompagner toute la vie du chrétien. Sereine, elle ne cesse de l'accompagner, y compris dans les moments difficiles. Cette paix, qui ne cesse d'habiter le chrétien, est un don du Seigneur.... On la retrouve dans la prière et dans l'action de grâce... Or il existe des gens qui ne savent pas remercier Dieu et trouvent toujours à se lamenter... Un chrétien ne peut pas vivre ainsi... A-t-on jamais vu un saint ou une sainte avec un visage sombre et non un visage irradié par la joie... Prier puis rendre grâce, ainsi obtient-on la joie chrétienne... Apporter aux autres la bonne nouvelle nous aide à trouver cette joie... Aller vers qui a besoin, besoin matériel comme spirituel. Il y a tant de personnes qui souffrent de problèmes familiaux. Portons leur la paix, l'onction de Jésus, cette huile de Jésus qui soulage et console les âmes".

Retrouver la joie de Jésus


Cité du Vatican, 15 décembre 2014 (VIS). En ce troisième dimanche d'Avent, avant de réciter l'angélus, le Saint-Père a encouragé l'assistance à retrouver le sens de l'Avent et à se bien préparer à la vue du Seigneur: "Tous nous désirons la joie, personnes, familles et peuples. Mais quelle est la joie que le chrétien doit vivre et témoigner?... Depuis que Jésus est entré dans l'histoire en naissant à Béthléem, le germe du Royaume a été donné à l'humanité... Jésus est venu apporter la joie à tous et à jamais, non une joie à espérer et renvoyée au paradis... C'est une joie réelle que l'on peut rencontrer aujourd'hui puisque Jésus est notre joie... Les baptisés sont tous appelés à sans cesse accueillir la présence de Dieu parmi eux, à la découvrir ou à la redécouvrir. C'est la mission même de Jean-Baptiste, qui est de diriger les gens vers le Christ et non vers nous mêmes. Il est, lui, le but vers qui tend le coeur de tout homme à la recherche du bonheur". Paul dit les conditions pour être missionnaires de la joie. Il faut persévérer dans la prière, rendre grâce à Dieu, obéir à l'Esprit, rechercher le bien et éviter le mal. Si c'est notre mode de vie, la Bonne Nouvelle entrera dans de nombreux foyers, aidant familles et personnes a redécouvrir en Jésus le salut. En lui se trouve la paix intérieure et la force de faire face aux problèmes de la vie... Jamais on a entendu parler d'un saint triste, qui serait un contre-sens. Le chrétien est rempli de paix car il place sa joie dans le Seigneur, y compris dans les moments difficiles. Avoir la foi ne signifie pas éviter les moments difficiles, mais avoir la force d'y faire face en sachant ne pas être seuls. Telle est la paix que Dieu offre pa ses enfants". 

Prières en poche


Cité du Vatican, 14 décembre 2014 (VIS). Après l'angélus, le Pape François a salué les différents groupes, familles et paroisses, notamment polonaises, qui s'apprêtent à allumer la bougie de Noël, et les enfants de Rome venus bénir les Enfant Jésus de leurs crèches. Il a enfin annoncé la distribution sur la place d'un livret de prières en italien. La prière, a-t-il rappelé, est "comme la respiration de l'âme. C'est pourquoi il est important de trouver dans la journée des moments pour s'ouvrir à Dieu et de réciter quelque brève prière populaire. C'est pourquoi j'ai eu l'idée de vous faire un petit cadeau". Ce livret regroupe quelques psaumes, le Magnificat, des invocations mariales, le Gloria, la prière à l'ange gardien, plusieurs bénédictions et intentions particulières.


Visite du Président du Conseil italien


Cité du Vatican, 13 décembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin le Président du Conseil italien M.Matteo Renzi, qui s'est ensuite entretenu avec le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d'Etat, accompagné de Mgr.Dominique Mamberti, Secrétaire pour les rapports avec les états: Il a été question de la situation italienne et de la persistance d'une crise socio-économique, qui pèse notamment sur l'emploi des jeunes, mais aussi de l'importance de la formation pour l'avenir des nouvelles générations. En matière internationale, les parties partagent en particulier leur préoccupation face à l'aggravation de des conflits au proche et moyen Orient. Dans le carde du semestre italien de Présidence de l'Union européenne, on a souligné l'importance des sujets récemment abordés par le Pape devant le Parlement de Strasbourg, fondamentaux pour un développement harmonieux des peuples européens. Enfin, les parties se sont engagées à poursuivre leur collaboration afin de résoudre certains problèmes communs.


Encouragement aux aveugles et malvoyants


Cité du Vatican, 15 décembre 2014 (VIS). En la fête de sainte Lucie, le Pape François a reçu le Conseil de l'Union italienne des aveugles et malvoyants, en rappelant que cette sainte a vécu de manière exemplaire sa foi dans le Christ, avec avant tout courage. Et "nous avons tous besoin de courage pour faire face aux épreuves de la vie, et vous tout particulièrement pour ne pas adopter une attitude victimiste et vous ouvrir aux réalités de la société, apprendre et valoriser les capacités que le Seigneur a placé en chacun de vous sans exclusion... Lucie n'était pas seule, elle appartenait à une communauté, membre d'une communauté dont le Christ est la base... Etre membre d'un groupe solidaire, faire des rencontres, partager des expériences, mettre les ressources en commun sont un patrimoine civil... Personne n'est fait pour vivre isolé mais pour entretenir des relations, se compléter et s'entre-aider, se soutenir les uns les autres... Lucie nous dit aussi que la vie est faite pour être donnée... C'est le secret du bonheur véritable. L'homme ne se réalise pas pleinement dans le posséder ni dans le faire, mais dans l'aimer, qui est se donner". C'est le destin de quiconque est lumineux (Lucie), c'est à dire don pour l'autre. Chacun est précieux... Vivez donc ces valeurs qui peuvent être aujourd'hui mal comprises. Il est parfois dur l'aller à contre-courant... Le témoignage implique de payer de sa personne". 

Le Pape reçoit la Fondation Notre-Dame des Sans-Abri


Cité du Vatican 13 décembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin les responsables du Foyer Notre-Dame des Sans-Abri et de l’association des Amis de Gabriel Rosset, qu'il a vivement remercié de leur engagement auprès des plus pauvres, de ceux que la société rejette, qui n’ont plus de toit, plus de quoi manger à leur faim, plus de travail, et donc plus de dignité... Ayant entendu le cri des pauvres, ayant été bouleversé par la souffrance des autres", votre fondateur "a généreusement répondu à ce qui "n’est que l’appel du Christ souffrant dans les personnes que vous servez, vous touchez ses blessures et vous les soignez. En même temps, elles vous délivrent un enseignement très profond, car c’est à travers elles que vous rencontrez Jésus. Les pauvres nous évangélisent. Ils nous évangélisent toujours car, mystérieusement, ils nous communiquent la sagesse de Dieu. Le monde présent a, de manière urgente, besoin de ce témoignage de miséricorde divine. Alors qu’aujourd’hui la personne humaine est souvent rejetée comme inutile lorsqu’elle n’est plus rentable, Dieu, au contraire, reconnaît toujours en elle la dignité et la noblesse d’un enfant bien-aimé. Toute personne a une place de choix dans son cœur. Le pauvre est le préféré du Seigneur, il est au centre de l’Evangile". Le témoignage de miséricorde que vous donnez par tant d’actions concrètes et gestes simples soulagent ces "personnes de leurs misères, leur donnant aussi une espérance nouvelle, et leur rendant leur dignité. Il n’y a pas de plus beau moyen d’annoncer au monde la joie de l’Evangile. L’option pour les derniers, pour ceux que la société rejette et met de côté, est un signe...qui rend efficacement témoignage au Christ mort et ressuscité. Un signe sacramental!... Notre Dame des Sans Abri. Quel beau nom. C'est a Mère de Jésus qui donne un toit à ses enfants! La dimension mariale de votre dévouement aux autres me paraît essentielle". Marie est remplie de compassion pour tous les plus pauvres. C'est sa tendresse maternelle, et celle de l’Eglise, qui se manifeste à travers vous". Puisse Notre-Dame des Sans-Abri "rendre fécond votre dévouement et de donner foi et espérance à tous ceux que vous rencontrez". 

Placer l'avenir de l'Amérique latine sous la protection de la Guadalupe


Cité du Vatican, 13 décembre 2014 (VIS). Hier après-midi, à l'occasion de la solennité de la Vierge de Guadalupe, patronne de l'Amérique latine, le Saint-Père a célébré la messe en la basilique vaticane, accompagnée des chants de la Misa Criolla du compositeur argentin Ariel Ramírez. Voici de larges extraits de l'homélie prononcée par le Pape:

"Ce sont les peuple et les nations de notre grande patrie latino-américaine qui commémorent aujourd'hui avec gratitude et joie la festivité de leur sainte patronne, Notre-Dame de Guadalupe, dont la dévotion s'étend de l'Alaska à la Patagonie... En cette festivité...chantons avec elle son Magnificat et confions lui la vie de nos peuples et la mission continentale de l'Eglise. Quand elle est apparu à S.Juan Diego dans le Tepeyac...ce fut une nouvelle visitation. Elle courut avec empressement embrasser aussi ces nouveaux peuples américains dans une dramatique gestation. Ce fut comme un grand signe apparu dans le ciel...prenant sur lui la symbologie culturelle et religieuse des peuples originaires et annonçant et donnant son Fils à tous ces autres nouveaux peuples au métissage déguenillé... La parfaite disciple du Seigneur est devenue la grande missionnaire qui apporte l'Evangile à notre Amérique. Le Fils de Marie, Immaculée enceinte, se révèle ainsi depuis les origines de l'histoire des nouveaux peuples comme le Dieu très vrai grâce auquel nous vivons... La sainte Mère de Dieu a visité ces peuples et a voulu rester avec eux... Par son intercession, la foi chrétienne a commencé à devenir le plus riche trésor de l'âme des peuples américains, dont la perle précieuse est Jésus-Christ, un patrimoine qui se transmet et manifeste jusqu'à aujourd'hui dans le baptême de nombreuses personnes, dans la foi, dans l'espérance et dans la charité de beaucoup, dans une piété populaire précieuse et dans cet ethos américain qui se trouve dans la conscience de la dignité de la personne humaine, dans la passion pour la justice, dans la solidarité avec les plus pauvres et les malades, dans l'espérance parfois contre toute attente".


"C'est de là qu'aujourd'hui nous pouvons continuer de louer Dieu pour les merveilles qu'il a faites dans la vie des peuples latino-américains... Dans les merveilles que le Seigneur a réalisé en Marie, celle-ci reconnaît le style et le mode d'action de son Fils dans l'histoire du salut. Renversant les jugements mondains, détruisant les idoles du pouvoir, de la richesse, du succès à tout prix, dénonçant l'autosuffisance, l'orgueil et les messianismes sécularisés qui éloignent de Dieu, le cantique marial confesse que Dieu veut renverser les idéologies et les hiérarchies mondaines. Il relève les humbles, vient en aide aux pauvres et aux petits, comble de biens, de bénédictions et d'espérance ceux qui ont confiance en sa miséricorde de génération en génération, alors qu'il renverse les riches, les puissants et les dominateurs de leur trône. Le Magnificat nous introduit ainsi dans les Béatitudes, synthèse et loi primordiale du message évangélique. Sous sa lumière, aujourd'hui, nous nous sentons poussés à demander une grâce, la grâce si chrétienne que l'avenir de l'Amérique latine soit forgé par les pauvres et par ceux qui souffrent, par les humbles, par ceux qui œuvrent pour la paix, par les persécutés à cause du nom du Christ, parce que le Royaume des cieux est à eux. Que vienne la grâce d'être forgés par ceux qu'aujourd'hui le système idolâtrique de la culture du rejet relègue dans la catégorie d'esclaves, d'objets dont il faut se servir ou simplement jeter. Faisons cette demande pour que l'Amérique latine soit le continent de l'espérance! Pour que d'elle, naissent de nouveaux modèles de développement qui mêlent tradition chrétienne et progrès civil, justice et équité avec réconciliation, développement scientifique et technologique avec sagesse humaine, souffrance féconde avec joie de l'espérance. Il est possible de garder cette espérance seulement avec de grandes mesures de vérité et d'amour, fondements de toute la réalité, moteurs révolutionnaires d'une authentique vie nouvelle... Mettons cette réalité et ces vœux sur l'autel comme don à Dieu... Il est l'unique Seigneur, le libérateur de tous nos esclavages et misères venant du péché. Il est la pierre angulaire de l'histoire et a été le grand rejeté... Implorons la Vierge Marie dans sa vocation de Guadalupe, la mère de Dieu, la Reine et ma Mère, ma toute jeune, ma petite comme l'appelait saint Juan Diego, et avec les surnoms affectueux avec lesquels il s'adressait à elle dans la piété populaire, nous la supplions pour qu'elle continue de nous accompagner, de nous aider et de protéger nos peuples, et pour qu'elle prenne par la main tous les enfants qui cheminent sur cette terre à la rencontre de son Fils, Jésus-Christ, Notre Seigneur, présente dans l'Eglise, dans sa sacramentalité et spécialement dans l'eucharistie, présente dans le trésor de sa Parole et de ses enseignements, présente dans le saint peuple fidèle de Dieu, présente chez ceux qui souffrent et chez les humbles de cœur. Et si ce programme si audacieux nous fait peur ou la pusillanimité mondaine nous menace, qu'elle vienne parler à notre cœur et nous fasse entendre sa voix de Mère, de bonne Mère, de grande Mère: Pourquoi as-tu peur? Ne suis-je pas ici moi, qui suis ta Mère?". 

Catholiques et salutistes, un témoignage commun du Christ et de l'Evangile


Cité du Vatican, 13 décembre 2014 (VIS). Hier après-midi le Pape François a reçu un groupe de dirigeants de l'Armée du Salut, qu'il connaît bien "pour sa mission d'évangélisation et de volontariat. Votre visite, leur a-t-il dit, "est un des bons fruits des contacts fréquents et profitables qui se sont développés ces dernières années entre l'Armée du Salut et le Conseil pontifical pour l'unité des chrétiens, dont est issue une série de conversations théologiques en vue d'une meilleure connaissance réciproque, un respect mutuel et une collaboration régulière... J'espère de tout cœur que les catholiques et les salutistes continueront de rendre un témoignage commun du Christ et de l'Evangile dans un monde qui a tant besoin d'expérimenter la miséricorde de Dieu... Unis à d'autres chrétiens, ils reconnaissent que les nécessiteux ont une place particulière dans le cœur de Dieu, au point que le Seigneur Jésus s'est fait pauvre pour nous. En conséquence, ceux-ci se rencontrent fréquemment dans les périphéries humaines et mon espérance est que la foi commune en notre Sauveur Jésus Christ, l'unique médiateur entre Dieu et l'homme, devienne toujours plus un fondement solide d'amitié et de collaboration entre nous. Je prie pour que dans le monde d'aujourd'hui tous les disciples du Christ offrent leur contribution avec la même conviction et le même dynamisme dont l'Armée du Salut fait preuve dans son service fidèle et apprécié. Les différences entre catholiques et salutistes sur des questions théologiques et ecclésiologiques ne doivent pas entraver le témoignage de notre amour partagé pour Dieu et pour le prochain, un amour capable d'inspirer de grands efforts dans l'engagement de rendre leur dignité à ceux qui vivent en marge de la société". Le Pape a conclu en racontant une anecdote. Lorsqu'il avait 4 ans, en 1940, il se promenait dans la rue avec sa grand-mère, à Buenos Aires. "A cette époque l'idée était que tous les protestants allaient en enfer. Deux femmes de l'Armée du Salut sont arrivées du trottoir d'en face avec la coiffe que vous portez... Je m'en souviens comme si c'était hier, j'ai dit à ma grand-mère: "Qui sont-elles? Des moniales, des sœurs? Et ma grand-mère m'a répondu: "Non. Elles sont protestantes, mais elles sont bonnes". C'est ainsi que ma grand-mère par votre bon témoignage m'a ouvert la porte à l'œcuménisme. La première leçon œcuménique que j'ai reçue s'est passé devant vous. Merci".

En signe de solidarité envers les victimes d'Ebola


Cité du Vatican, 15 décembre 2014 (VIS). Le Cardinal Peter Turkson, Président du Conseil pontifical Iustitia et Pax, se rend demain en Sierra Leone et au Liberia, deux des trois pays africains les plus frappés par le virus Ebola. Il y a actuellement 18.000 cas suspects et déjà près de 7.000 décès. Accompagné de Mgr.Robert J.Vitillo, expert médical de Caritas Internationalis, il est chargé de manifester la solidarité papale aux malades et au personnel sanitaire, d'apporter un message d'espérance à l'Eglise locale et aux populations. Avec ses organisations, l'Eglise est en première ligne dans la bataille contre cette épidémie. Fournissant une assistance pour d'autres maladies, elles aident à la prévention et à l'intéressement du clergé et des groupes paroissiaux.  

Audiences


Cité du Vatican, 15 décembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin:

Mgr.Aldo Cavalli, Nonce apostolique à Malte et en Libye.
Mgr.Edgard Peña Parra, Nonce apostolique au Pakistan.

M.Dennis Anthony Savoie, Ambassadeur du Canada, pour la présentation de ses lettres de créance.

Le Cardinal Leonardo Sandri, Préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales.

L'Abbé Pier Giorgio Perini, Fondateur des cellules paroissiales d'évangélisations.

Samedi dernier, 13 décembre, il avait reçu:

Le Cardinal Marc Ouellet, PSS, Préfet de la Congrégation pour les évêques.

Mgr.George Kocherry, Nonce apostolique au Bangladesh.

Le Cardinal Sean Patrick O' Malley, Archevêque de Boston (USA).


M.George Weigel.

Autres actes pontificaux


Cité du Vatican 13 décembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a nommé:

Mgr.Marek Szkudlo, Auxiliaire de l'Archevêque de Katowice (Pologne). L'Evêque élu, né en 1952 à Tychy (Pologne) et ordonné prêtre en 1978, était jusqu'ici Vicaire épiscopal de ce même diocèse. Il a été curé de paroisse, aumônier de scouts et de mineurs, responsable diocésain des jeunes prêtres.

L'Abbé Adam Wodarczyk, Auxiliaire de l'Archevêque de Katowice (Pologne). L'Evêque élu, né en 1968 à Tarnowskie Góry (Pologne) et ordonné prêtre en 1994, était jusqu'ici Vicaire épiscopal de ce même diocèse et Président de la Commission pour le clergé. Docteur en théologie, il a été curé de paroisse, Modérateur général du mouvement Lumière et Vie et Consulteur du Conseil pour la pastorale des jeunes.


Copyright © VIS - Vatican Information Service